Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

DÉCRYPTAGE - FC Nantes : une énième défaite à Monaco marquée par la faillite des latéraux

-
Par , France Bleu Loire Océan

Titularisé en l’absence de Fabio, le local de l’étape, Dennis Appiah, a vécu un dimanche après-midi très difficile en Principauté. A l’opposé, Charles Traoré, n’a pas été plus en verve face à l’armada offensive monégasque. Et leur apport en attaque a été quasiment inexistant. Décryptage.

Le latéral gauche du FC Nantes, Charles Traoré, a eu le plus grand mal du monde à contenir les offensives monégasques dans son couloir.
Le latéral gauche du FC Nantes, Charles Traoré, a eu le plus grand mal du monde à contenir les offensives monégasques dans son couloir. © AFP - Valéry Hache

Et de cinq. Depuis son départ de l’AS Monaco, en juin 2013, Dennis Appiah est retourné à cinq reprises en Principauté, sans jamais parvenir à glaner le moindre succès sur la pelouse de Louis II. Au-delà de la statistique, peu flatteuse pour l’ancien Malherbiste, le latéral droit nantais a cristallisé les difficultés des Canaris, ce dimanche après-midi. Tout comme son pendant à gauche, Charles Traoré.   

Des latéraux sur le reculoir 

L’écart de niveau sur le terrain reflétait le fossé budgétaire, abyssal, qui sépare les deux clubs. La vitesse de Wissam Ben Yedder et les permutations multiples de l’arrivant Kevin Volland et de Gelson Martins, bourreau du FC Nantes lors du dernier déplacement des Canaris sur le Rocher, ont totalement déstabilisé les latéraux nantais. Dès le début du match. 

Je ne suis pas forcément satisfait de ce match. Dennis Appiah.  

La remise de la tête mal assurée par Charles Traoré dans son couloir a permis à l’ancien de l’Atletico Madrid de créer le décalage qui aboutit à l’ouverture du score dès la cinquième minute. L’addition aurait pu encore plus salée si Alban Lafont n’avait pas sorti le grand jeu face à un Kevin Volland qui avait pris le dessus sur Dennis Appiah, certes appliqué et concentré, mais pris de vitesse par l’Allemand.  

Moses Simon "absent", la faute de Charles Traoré ? 

"Ça a été compliqué, concède, lucide, le numéro 12 nantais. Je pense que j’entre bien dans le match. Après, à l’image de l’équipe, cela a été plus difficile […] Je ne suis pas forcément satisfait de ce match." A l’exception de son centre repris victorieusement par Ludovic Blas (1-1 à la 61è), Appiah n’a pratiquement jamais réussi à combiner avec Kader Bamba pour créer des décalages dans son couloir. Aucune passe en profondeur et un déchet trop important dans le jeu avec seulement 72,2 % de passes réussies pour espérer quoi que ce soit.  

L’axe opposé, à gauche, souvent privilégié par les hommes de Christian Gourcuff de par la présence de Moses Simon n’a pas été bien plus dangereux. "Moses Simon était absent, ce [dimanche] soir, analyse froidement le technicien breton. On a été très statiques dans la récupération du ballon". Régulièrement collé à la ligne de touche, prêt à bondir, le Nigérian fut souvent oublié par l’ancien de l’ESTAC, pourtant deuxième Canari à avoir négocié le plus de ballons (51) dans la rencontre. Si il montre des choses intéressantes dans ses rencontres, il n’arrive que trop peu à confirmer dans la durée, la faute à des pépins physiques réguliers, mais demeure indéboulonnable, pour le moment, en l’absence de solution alternative.  

"Le groupe doit gérer les absences" 

Souvent dominés dans le secteur aérien et en délicatesse dans leurs interventions face au combo vitesse-technique des protégés du Prince Albert II, Charles Traoré et Dennis Appiah se sont surtout attelés à contenir les vagues qui déferlaient pleine face, en première période. Avant de timidement effectuer quelques courses qui ont souvent débouché sur des centres. Dont celui qui a permis au FC Nantes de brièvement y croire. "Il y a eu au moins ça, rembobine Appiah, passeur décisif. Il y a des matches où j’ai fait de meilleures performances mais je ne suis pas forcément décisif."  

Face à l'AS Monaco, le FC Nantes a effectué 49% de ses passes à proximité de la ligne médiane.

Ces réticences à prendre les espaces sont bien plus que ponctuelles. En témoigne le pourcentage de buts inscrits à la suite d’un centre – 18% pour le FC Nantes, la saison passée, contre 29% pour les Monégasques. Ou encore le nombre de passes décisives – à peine deux pour le duo Appiah-Traoré sur le précédent exercice. A son époque nantaise, Lucas Lima avait certes beaucoup de déchets dans ses centres, mais au moins il a tenté. Et dans ce domaine, Fabio, est précieux à Christian Gourcuff qui désire que son "groupe gère les absences". Sans grand succès en Principauté.  

L'arrière droit du FC Nantes, Dennis Appiah, n'a jamais remporté un match en Principauté depuis son départ de l'AS Monaco.
L'arrière droit du FC Nantes, Dennis Appiah, n'a jamais remporté un match en Principauté depuis son départ de l'AS Monaco. © AFP - Valéry Hache

La course contre-la-montre pour trouver le maillon manquant 

Mais pointer seulement du doigt le duo de latéraux pour illustrer l’énième faux-pas jaune et vert dans le stade le plus dépeuplé de Ligue 1 serait injuste. L’absence d’Imran Louza, rouage essentiel de la machine nantaise depuis son ascension express, il y a tout juste un an, a été criante. De retour après s’être remis du coronavirus, Abdoulaye Touré a eu beaucoup de mal à trouver sa place aux côtés d’un Pedro Chirivella bien moins inspiré qu'à la Beaujoire face au Nîmes Olympique.

En mars dernier, avant l'ultime match de la saison, Charles Traoré avait réfuté l'hypothèse d'une baisse de régime des latéraux due à une concurrence quasi-inexistante. "Je ne vois pas les choses comme ça. Je pars du principe que personne n'est indiscutable, avait-il lancé face aux journalistes. Je ne me considère pas comme un titulaire indiscutable au sein de cette équipe." 

Vraiment ? Sur le banc, ce dimanche, seuls Samuel Moutoussamy - qui avait déjà dépanné à ce poste, la saison passée - et Jean-Charles Castelletto, entré en fin de match contre Nîmes pour pour pallier l'expulsion de Fabio, étaient susceptibles de "concurrencer" le numéro 14 des Jaune et Vert. De quoi exposer Christian Gourcuff à un nouveau casse-tête en cas d'absence de Traoré ou d'Appiah. Et à trois semaines de la clôture du mercato, si plusieurs noms d'attaquants filtrent, il n'en est rien en ce qui concerne le poste de latéral. Et c'est peut-être à cet endroit précis que la situation est la plus urgente.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess