Football

Football - GF38 : les vertus de la concurrence

France Bleu Isère dimanche 9 mars 2014 à 17:55

Une séance d'entraînement à la Poterne.
Une séance d'entraînement à la Poterne. © Romain Lantheaume

L’arrivée de trois nouvelles têtes – Frédéric Thomas, Fernander Kassaï et Kervens Belfort – à la Poterne lors du mercato d’hiver, a renforcé la concurrence dans les rangs du GF38 et accru la détermination de l’ensemble de l’effectif.

Jeudi après-midi ensoleillé à la Poterne, le centre d’entraînement du GF38.  Les joueurs sont répartis en plusieurs groupes pour s’adonner à des parties de tennis-ballon. Sur un terrain, Hugo Cianci et son compère Malik Rouag défient les nouveaux venus Fernander Kassaï et Kervens Belfort. Le ton reste bon enfant mais le moindre point fait l’objet d’interminables marchandages (pour la petite histoire, les anciens ont battu le duo d’arrivants trois sets à zéro).

L’anecdote illustre bien le vent nouveau qui souffle sur la Poterne depuis près d’un mois et l’arrivée des recrues hivernales. "Le changement est intervenu lorsque les recrues sont arrivées. Les joueurs sont plus concernés. En voyant débarquer trois recrues, en plus susceptibles d’être titulaires, le reste du groupe a compris qu’il y a trois places en moins à prendre" , explique Olivier Saragaglia , l’entraîneur du GF38.

Les nouveaux très observés

L’effet a été immédiat. Si l’annonce de la signature de Frédéric Thomas était connue depuis une semaine, les Grenoblois ont été informés des arrivées de Fernander Kassaï et Kervens Belfort juste avant le match à Nice (2-0), le 31 janvier dernier. Très vite, les nouveaux venus ont fait l’objet de toutes les conversations. "Pendant l’échauffement, à Nice, j’ai croisé les remplaçants, ils parlaient des recrues, ‘tu l’as vu lui, il a fait tant de matches, etc’. Juste avant le match, les joueurs cogitaient déjà ", souligne Arnaud Genty , l’entraîneur des gardiens. L’éclaircie entrevue sur la Côte d’Azur s’est depuis prolongée au Stade des Alpes, face à Marignane (2-1), offrant aux Isérois la place de leader pour la première fois de la saison, après 18 journées.

"Pas besoin d’en rajouter pour les motiver"

Avec trois joueurs supplémentaires à sa disposition, Olivier Saragaglia doit désormais faire des choix chaque semaine alors qu’il avait parfois du mal à bâtir un groupe de dix-sept joueurs aptes en première partie de saison. Le technicien se réjouit de cette concurrence accrue.  "c’est plus facile à gérer, on sent les joueurs plus concernés, je n’ai pas besoin d’en rajouter sur la détermination et sur l’envie, ça se fait tout seul ".

Les joueurs s'entraînent grâce au "tennis-ballon". - Aucun(e)
Les joueurs s'entraînent grâce au "tennis-ballon".
Gagner sa place

"Là où c’est plus compliqué, c’est de faire des choix, et essayer de faire les bons choix, parce qu’on sait qu’on va laisser pas mal de joueurs de côté ", note-t-il. Mais l’entraîneur isérois reste persuadé d’avoir sous ses ordres un groupe qui ne va rien lâcher. Il a reçu Malik Rouag et Jimmy Giraudon , souvent titulaires en première partie de saison mais non retenus contre Marignane, en entretien individuel dans la semaine suivant le match.  "Soit le joueur s’accroche et travaille pour être le plus performant possible et regagner sa place, soit il lâche et s’exclut tout seul du projet" . La balle est désormais dans le camp des joueurs et vue l’envie affichée à l’entraînement, pas de doute, tous veulent la saisir au bond.

Reportage : Romain Lantheaume Edition : Martin Bartoletti

Partager sur :