Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Football : la fusion avec Rhône-Alpes coûte cher aux petits clubs auvergnats.

lundi 5 mars 2018 à 5:11 Par Jean-Pierre Morel, France Bleu Pays d'Auvergne

Depuis la fusion avec Rhône-Alpes, les clubs auvergnats s'inquiètent pour l'avenir. L'augmentation des frais pourrait les contraindre à répercuter la hausse sur le tarif des cotisations. Car grande région rime avec inflation.

Les petits clubs auvergnats s'inquiètent après la fusion avec Rhône-Alpes
Les petits clubs auvergnats s'inquiètent après la fusion avec Rhône-Alpes © Radio France - Eric Le Bihan

Clermont, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Depuis la fusion avec Rhône-Alpes, les clubs auvergnats qui évoluent au niveau régional s'inquiètent de l'augmentation des frais de fonctionnement. Car manifestement, grande région rime avec inflation. "Je me fais beaucoup de souci pour un club comme le mien" avoue Eric Joyon, secrétaire du Lempdes Sports Football qui compte près de 300 licenciés. 

Pour les Auvergnats, grande région rime avec inflation

Passionné et dévoué, Eric Joyon accompagne l'équipe fanion et se souvient d'un match en début de saison. "C'était à Saint Georges, on avait trois arbitres qui venaient de Grenoble, Chambéry et Mâcon, et le délégué qui arrivait de la Drôme, soit 1200 kilomètres et 800 euros à régler, on ne pourra pas suivre...".

les petits clubs auvergnats s'inquiètent pour l'avenir - Radio France
les petits clubs auvergnats s'inquiètent pour l'avenir © Radio France - Eric Le Bihan

A Riom es Montagne, dans le Cantal, Pierre Dufour est aussi très inquiet. "On va avoir du mal à assumer ces dépenses supplémentaires, je ne sais pas comment on va pouvoir faire, sauf à répercuter les augmentations sur le prix de la cotisation pour les pratiquants" poursuit le dirigeant du club (160 licenciés), "mais de toute façon, on ne nous à pas demander notre avis, c'était un mariage arrangé".

On ne pourra pas suivre, sinon en répercutant les coûts aux pratiquants... Pierre Dufour, président du club de Riom es Montagne

qdg

Car c'est le ministère de la jeunesse et des sports qui a imposé ce redécoupage pour épouser les contours de la nouvelle grande région. Et le rapport de force semble nettement en faveur des 200 000 licenciés Rhône-Alpins. C'est quatre fois plus qu'en Auvergne.