Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football
Dossier : La saison 2018-2019 du FCSM

Rachat du FCSM : Baskonia s'impatiente

Le patron du groupe basque, gestionnaire du FC Sochaux-Montbéliard depuis cet été, voudrait racheter le club au plus vite. Mais les discussions avec Wing-Sang Li, le propriétaire du FCSM, sont au point mort. Il nous fait part de son impatience et dresse en même temps le bilan de son management.

Haritz Kerejeta, patron du Baskonia Alavès espère que "chacun respectera sa promesse" au sujet du rachat du FCSM
Haritz Kerejeta, patron du Baskonia Alavès espère que "chacun respectera sa promesse" au sujet du rachat du FCSM © Radio France - Hervé Blanchard

Sochaux, France

Haritz Kerejeta se fait rare et discret devant la presse. Le directeur général du Baskonia Alavès n'est pas friand de l'exercice médiatique mais à l'occasion du tournoi que son groupe organisait cette fin de semaine à Vitoria (Espagne) avec le FCSM en invité "d'honneur", le patron basque s'est plié au jeu des questions-réponses avec France Bleu Belfort-Montbéliard présente sur place. Le point sur le début de saison, la perte d'identité du club et sa quête de rachat qui traîne en longueur sont autant de sujets abordés lors de cet entretien.

"Très content et très fier au niveau sportif"- H.Kerejeta

Q : Vous êtes en place depuis maintenant 3 mois à la gestion du FCSM, quel premier bilan en tirez-vous ?

H. Kerejeta : "Je suis très fier de l'équipe sur un plan sportif. On a dû, vous le savez, bâtir une toute nouvelle équipe, avec tous les problèmes que l'on a eus à notre arrivée, et notamment les restrictions de la DNCG en matière de recrutement. Mais avec plus de 2 millions d'euros en moins de budget par rapport à la saison passée, je trouve que David Vizcaino, notre directeur sportif, a fait un travail remarquable. Nous sommes l'une des équipes les plus jeunes de la Ligue 2 et si nous avons eu quelques mauvais résultats sur certains matches sans réussite en début de saison, je reste très fier de l'image, des joueurs, de la façon de jouer et du comportement de l'équipe. Je suis aussi très satisfait et très fier du travail effectué par l'entraîneur José Manuel Aira, de son staff et du directeur sportif. Parce que franchement, vu la situation que l'on a trouvée quand on est arrivés, le travail qu'ils ont accompli est juste remarquable".

Q : D'un point de vue du management, le changement a été radical ?

H. Kerejeta : "Sur ce plan-là, comme vous le savez, ça n'a pas été facile, avec beaucoup d'obstacles. Mais je le répète, notre équipe a fourni un gros travail. Sauf que le management, ce n'est pas comme dans le sport, le résultat ne tombe pas tout de suite, il ne se voit que sur le long terme. Mais à la fin de la saison, nous verrons bien si on s'est amélioré dans tous les domaines en terme de budget notamment, ou pas. Mais je reste très confiant. On ne pourra pas changer tout à 100% mais beaucoup de choses, c'est sûr".

Q : Votre projet pour l'heure est toujours d'assainir les finances du club ?

H. Kerejeta :"Notre priorité, oui, c'est de ramener le club à l'équilibre financier. Ça passe par une augmentation des revenus et une baisse des dépenses évidemment, tout en étant respectueux des gens et des entreprises autour de nous. Mais la réalité de Sochaux, tout le monde la connaît. On travaille dur pour améliorer tout ça dès cette saison et sur du long terme."

La délégation du FCSM a pu visiter les installations du groupe Baskonia dont l'imposante salle de basket - Radio France
La délégation du FCSM a pu visiter les installations du groupe Baskonia dont l'imposante salle de basket © Radio France - Hervé Blanchard

"S'il y a quelqu'un pour protéger l'identité du FCSM et ses atouts, c'est bien nous" -H.Kerejeta

Q : Votre arrivée au FCSM ne fait pas l'unanimité chez de nombreux supporteurs pour lesquels vous incarnez la perte d'identité du club. Que leur répondez-vous ?

H. Kerejeta :"Quand on est arrivés, le climat social à Sochaux était très dur. On est venus voir beaucoup de matches la saison passée et l'ambiance dans le stade Bonal était mauvaise. On sentait de la souffrance, de la colère avec toutes ces banderoles hostiles à l'actionnaire. Je comprends les supporteurs. Ils montraient leur peur mais s'il y a des gens qui peuvent comprendre ce que l'on ressent pour son club, c'est bien nous parce qu'on a nous aussi quelques clubs (le baskonia en basket et le Deportivo Alavès en football), ce sont nos bébés même. Je connais donc cette peur quand vous pensez que votre club peut disparaître. Encore une fois, je les comprends et c'est pour cette raison que l'on doit avoir des supporteurs dans notre stade, derrière notre équipe ici à Sochaux. On essaie de travailler dans ce sens parce que nos joueurs en ont besoin".

Q : Justement, la Tribune Nord Sochaux boycotte le stade Bonal cette saison, pouvez-vous les faire changer d'avis ?

