Football

Football : Le Stade Malherbe veut surnager à Montpellier

Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) vendredi 14 octobre 2016 à 17:35

Ivan Santini et le Stade Malherbe veulent voir plus haut à l'extérieur
Ivan Santini et le Stade Malherbe veulent voir plus haut à l'extérieur © Maxppp - Stéphane Geufroi

Après deux semaines de trêve internationale, la Ligue 1 reprend ce week end. Le Stade Malherbe va affronter l'un des mal classés : Montpellier, 17e avec une seule victoire depuis le début de la saison et une incapacité chronique à tenir un résultat. Mais les Caennais souffrent à l'extérieur.

Cette 9e journée de Ligue 1 propose un déplacement à priori abordable pour le Stade Malherbe, face à une équipe de Montpellier 17e du classement, affaiblie par plusieurs absences et assez déroutante depuis le début de la saison. Les Caennais vont-ils s'offrir leur premier succès loin de d'Ornano ?

Contexte : septembre noir pour les deux équipes

Le Stade Malherbe, 13e du classement, n’a que trois points d’avance sur le barragiste. Alors que Montpellier, 17e, est juste au dessus de la ligne de flottaison. Les deux équipes ont bien commencé le championnat avant de caler en septembre. Les Caennais ont été secoués dans une série de matchs difficiles (trois déplacements et la réception du PSG) pour une maigre récolte d’un point ; les Montpelliérains n’ont grignoté que deux points en raison de leur incroyable vulnérabilité en fin de match. Le club de l’Hérault a la particularité d’avoir ouvert le score à sept reprises lors des huit matchs disputés cette saison…. pour un maigre bilan d’une seule victoire ! Montpellier a touché le fond dans son incapacité à « tenir un score » à Dijon juste avant la trêve internationale : l’équipe de Frédéric Hantz a concédé un match nul 3-3 alors qu’elle comptait deux buts d’avance à 10 minutes de la fin ! De son côté le Stade Malherbe s’est rassuré le 1er octobre en s’imposant aux forceps contre Toulouse, en s’offrant au passage un deuxième clean sheet consécutif, ce qui lui permet d’afficher un total de 216 minutes sans avoir pris un but. La meilleure série en cours parmi les vingt club de Ligue 1. Le charnière Yahia – Da Silva semble avoir (re)trouvé ses marques.

Les groupes

Côté caennais, Patrice Garande est toujours privé des blessés de longues date : Syam Ben Youssef et Mouhamadou Dabo (retour attendu avant la fin du mois pour le défenseur central et début novembre pour le latéral) et Jeff Louis (retour prévu en février). A Montpellier son seul changement concerne le gardien remplacent : Paul Reulet revient dans le groupe après sa longue absence consécutive à une fracture de la main pendant la préparation estivale. Le jeune caennais a communiqué sa joie sur son compte Twitter

Pour sa part l'entraineur de Montpellier Frédéric Hantz se savait privé de sa charnière centrale : Daniel Congré (blessé) et Vittorino Hilton (suspendu). Mais un nouveau coup dur c'est produit cette semaine avec un accident de la route de William Rémy, son joker en défense centrale ! Difficile d'anticiper la composition qu'il alignera ce samedi ! Il a la possibilité de faire reculer le jeune milieu défensif Ellyes Skhiri. Et de lui associer soit Nicolas Saint-Ruf, qui n'a jamais joué en Ligue 1, soit le nouveau défenseur Cédric Mongongu, qui a signé la semaine passée un contrat d'un an. Mais ce dernier "n'est pas totalement prêt à jouer 90 minutes"selon le coach héraultais. Par ailleurs le milieu de terrain Stéphane Sessegnon, engagé fin septembre, devrait être titularisé pour la première fois. Au premier regard Montpellier semble donc plus pénalisé par les absences, dans ce match entre les deux plus mauvaises défenses du championnat (15 buts concédés par le MHSC / 14 par le SMC)

Dans quel état sera le terrain ?

Après les intempéries qui ont frappé le Sud de la France, la pelouse de la Mosson risque d'être dans un piteux état. Ce qui inquiète un peu Patrice Garande. L'entraineur caennais a lui-même appelé Montpellier ce vendredi en savoir un peu plus sur l'état du terrain. Il s'attend à des conditions de jeu très difficiles.

Il y a 2 ans après de fortes pluies c'était du water-polo et mon équipe n'avait pas su s'y adapter - Patrice GARANDE

Interview Patrice Garande - Influence de l'état du terrain

Ce sera probablement un match beaucoup plus athlétique que technique. Avec une différence qui se fera sur coup de pieds arrêtés plutôt que dans les enchainements de passe, comme lors de la défaite d'avril 2015 dans des conditions semblables. Le contexte aura-t-il une influence sur la composition de l'équipe ? Patrice Garande pourrait par exemple garder sur le banc le jeune attaquant Yann Karamoh qui a beaucoup joué en sélection U19 pendant la trêve internationale.

En avril 2015, une vraie pataugeoire à Montpellier!  - Aucun(e)
En avril 2015, une vraie pataugeoire à Montpellier! - Roland LE MEUR

Malherbe à l'extérieur : à la recherche du match aboutis

Les Caennais, si performants l’an dernier en déplacement (24 points en 19 matchs), sont à la peine dans ce championnat. Un match nul à Bordeaux et trois défaites (Lyon, Rennes, Angers). Dans ces quatre sortie ils n’ont jamais été surclassés, excepté en première mi-temps à Lyon, mais ils n’ont jamais été très dangereux non plus. Le jeu en pivot d’Ivan Santini n’offre pas la profondeur d’Andy Delort et, pour l’instant, les contres caennais ne sont pas assez tranchants. Les hommes de couloirs n’ont pas réussit à offrir des opportunités de but à l’avant-centre croate. Le Stade Malherbe n’a marqué qu’un but en quatre matchs à l’extérieur. Damien Da Silva reconnait qu'il faut absolument commencer à prendre des points à l'extérieur

On a besoin d'une première victoire à l'extérieur pour confirmer nos résultats à domicile - Damien DA SILVA

Interview Damien DA SILVA -

L'historique du SMC : faible moisson à la Mosson

Montpellier et Caen se sont affrontés à onze reprises, en Ligue 1, au Stade de la Mosson. Et la destination ne réussit pas aux Malherbistes : une seule victoire ! C'était lors du dernier match : le 23 janvier 2016. Les hommes de Patrice Garande s'étaient imposés 2 buts à 1. Sinon quelques matchs nuls et plusieurs défaites avec un seul but d'écart avec ces deux équipes souvent très proches au classement. Mais les Caennais ont aussi subi deux gifles : 5-1 en fin de championnat 1990 et 3-0 en mars 2012 lorsque le club du président Nicollin faisait la course en tête championnat. Alexis Thébaux, alors gardien malherbiste, avait subi une déferlante de 33 tirs face à Olivier Giroud et ses coéquipiers. L’ex gardien caennais est revenu sur cette soirée particulière dans sa carrière « je n’ai jamais été autant sollicité dans un match » dit-il, dans notre chronique « Une affiche – une histoire ». Aujourd'hui au Paris FC il nous a aussi confié qu'avec le recul, il regrette d'avoir quitté le Stade Malherbe en 2012.

Sur France Bleu

Montpellier-Caen, une rencontre à vivre en direct et en intégralité sur France Bleu. L'avant-match dès 19h30 avec Boris Letondeur et Didier Charpin. A suivre aussi via nos comptes France Bleu Normandie sur twitter et Facebook.

Partager sur :