Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Football : le bilan des violences lors de la finale de la Ligue Europa

jeudi 17 mai 2018 à 7:00 Par Pierre Emparan et Marine Laugénie, France Bleu

C'est un réveil douloureux ce jeudi pour les supporteurs de l'Olympique de Marseille battu en finale de Ligue Europa 3-0 par l'Atlético de Madrid. Les espagnols portés par un Antoine Griezmann auteur d'un doublé. L'après-match a aussi été marqué par des débordements à Marseille et Lyon.

Les débordements au Vieux Port de Marseille après le match OM-Atlético
Les débordements au Vieux Port de Marseille après le match OM-Atlético © AFP - Bertrand LANGLOIS

Une trentaine d'interpellations à Lyon et Marseille

Une dizaine d'arrestations sur le Vieux-Port pour des jets de projectiles et des dégradations. 21 arrestations à Lyon avant, pendant et après la rencontre dont 18 supporteurs de l'OM.  17 sont en garde à vue ce jeudi matin, essentiellement pour usage de fumigènes, violences aggravées et dégradations.

Des débordements moins importants que redoutés

A Lyon d'abord juste avant  le coup d'envoi, les Marseillais ont brûlé des dizaines de fumigènes en virage pendant l'entrée des joueurs. Lors du match, quelques violences ont éclaté en tribunes entre supporteurs. Un Marseillais a aussi tenté de pénétrer sur la pelouse. Enfin des bagarres ont éclaté dans le centre ville après la rencontre.  Au final, l'important dispositif de sécurité composé notamment de 1.250 policiers gendarmes et CRS, aura permis de limiter les violences autour de cette finale européenne classée à risques.

Dans le même temps, à Marseille, il y a eu un face à face tendu sur et autour du Vieux-Port entre des jeunes de cités et des CRS. Pendant une heure, ils ont échangé insultes et projectiles contre bombes lacrymogènes. Quelques poubelles ont été incendiées mais là-aussi la présence policière a permis un retour au calme vers 00h30.