Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Pour Ilja Kaenzig, directeur général du FCSM : "Il faut effacer cette saison de notre mémoire"

lundi 22 mai 2017 à 19:13 Par Hervé Blanchard, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon

Avec une peu glorieuse 13ème place en Ligue 2, "il faut effacer cette saison de notre mémoire" affirme Ilja Kaenzig. Le directeur général du FCSM revient pour France Bleu Belfort-Montbéliard sur les raisons d'un tel échec et confirme que la Ligue 1 reste l'objectif assigné au futur nouveau coach.

Ilja Kaenzig : "Le nouvel entraîneur aura toujours l'objectif de monter en Ligue 1"
Ilja Kaenzig : "Le nouvel entraîneur aura toujours l'objectif de monter en Ligue 1" © Maxppp - Lionel Vadam

Sochaux, France

C'est l'heure du bilan au FC Sochaux-Montbéliard. Et il est loin d'être positif. 13ème du championnat alors qu'il était sur le podium à la trêve hivernale, le FCSM vit une grande désillusion. Une de plus pour ses fidèles supporteurs. Ilja Kaenzig, le directeur général du club, a accepté de faire le point sur les raisons de cet échec dans l'émission du Club Sochaux de ce lundi 22 mai 2017 sur France Bleu Belfort-Montbéliard. Et d'évoquer l'avenir pour rebondir et continuer de viser la Ligue 1 la saison prochaine.

"Une année 2017 catastrophique" -Ilja Kaenzig

Sur le bilan de la saison, Ilja Kaenzig est clair :"C'est difficile d'être content, même si à la trêve, on était sur le podium. Malheureusement, 2017 a été catastrophique (3 victoires en 19 matches), on est dernier de la phase retour, et c'est la dernière impression qui reste et elle est mauvaise depuis janvier, c'est un fait". Albert Cartier, l'entraineur non prolongé, parle lui d'une année de transition "C'est correct parce que c'était difficile d'obliger le coach, l'effectif de monter après le sauvetage de l'an dernier" avance le dirigeant sochalien "Mais au début de la saison, tous ensemble, on a dit, on attend la 10ème journée, et là on a dit qu'on voulait jouer la montée, jusqu'à la dernière seconde de la dernière journée" Ilja Kaenzig poursuit : "Après, Albert Cartier a défini le potentiel de l'équipe entre la 8ème et 12ème place"

"Tout le monde est perdant" - Ilja Kaenzig

Sur le choix de ne pas prolonger Albert Cartier aux commandes de l'équipe, Ilja Kaenzig concède une part de responsabilité de la direction du FCSM : "C'est une décision commune, mais notre faute est de ne pas avoir réglé l'avenir d'Albert Cartier en décembre. Il y a eu ensuite des conflits à l'intérieur du club, et au final, toutes les parties sont perdantes. On a mal géré cette situation, mais ce n'est pas la seule raison, on peut rater la montée, mais pas finir dernier de la phase retour, une chute pareille ce n'est pas possible, c'est grave" lâche même le directeur général sochalien.

Cartier pas le seul fautif

Ilja Kaenzig sur le bilan de la saison

Pour qui Cartier n'est pas non plus le seul coupable :"Je rappelle qu'à Noël, on était très satisfait de son travail, il a sauvé le club en 2016, nous a offert des "nuits magiques" en coupe, on est 4ème de Ligue 2 sur toute l'année 2016, le projet était crédible". Et d'ajouter "On a certainement été trop naïfs de croire que ça continuerait comme ça jusqu'au bout". Sauf que le sprint final a été mal négocié. Pour Ilja Kaenzig, se séparer d'Albert Cartier semblait inéluctable : "Les résultats n'ont pas été là, les joueurs aussi sont fautifs, mais l'entraineur était critiqué par une partie du public, par les médias, il avait perdu entre guillemets le vestiaire, impossible de continuer dans ces conditions-là" conclut le dirigeant du FCSM.

Qui pour succéder à Albert Cartier ?

L'annonce de la non reconduction d'Albert Cartier à la tête du FCSM est intervenue le 8 avril 2017, au lendemain d'un match nul à Bonal contre Niort (2-2). 6 semaines plus tard, l'Etat-major sochalien n'a toujours pas annoncé le nom de son successeur, mais le dénouement est proche pour Ilja Kaenzig : "On avait toujours dit que l'on attendrait la fin du championnat pour prendre notre décision. Nous avons reçu entre 15 et 20 candidats, la pré-sélection est faite, c'est maintenant à l'actionnaire de faire son choix".