H. Kerejeta : "Déjà je ne suis pas là pour leur faire des promesses en l'air. On veut être aussi honnêtes que possible. On est ouverts au dialogue. On leur a tendu la main quelque fois mais ils l'ont toujours refusée. Je respecte leur choix, je comprends mais bon, la seule chose que l'on demande, c'est de nous donner la chance de montrer ce que l'on fait, de présenter notre projet, expliquer les raisons de nos décisions. Nous protégeons l'identité du FCSM pour en faire un meilleur club qu'il ne l'est aujourd'hui."

Q : Sur l'identité du club que vous défendez, la révolution lancée cet été permet d'en douter ?

H. Kerejeta : "Mais non. Une fois encore, je ne comprends pas pourquoi les gens disent qu'on ne respecte pas l'identité du FCSM. On se bat pour le club donc penser ça est juste impossible. S'il y en a qui font tout pour protéger l'identité et les atouts de Sochaux, je le répète c'est bien nous. Vous me dîtes qu'à l'intersaison, on a fait venir beaucoup de joueurs espagnols ou de notre groupe Baskonia, mais regardez-bien l'équipe type de ce début de saison, il y en a peu (Paez, Josema, Nando). On a pris Vernon, un joueur français qui est très bon. On a aussi pris Owusu de Lyon, excellent. Et puis les jeunes d'ici, du centre de formation, sont présents en force avec Prévôt, Pendant, M'Bakata, Fuchs, Daham. Donc c'est un faux débat pour moi. On a fait avec les moyens du bord, je rappelle que tous les meilleurs joueurs de la saison passée étaient en fin de contrat et sont donc partis." 

Dernier message en date d'hostilité dans le stade Bonal le 31 août 2018 face à Béziers - Maxppp
Dernier message en date d'hostilité dans le stade Bonal le 31 août 2018 face à Béziers © Maxppp - L'Alsace

Q. Pour cette saison, le recrutement a été fait en urgence, qu'en sera-t-il les prochaines saisons ?

H. Kerejeta : "On va scruter le marché français mais aussi étranger. Parce qu'avec le titre de champion du monde de la France, les joueurs français sont devenus très chers, leur valeur augmente avec ce sacre mondial, même pour de la Ligue 2. Va-t-on chercher à recruter en France, oui, mais à l'étranger aussi parce que c'est un marché plus abordable pour nous."

"J'espère que chacun respectera sa parole concernant le rachat du FCSM" - H. Kerejeta

Q : Venons-en au sujet épineux d'un éventuel rachat du FCSM. Vous êtes toujours candidat ? 

H. Kerejeta :"Oui absolument. Mais ce n'est pas un dossier facile, ça ne dépend pas que de nous. 

Q : Wing Sang Li est revenu à Bonal récemment. Avez-vous évoqué le sujet avec l'actionnaire chinois du FCSM ?

H. Kerejeta :"On s'est vus en effet avant et après le match contre Béziers au stade Bonal le 31 août dernier."

Q : Et ? Toujours confiant sur l'accord de rachat que vous semblez avoir passé avec M.Li ?

H. Kerejeta : "Je n'ai confiance que dans mes paroles. J'espère que pour nous et notre projet, ça va marcher. La seule chose que j'ai à dire c'est que je tiendrai ma promesse. Quant à la position de Monsieur Li, à vous de lui poser la question.

Q : Le temps joue contre vous. Vous aimeriez que le dossier avance plus vite, c'est dans votre intérêt ?

H. Kerejeta :"Comme on l'a déjà dit, on espère que chaque partie va respecter ses engagements. Et cela en dehors d'éventuelles rentrées d'argent par le biais de transferts ou dans le conflit qui oppose le FCSM à la FFF. La Fédération indemnisera peut-être Sochaux, et si on monte en Ligue 1, pourquoi pas récupérer là-aussi une belle manne financière. Mais comme je vous le dis, sans tenir compte de tout ça, de mon côté, je peux juste continuer à travailler pour mener notre projet à bien qui est de faire du FCSM un club plus fort et meilleur. A l'heure actuelle, tout ce que je pouvais faire je l'ai fait mais maintenant il faut attendre."

Q : Vous avez un contrat de gestion de 3 ans avec le FCSM, irez-vous à son terme ?

H. Kerejeta :"Oui si on a le respect et le soutien de tout le monde dans ce dossier, on ne sera pas là pour 3 ans mais je l'espère 15 ans ou plus encore ! Mais encore une fois, ça ne dépend pas de nous. Nous avons 35 ans d'expérience dans le management sportif, on n'est donc pas impatients mais on aime le travail sérieux. Et on tient notre promesse. On attend juste la même chose en retour. Que ce soit dans une semaine, 3 mois ou autre, mais à un moment, il faut qu'on sache".

Au lendemain de cet entretien, nous avons croisé sur place Tony Liu, patron de Ledus en Espagne et membre du Conseil d'administration du FCSM (accompagné de Borja Filibi-Lopez, directeur financier de Ledus Espagne et également membre du CA du FCSM). Le bras droit de l'actionnaire chinois du club sochalien s'est montré très clair quant à un éventuel rachat par Baskonia. "Aucun accord n'a été signé à cet effet. C'est pour l'heure une simple collaboration pour aider Sochaux à remonter en Ligue 1". 

L'avenir du FC Sochaux-Montbéliard reste plus que jamais sujet à interrogations.

Choix de la station

France Bleu