Football

Football : "Thomas Lemar est l'avenir de l'équipe de France", selon son formateur à Caen

Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) jeudi 10 novembre 2016 à 13:49

Thomas Lemar a été formé et a signé son premier contrat professionnel au Stade Malherbe de Caen
Thomas Lemar a été formé et a signé son premier contrat professionnel au Stade Malherbe de Caen © Maxppp - Jean-Yves Desfoux

Thomas Lemar a été appelé en équipe de France à la suite de la blessure de Kingsley Coman. Recruté par l'AS Monaco en 2015, le jeune milieu de terrain a été repéré, formé et lancé par le Stade Malherbe de Caen. Sa progression n'étonne pas son formateur.

L'équipe de France sait gâter les anciens joueurs du Stade Malherbe de Caen pour leur anniversaire. Ngolo Kanté avait fêté ses 25 ans par une première sélection et un premier but chez les bleus en mars dernier face à la Russie. Cette fois, c'est Thomas Lemar qui a été appelé à rejoindre le groupe France deux jours avant de souffler ses 21 bougies ce samedi.

"C'est à lui de travailler mais il a les capacités pour viser la Coupe du Monde 2018"

"C'est le début pour lui", estime Xavier Gravelaine, le directeur général du SM Caen, "*_Il a passé un palier, il va titiller ce que c'est un groupe France* et son objectif c'est d'être clairement dans ce groupe-là et pour viser la Coupe du Monde 2018. C'est à lui de travailler pour cela mais il en a les capacités."_

"C'est un bon exemple pour les jeunes : d'abord s'installer en Ligue 1 et puis après tout peut arriver."

Thomas Lemar avait signé pro dès 2013 au stade Malherbe de Caen. Il aura joué 32 matchs de championnat (25 en Ligue 1 et 7 en Ligue 2) avant d'être transféré en 2015 à Monaco. Il avait connu sa première titularisation dix jours avant ses 18 ans lors d'un déplacement à Lens.

"Je crois que le stade Malherbe de Caen fait confiance à pas mal de jeunes qu'ils soient issus du centre ou de la Ligue 2", poursuit Xavier Gravelaine, "C'est la bonne première étape pour s'installer pendant 2-3 ans et on prend des risques pour faire jouer des jeunes joueurs et après à 21 ans ils sont jeunes et ont le temps de faire leur carrière. C'est un bon exemple pour les jeunes : d'abord s'installer en Ligue 1 pendant 2-3 ans et puis après tout peut arriver."

"Plus il va jouer dans une équipe de haut niveau, plus il va être performant"

Le père de Thomas Lemar et le joueur ont, une fois la nouvelle apprise, envoyé un message à Philippe Tranchant. C'est lui qui avait repéré le jeune garçon en Guadeloupe et l'avait fait venir au centre de formation de Caen.

"Je l'avais vu dans le cadre que j'avais avec la Ligue de football de Guadeloupe", se souvient l'ancien responsable technique de la formation du club caennais, "Il avait 13 ans. Il est venu en Normandie vers ses 15 ans. Il a intégré le centre. Etre à 7000 km de ses parents c'est sûr que ce n'est pas évident au départ mais il s'est vite adapté."

Sa technique, son intelligence et son état d'esprit ont séduit immédiatement Philippe Tranchant. "Pour moi, c'était déjà un joueur de très haut niveau dans les catégories de jeunes et à 16 ans tout juste il jouait déjà avec la réserve en CFA", précise-t-il.

Est-il surpris de cette rapide progression et de ce premier pas chez les bleus de Thomas Lemar? "Moi je l'avais prédit, affirme Philippe Tranchant. après, entre ce que l'on prédit et la réalisation de vos prédiction il y a quand même une marge mais je ne suis pas surpris. Eu égard ses qualités, je sais que plus il va tomber dans une équipe de haut niveau, plus il va y avoir un jeu élaboré de haut niveau, plus il va être performant".

"C'est l'avenir de l'équipe de France"

"Plus le niveau s'élève, plus il élève son niveau de jeu parce qu'il a les qualités techniques et athlétiques. Bien sûr qu'il ne va pas rentrer tout de suite et devenir un titulaire mais pour la Coupe du Monde au même titre que Rabiot et d'autres jeunes qui vont arriver et qui ont le même âge, c'est l'avenir de l'équipe de France."