Un entraîneur porté sur l'offensive

C'est la demande des joueurs explique Ilja Kaenzig : "Il faut qu'on change notre style de jeu. On ne gagne pas assez de matches, il faut au moins 18 victoires pour espérer monter (11 succès seulement cette saison pour le FCSM), et on ne marque pas assez de buts (38) alors qu'il en faut au minimum 60 pour être sur le podium. Et pour marquer, il faut jouer" avance le directeur général. "On veut changer les bases de notre jeu, un entraîneur plus porté vers le jeu offensif". Sur les candidats potentiels, Ilja Kaenzig reste évasif, ne confirmant, ni n'infirmant les pistes menant au jeune slovène Luka Elsner ou Valérien Ismaël, ou encore Fabio Célestini.

Ilja Kaenzig sur le profil du futur nouvel entraîneur

Quid de l'effectif ?

Le nouvel entraîneur du FCSM va devoir gérer un effectif divisé et déchiré. "On va élargir le groupe à 26 joueurs, avec moins de jeunes, et 3 à 4 renforts, des titulaires indiscutables, un arrière-gauche, et à tous les postes" affirme Ilja Kaenzig. Concernant d'éventuels départs : "Pour Florian Tardieu, par exemple, il est encore sous contrat, mais on l'a empêché de signer à Galatasaray, et on lui a bloqué des transferts pour la Ligue 1, on a une obligation morale par rapport à lui, même si tous les entraîneurs que l'on a reçus veulent le garder". Quant au gardien Olivier Werner, blessé depuis août dernier :"Là aussi, on a une obligation morale de ne pas lâcher le joueur. On espère qu'il sera opérationnel pour la reprise".

Ilja Kaenzig sur le futur effectif

Du neuf dans l'encadrement ?

Le FCSM travaille aussi à renforcer son encadrement. Vincent Jacquet, bisontin, ex- DTN du cyclisme et ancien responsable du centre national du ski nordique, s'est rapproché du board sochalien récemment. Son nom nous a été soufflé lors du dernier déplacement au Red Star. Le voir jouer un rôle au club est en discussion reconnaît Ilja Kaenzig :"On a besoin d'un spécialiste des relations avec les politiques, avec le gouvernement même, avec les institutions, les entreprises de la région. Monsieur Li est ouvert à cette idée, les discussions sont en cours". L'idée de créer un poste de directeur sportif est également sur la table :"Ce serait très intéressant pour aider le staff, les dirigeants. Il nous manque une personne pour coordonner le secteur sportif. Beaucoup de clubs de Ligue 2 ont un directeur sportif".

Ilja Kaenzig sur d'éventuels changements dans l'encadrement

La Ligue 1, toujours l'objectif de l'actionnaire chinois du FCSM

Reste l'essentiel. Le projet et les moyens dont dispose Tech Pro, l'actionnaire du FCSM, pour rejoindre la Ligue 1. Wing Sang Li, le propriétaire de Tech Pro, moins présent cette saison à Bonal, reste très énigmatique sur son dessein pour le club sochalien, même s'il continue de vouloir ramener le club dans l'élite au plus vite. Il doit encore apporter le dernier versement pour apporter les garanties financières auprès de la DNCG. Ilja Kaenzig ne tient pas à s'exprimer sur ce dossier d'ailleurs. Le directeur général du FCSM, à qui beaucoup de supporteurs reprochent sa (trop) grande discrétion, préfère oeuvrer dans l'ombre :"Ca ne sert à rien de taper du poing sur la table, et ça ne sert à rien que tout le monde élève la voix en même temps" explique le dirigeant qui ajoute : "Ma priorité, c'est déjà de gérer les relations avec Monsieur Li, il faut lui traduire la culture du football, et ça prend du temps. On doit notamment lui faire comprendre qu'il faut aller vite maintenant pour choisir le nouveau coach". Et surtout "effacer cette saison de notre mémoire" conclut le directeur général du FCSM.

Ilja Kaenzig sur l'avenir et sa mission de directeur général

Entretien à retrouver dans son intégralité dans le Club Sochaux du lundi 22 mai 2017