Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Football : les supporters de la Berri réagissent au limogeage de l'entraîneur Nicolas Usaï

-
Par , France Bleu Berry

Les clubs de supporters de la Berrichonne Football regrettent le départ de Nicolas Usaï, sans tout lui pardonner pour autant.

Supporters survoltés dans les tribunes de Gaston Petit
Supporters survoltés dans les tribunes de Gaston Petit © Radio France - Justine Dincher

Nicolas Usaï limogé. Trop de défaites, de mauvais résultats le tout dans un contexte particulièrement difficile. "Beaucoup d'affection pour le club à qui je souhaite la plus grande réussite dans la quête du maintien", livre l'entraîneur déchu, dernier hommage au club qu'il coachait depuis octobre 2018.  

La dure loi du football 

"C'est lui qui prend tout dans la gueule, mais c'est quand même pas lui qui est sur le terrain ! Virer un entraîneur c'est trop facile. Quand on en prend autant dans la musette, c'est pas lui le seul responsable", regrette le président des abonnés du club castelroussin Pierre Gaudebert. "C'est la dure loi du football, tu peux pas virer 22 joueurs, vaut mieux virer le coach", ajoute Sébastien Gorgeon, référent du club de supporters Red Blue Angels. 

"Dure loi du football", ou injustice : les fans de la Berri n'effacent pas l'ardoise de Nicolas Usaï pour autant. Le constat est là : la Berri n'a cessé de chuter vers le bas du tableau de la ligue 2. Grenoble, Dunkerque puis Toulouse : trois défaites de suite, six buts encaissés, aucun marqué. Le club de Châteauroux est 18e du classement. 

Péché capital 

Le péché capital de Nicolas Usaï, c'est son tempérament trop mesuré avec ses joueurs, veulent croire les fans. "Certainement, il a été trop gentil. Peut-être qu'il n'a su pas donner de coup de poing sur la table, gueuler un bon coup. A mon avis les joueurs ont le niveau, mais il leur faut un coup de pied au derrière", tonne Pierre Gaudebert. Un déclic qu'espère aussi le référent des Red Blue Angels : "Peut-être que ça va leur faire un choc psychologique."

Si l'on en croit ces supporters, le remplaçant de Nicolas Usaï va devoir tenir davantage ses troupes. "Peut-être que ça va leur faire un choc psychologique. Si vous avez une baguette magique pour faire Viktor Zvunka à Gaston Petit je prends !", plaisante Sébastien Gorgeon. A défaut de retrouver l'entraîneur qui avait amené l'équipe berrichonne jusqu'au titre de champion de France en 2004, c'est le bras droit Olivier Saragaglia qui reprend les rênes pour quelques rencontres. "Lui, je pense qu'il a la voix pour se faire respecter. Il a eu des résultats par le passé, j'espère qu'il va leur donner confiance", veut croire Pierre Gaudebert. Les efforts d'Olivier Saragaglia avaient payé en 2017 : c'est grâce à son travail que la Berri retrouve la Ligue 2, après deux ans en Nationale. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess