Football

FIFA : Michel Platini a "toujours envie" d'être candidat à la présidence

Par Germain Arrigoni, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu lundi 19 octobre 2015 à 12:25

Michel Platini
Michel Platini © Maxppp

Michel Platini a accordé lundi au journal Le Monde une interview pour la première fois depuis sa suspension par la commission d'éthique de la FIFA. Il a admis l'absence de contrat écrit dans le versement controversé de 1,8 millions d'euros reçu du président Sepp Blatter.

C'est la première fois qu'il s'exprime longuement et publiquement depuis le début de l'affaire. Michel Platini a accordé un entretien au journal Le Monde lundi où il est revenu sur le versement controversé qui lui vaut d'être suspendu 90 jours par la commission d'éthique de la FIFA.

"Je trouve honteux d'être traîné dans la boue"

— Michel Platini

Toujours envie d'être candidat

Première chose : le président de l'UEFA réaffirme avoir " toujours envie" d'être candidat à la présidence de la FIFA. Et d'ajouter : "Je trouve honteux d'être traîné dans la boue", a confié l'ancien meneur des Bleus suspendu au même titre que le président démissionnaire Sepp Blatter ou le secrétaire général Jérôme Valcke, visés par des enquêtes sur des faits de corruption présumée.

Pas d'accord écrit pour le versement controversé

Michel Platini a reconnu également que le versement controversé de 1,8 million d'euros reçu du président de la Fifa Joseph Blatter en 2011 ne procédait pas d'un contrat écrit mais d'un accord "d'homme à homme". Contrat écrit ou simplement tacite: la nature de l'accord qui a donné lieu à ce fameux versement est une question centrale depuis qu'a été révélé ce paiement pour des travaux de conseiller effectués de 1999 à 2002.

Le Français de 60 ans a raconté la conversation suivante : "'Combien tu veux', demande Blatter. Je réponds: 'Un million'. 'De quoi?' 'De ce que tu veux, des roubles, des livres, des dollars'. A cette époque, il n'y a pas encore l'euro. Il répond : 'D'accord, un million de francs suisses par an'".

Platini réaffirme que ce paiement, intervenu en 2011 soit neuf ans après la fin du travail supposé, est le solde de la somme totale. "J'aurais mieux fait de demander une reconnaissance de dette et ainsi, rien de tout cela ne serait arrivé", dit-il, en assurant ne pas être "un homme d'argent".

Appel de sa suspension

L'absence de contrat écrit pourrait en effet conduire des Fédérations européennes à retirer leur soutien au Français, comme l'a déjà fait la Fédération anglaise vendredi dans l'attente de la fin des procédures judiciaires en cours.

L'ancien capitaine des Bleus a officiellement interjeté appel - non suspensif -  de sa suspension devant la chambre de recours de la FiFA à Zurich. Cette suspension n'écarte pas de facto sa candidature à la présidence, avec une élection prévue le 26 février à Zurich. Mais c'est la commission électorale de la Fifa qui décidera et Platini devra alors se soumettre à une enquête d'intégrité menée par ceux qui viennent de le suspendre... La date de dépôt des candidatures est le 26 octobre.

Retour sur la carrière de Michel Platini - Aucun(e)
Retour sur la carrière de Michel Platini - Idé