Football

FOOT | Il y aura finalement des places 42 au grand stade de Lyon

Par Nicolas Blanzat, Virginie Salanson et Anne-Laure Bousiges, France Bleu Saint-Étienne Loire mercredi 22 avril 2015 à 19:11

Stade de Lyon: pas de siège 42 celui du département ... de Saint-Étienne
Stade de Lyon: pas de siège 42 celui du département ... de Saint-Étienne © Maxppp

Face à la polémique grandissante, qui a pris une tournure politique ce mercredi, Jean-Michel Aulas le président de l'Olympique Lyonnais revient sur sa décision : le numéro 42 ne sera pas banni du nouveau stade de Lyon.

L'Olympique Lyonnais et son président, Jean-Michel Aulas, reviennent sur leur décision : il y aura bien des places avec le numéro 42 au nouveau grand stade de Lyon.

Le président de l'OL l'a fait savoir, ce mercredi soir, sur le réseau social Twitter.

Jean-Michel Aulas fait donc machine arrière, ce mercredi soir, alors qu'il parlait "de trait d'humour" la veille quand l'Olympique Lyonnais avait annoncé qu'il n'y aurait pas de siège numéro 42 dans son nouveau stade, une pique directement destinée à son meilleur ennemi : le club voisin de l'ASSE et au numéro de son département, la Loire.

Un drôle de trait d'humour

Les Verts avaient immédiatement réagi dans un communiqué : "Cette décision, qualifiée de trait d’humour par l’OL, illustre au contraire une forme d’ostracisme dangereux qui n’honore pas le club lyonnais et ses dirigeants" . Les dirigeants de l'ASSE avaient aussi fait monter la pression en ajoutant ne pas exclure des suites judiciaires : "Les juristes de l'ASSE étudieront, avec la Ville de Saint-Etienne, toutes les voies juridiques possibles".

Là encore, Jean-Michel Aulas, qui maîtrise décidément l'art de créer le buzz, avait qualifié sur Twitter cette réaction de "ridicule".

Mais la polémique a enflé au fil de la journée de mercredi, prenant même un tour politique quand le sénateur de la Loire, Maurice Vincent, a fait savoir qu'il trouvait la décision de l'OL "particulièrement déplacée et inutilement provocatrice".

Maurice Vincent a donc "sollicité Gérard Collomb" , le maire de Lyon, "afin qu'il puisse faire entendre au club rhôdanien la voie de la raison sur cette affaire symbolique qui dépasse largement le cadre du football".

L'Olympique Lyonnais fait marche arrière

Message entendu côté lyonnais, après l’appel au rassemblement de la Région, sur France Bleu Saint-Étienne Loire, le maire de Lyon, Gérard Collomb, s’est aussi fendu d’un tweet d’appel au calme. Le maire de Lyon assure que "la pelouse sera verte et les Stéphanois seront les bienvenus au Grand Stade, notamment pour voir gagner l'@OL ;-) "

Une petite taquinerie pour conclure, certes. Mais au final, Jean-Michel Aulas rétropédale tout de même et le communiqué de l'OL est fleuri de mots apaisants : "Le derby doit rester un événement empreint de folklore et de légende mais aussi de sincère amitié (...) excluant aversion et débordement". Gaël Perdriau, le maire de Saint-Étienne, s'est réjoui mercredi soir que cette *" décision mette un terme à une polémique aussi blessante qu'inutile (...). Le sport reprend ainsi toute sa place " * a-t-il conclu.