Football

Football - GF38 : Michel et Gache, 2014 l’année des "Flo"

France Bleu Isère dimanche 9 mars 2014 à 17:55

L'entraînement au Stade des Alpes.
L'entraînement au Stade des Alpes. © Romain Lantheaume

Milieux de terrain, gauchers, formés au Grenoble Foot 38, auteurs d’un début d’année 2014 tonitruant, Florent Gache et Florian Michel possèdent de nombreux points communs. Discrets dans la vie de tous les jours, les deux Flo ont accepté de se dévoiler. Rencontre.

Pour trouver le meilleur buteur du GF38 en 2014, il ne faut pas regarder que du côté de Nassim Akrour ou d’Aïssa Yahia-Bey , mais un peu plus bas sur le terrain. Avec respectivement cinq buts et deux réalisations  au compteur, Florent Gache et Florian Michel incarnent les renards de surface du club alpin en ce début d’année . Plus globalement, les deux milieux de terrains sont à créditer de performances de haut niveau en 2014. Un retournement de situation inattendu alors que les deux joueurs formés à la Poterne commençaient à passer plus de temps sur le banc que sur les pelouses fin 2013.

" Je n’avais jamais vécu ça. C’était plutôt difficile mentalement "

Florian Michel. - Aucun(e)
Florian Michel.

"Je n’avais jamais vécu ça. C’était plutôt difficile mentalement ", concède Flo Michel. "Mais dans un sens, c’était un mal pour un bien. Récupérer sa place représente un challenge. Je me suis remis en question et je me suis bien reposé pendant les vacances ". Et voilà le petit milieu de 21 ans, vif et technique, revenu en pleine forme début 2014. En atteste la réussite qui accompagne son geste technique favori : un petit crochet qui permet au gaucher de mettre l’adversaire dans le vent et de se retrouver en position de frappe. "En ce moment ça marche, donc j’espère que ça continuera dans ce sens-là" , s’amuse-t-il.

Côte et match, FIFA, Jocko

Le retour en forme de Florent Gache n’est pas davantage surprenant. "Il ne lâche rien, c’est un battant, il fait voir qu’il répond présent et qu’il mérite sa place de titulaire ", assure son ami Julien Delétraz qui a côtoyé le milieu offensif au centre de formation isérois puis à Rodez, avant de le retrouver cette saison. Mais le gaucher de 25 ans refuse de tirer la couverture sur lui. "Je n’ai pas de statut de titulaire. On a un groupe de qualité avec des joueurs interchangeables. Les plus en forme doivent jouer. Si à un moment donné, j’ai un coup de mou, j’essaierais d’apporter autre chose en entrant en jeu. On est tous au service du collectif" .

Florent Gache. - Aucun(e)
Florent Gache.

Discret dans la vie de tous les jours, Flo Gache est "un bon gars" , souligne Julien Delétraz. Hors du terrain, il se passionne pour les jeux en tout genre. Notamment les jeux de paris comme** Cote et Match .* "Je ne suis pas le seul, il y a beaucoup de drogués aux paris dans l’équipe" , se défend le milieu offensif. "Il est dans les deux ou trois*** meilleurs parieurs, il tire les autres vers le haut" , assure Julien Delétraz. Fan de FIFA et surtout de Call of Duty * , Flo déplore en revanche le manque de gamers dans l’effectif isérois. "J’étais toujours tombé dans des équipes où il y avait pas mal de joueurs, mais apparemment ce n’est pas le cas cette année. J’ai un peu joué contre Hugo [Cianci]. D’ailleurs, le pauvre, il a vendu la Play' depuis !".*

"Le week-end, j’aime passer du temps avec ma famille et mes amis pour me replonger ensuite dans le foot en semaine "

Que l’ancien Cristolien se rassure, il pourrait prochainement trouver un adversaire à sa taille avec Flo Michel. "Je joue beaucoup à FIFA avec Nathan Monti. On se fait des concours et des petites saisons" , confie « Flo Mich ». "Ça reste dans le foot, donc c’est du plaisir aussi" . Mais le jeune joueur éprouve parfois le besoin de "couper" avec le ballon, même s’il représente sa seule passion. "Le week-end, j’aime passer du temps avec ma famille et mes amis pour me replonger ensuite dans le foot en semaine" . Flo Gache adopte une autre méthode pour se changer les idées : il prend soin de Jocko, "un petit Jack Russell" , dont il est le propriétaire depuis près d’un an. En ce début d’année, Jocko a de quoi être fier de son maître !

Reportage : Romain Lantheaume Edition : Martin Bartoletti