Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Foot - Ligue 1 : Les Girondins de Bordeaux humiliés par Caen (1-4)

Par

Ça aurait dû être le match de la relance. Ç’aura été celui de la rechute, inattendue et inquiétante. Balayé par des Normands euphoriques, moqué par ses supporters, Bordeaux a du souci à se faire.

L'ouverture du score caennaise et le début du calvaire bordelais.
L'ouverture du score caennaise et le début du calvaire bordelais. © Maxppp

Les Girondins auront donc perdu les deux matches de leur semaine. Mais s'ils ont quitté la pelouse d'Anfield Road après une défaite honorable face à Liverpool en Ligue Europa (2-1), ils sont sortis sous les sifflets de leur supporters dimanche soir, enfin de ceux qui avaient eu le courage de rester jusqu'au bout.

Publicité
Logo France Bleu
loading

Scène rare, peut-être même unique dans l'histoire du club, le virage sud s'est vidé à dix minutes du coup de sifflet final, les Ultras ne supportant pas de voir leur équipe dans un tel état de délabrement.

"On a honte, on n'a pas été à la hauteur'" André Poko, milieu de terrain des Girondins

Très tôt, on a senti que Bordeaux n'y était pas et l'impression s'est confirmée au tableau d'affichage face à des Caennais qui, avec un peu plus de lucidité et de maîtrise dans le dernier geste, auraient déjà dû se mettre à l'abri à la pause (0-1).

La trêve est encore loin

Si l'entraîneur normand Patrice Garande avouait avoir vu très vite que "les Girondins n'avaient pas les jambes", il serait trop facile de faire reposer cet échec sur la seule fatigue. Son homologue bordelais Willy Sagnol, encore sonné devant les médias, évoquait lui une "fatigue psychologique qui a abouti à un non-match".

loading

Le problème, c'est qu'il ne s'agit pas d'une première (Reims, Nice, Ajaccio) pour une équipe, certes jeune mais qui a aussi manqué de caractère et de solidarité pour tenter d'inverser la tendance.

Willy Sagnol et Bordeaux vont devoir s'accrocher. © Maxppp

Bordeaux compte aujourd'hui dix points de retard sur Caen, nouveau dauphin du PSG, mais surtout quatre longueurs d'avance sur la zone rouge. Inquiétant car le rythme ne va pas faiblir avec six matches à son menu d'ici Noël.

A Bastia mercredi puis face à Guingamp dimanche, les Girondins devront se rebeller, avec leurs moyens du moment, pour éviter de partir en vacances la peur au ventre.

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu