Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football
Dossier : US Orléans Football - Ligue 2 saison 2018/2019

Football : l'US Orléans se sépare de son secrétaire général "d'un commun accord"

-
Par , France Bleu Orléans

Début avril, l'USO avait lancé une procédure de licenciement contre Thomas Séréni, accusé de "divulgation d'informations confidentielles". Le club annonce finalement ce mercredi s'être séparé de son secrétaire général "d'un commun accord" et évoque des "divergences de vue".

Les locaux du club (USO foot)
Les locaux du club (USO foot) © Radio France - Johan Gand

Orléans, France

L'information tient dans un communiqué de presse laconique publié ce mercredi par le club de football orléanais : "Thomas Séréni et l'USO annoncent leur séparation". Le club précise qu'"en raison notamment de _divergences de vue sur la stratégie de développement du club_, M. Thomas Séréni et M. Philippe Boutron [président de l'USO] ont décidé un commun accord de mettre fin à leurs relations professionnelles." Contacté, Thomas Séréni, jusque-là secrétaire général de l'US Orléans, ne souhaite pas s'exprimer ce mercredi, et le président Philippe Boutron indique s'en tenir au communiqué.

Pas de licenciement pour faute grave, mais "une séparation d'un commun accord"

On comprend donc que le désormais ex secrétaire général du club, arrivé en août 2017 à Orléans, n'est pas licencié comme cela avait été initialement envisagé, mais qu'un accord a été conclu entre les deux parties. Dans ce communiqué, on est loin en effet des accusations portées contre Thomas Séréni dans la lettre du 3 avril dernier le convoquant à un entretien préalable à un licenciement "pour divulgation d'informations confidentielles", un motif pouvant être qualifié de faute grave.

Rappelons que selon nos informations, la direction du club accusait en fait Thomas Séréni d'être à l'origine des fuites qui ont permis à France Bleu Orléans de révéler qu'une proposition avait été faite d'augmenter le capital du club pour avoir davantage d'ambitions en Ligue 2 - la proposition finalement rejetée par le conseil d'administration. Le fait d'en parler sur nos ondes avait visiblement provoqué la colère du président Philippe Boutron, et la convocation à l'entretien préalable avait été signifiée 48 heures seulement après les révélations de France Bleu Orléans.

Choix de la station

France Bleu