Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

CARTES : découvrez les 13 nouvelles Ligues régionales décidées par la FFF

mardi 9 février 2016 à 4:22 - Mis à jour le lundi 1 février 2016 à 15:02 Par La rédaction de France Bleu, France Bleu Auxerre, France Bleu Bourgogne, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

La Fédération Française de Football va passer de 22 à 13 Ligues régionales d'ici début 2017. Objectif : se calquer sur la réforme territoriale des régions en vigueur depuis le 1er janvier dernier. France Bleu vous détaille les cartes de ces nouvelles Ligues et fait le point sur les conséquences.

Foot amateur (illustration)
Foot amateur (illustration) © Maxppp

C'est une révolution pour le monde du foot amateur. A la demande de l'Etat, la Fédération Française de Football (FFF) a remodelé les Ligues régionales pour correspondre au redécoupage des nouvelles régions administratives issues de la réforme du territoire.

13 nouvelles régions, 13 nouvelles Ligues

Depuis 1979, la FFF compte 22 Ligues et 102 Districts en France métropolitaine. Mais avec le passage à 13 régions administratives, la FFF a redécoupé la carte de l'Hexagone en autant de Ligues et avec une vingtaine de Districts en moins.

Pour certaines régions, il n'y a aucun changement. La nouvelle Ligue correspond à l’ancienne, c'est le cas pour cinq d'entre elles : Paris Ile-de-France, Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Méditerranée et Corse. En revanche, les autres seront issues de fusion : c'est le cas notamment des vastes régions "Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine", "Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon" et "Aquitaine - Poitou-Charente et Limousin".

Aucun(e)

Depuis l'été, la Fédération planche sur cette réforme territoriale avec les Ligues et les Districts. Un chantier lourd qui impacte tous les volets du football amateur : compétitions, administratif, emplois, juridique... Avec un calendrier qui plus est serré car, dans l’idéal, les Ligues doivent fusionner et se réorganiser d’ici janvier 2017.

Une organisation sportive revue et corrigée ?

Cette réforme - qui concerne deux millions de licenciés et 17.500 clubs à travers toute la France - devrait avoir un impact sur l’organisation des compétitions. Si dans certaines régions, le changement sera indolore, certaines Ligues XXL comme celle du Sud-Ouest vont être confrontées à des problèmes de distance. Certains déplacements nécessiteront plusieurs heures de trajet au sein de la même région en particulier pour le très haut niveau régional.

Une problématique sur laquelle le groupe de travail sur la réorganisation des championnats nationaux qui réunit la FFF, la DTN, des représentants des Ligues, des Districts et des clubs se donne le temps de trouver une solution. La suppression du CFA2 (le plus plus petit échelon national) en tant que tel a été évoqué parmi d’autres pistes mais, à ce stade, rien n’a été tranché ni acté.

Cette réforme devrait aussi déboucher sur une homogénéisation des appellations. Aujourd'hui, il existe jusqu'à cinq niveaux et une quinzaine de dénominations différentes... parfois pour le même niveau (Division Honneur, Division Honneur Régionale, Promotion Honneur, Promotion Ligue..). Cette partie de la réforme ne doit pas voir le jour avant la saison 2017-2018.

Opportunités, tensions et élections repoussées

Mais avant cela, cette réforme est d'abord administrative et pourrait avoir des conséquences sur 1.000 emplois. Comme l'avait déjà promis le président Noël Le Graët, l'objectif de la FFF est clair : conserver tout le monde. Pour le président de la Fédération, le maintien de l’emploi permettra même d’améliorer et d’optimiser les services en direction des clubs amateurs, notamment. Le personnel pourra être ainsi être réaffecté et développer de nouveaux services. Le comptable "en trop" des "anciennes" Ligues qui auront fusionné pourra faire office de conseiller dédié et direct aux clubs. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui faute de moyens financiers ou humains.

Autre volet à gérer : les biens immobiliers des sièges des "anciennes" Ligues. Ils ne devraient pas être vendus - le cas contraire, des questions des préavis non anticipés pourraient se poser - mais conservés pour offrir plus d’espaces aux services décentralisés de la FFF, aux cadres techniques, aux clubs...

Qui dit fusion de certaines Ligues dit batailles de postes en vue. Notamment concernant ceux des présidents de ces instances régionales. Qui va laisser sa place ? Concrètement, la Ligue "Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine" n'aura plus qu'un seul patron contre trois actuellement (un par zone). Des tensions locales pourraient également apparaître pour en prendre la tête comme en "Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon" et en Normandie.

Autre conséquence de cette réforme : l'élection à la présidence de la FFF a été repoussée à mars 2017. Initialement prévue en décembre 2016, elle a été décalée afin que les élections des nouveaux présidents de Districts et de Ligue - nouvelles formules - puissent se dérouler. Viendra ensuite le temps d'élire le successeur de Noël Le Graët qui a prévu de dire cet automne s'il se représentait ou pas. Quoi qu'il en soit, l'actuel patron de la Fédération entend mener à bien ce gigantesque chantier qui lui tient à cœur.

Découvrez la nouvelle Ligue régionale près de chez vous

Aucun(e)
Aucun(e)
Aucun(e)
Aucun(e)
Aucun(e)
Aucun(e)
Aucun(e)

**A LIRE AUSSI

**> La grande ligue de l'Est de football verra le jour en juillet 2017