Football

Foot - Ligue 1 / Francis Gillot : "Si on veut être gourmand, il faut donner les moyens"

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde vendredi 7 mars 2014 à 13:35

Troisième saison à la tête des Girondins de Bordeaux pour Francis Gillot.
Troisième saison à la tête des Girondins de Bordeaux pour Francis Gillot. © Maxppp

Avant le match de dimanche face à Lyon, l'entraîneur des Girondins ne désespère pas de raccrocher le wagon européen. Mais il laisse aussi entendre qu'il n'a pas le même effectif que ses concurrents. Et tant pis si ça ne fait pas plaisir à ses dirigeants.

Francis Gillot va tenter de qualifier Bordeaux pour une troisième coupe d'Europe d'affilée. Logique au regard du pedigree et de l'histoire des Girondins, beaucoup moins au vu de ce qu'est devenu le club .

Avec le septième budget, Bordeaux est aujourd'hui huitième de la Ligue 1. Mis à part le stade de Reims, les clubs classés sportivement devant lui le sont aussi financièrement .

L'entraîneur estime donc que les Girondins sont à leur place, celle d'un club du premier tiers du championnat qui n'a peut-être pas les armes pour viser plus haut.

"On est capable de finir entre la troisème et la sixième place, c'est la position normale de Bordeaux." — Nicolas De Tavernost (France Football - oct 2013)

Un club dont les dirigeants mènent une cure d'austérité. Une cure indispensable mais qui les a conduits à se défaire de quelques uns de leurs meilleurs éléments depuis deux saisons (Ciani, Gouffran, Plasil, Trémoulinas, Obraniak).

"On est toujours au taquet. Parfois on ne l'est pas et on se fait punir." — Francis Gillot

L'ancien entraîneur de Sochaux et Lens, sous contrat avec Bordeaux jusqu'en 2015, défend son bilan (5e en 2012, 7ème de la coupe de France en 2013) et celui d'une équipe dont l'inconstance est aussi agaçante que compréhensible .

Pour lui, Lille, Marseille, Saint-Étienne et Lyon sont autrement outillés dans la course à l'Europe.

Francis Gillot : "Est-ce qu'on est là parce que c'est notre niveau ?"

Une victoire dimanche face à Lyon laisserait la porte ouverte au "miracle" d'une nouvelle qualification. Francis Gillot s'accroche à cette hypothèse . Faute de mieux.

Francis Gillot : "On est diminué tous les six mois"

Partager sur :