Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Football : Nadjma Ali Nadjim, une Bordelaise à toute vitesse en équipe de France

dimanche 26 novembre 2017 à 16:25 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

En connaissant sa première sélection vendredi contre l'Allemagne, l'attaquante Nadjma Ali Nadjim restera la première joueuse internationale des Girondins de Bordeaux. Une ascension fulgurante pour celle qui jouait en D2 il y a six mois, et affronte la Suède ce lundi au stade Chaban Delmas.

La néo-bordelaise, ici face au Paris FC.
La néo-bordelaise, ici face au Paris FC. - FCGB / D.Le Lann

Bordeaux, France

Pour sa première sélection, vendredi dernier, sur la pelouse de la SchücoArena de Bielefeld, en Allemagne, Nadjma Ali Nadjim a vu ce qu'était le niveau international. Les Bleues ont été balayées par l'Allemagne (4-0), et la jeune bordelaise (23 ans), titulaire sur le côté droit de l'attaque, a été remplacée à la mi-temps. Une première sélection frustrante, donc, qu'elle rentera de rattraper ce lundi, sur ses nouvelles terres bordelaises du stade Chaban Delmas.

Mais cette large défaite ne doit pas faire oublier son ascension fulgurante. Vendredi, numéro 13 dans le dos, hommage certainement à sa ville de naissance de Marseille, Nadjma Ali Nadjim a sans doute repensé aux pelouses de D2 sur lesquelles elles se trouvait l'an dernier à la même époque. La vitesse, voilà la principale qualité de Nadjma Ali Nadjim. Sur le terrain bien sûr, où, lorsqu'elle prend son couloir, ses adversaires ont du mal à rattraper cette ailière explosive d'1,63 m. Et puis, dans son parcours aussi. Alors qu'elle évoluait à Grenoble, en D2, l'an dernier, la voilà désormais en équipe de Fance, la vraie, aux côtés d'Eugénie Le Sommer et Wendie Renard.

Pour sa première sélection vendredi, Nadjma Ali Nadjim a connu un baptême du feu difficile en Allemagne (4-0). - Maxppp
Pour sa première sélection vendredi, Nadjma Ali Nadjim a connu un baptême du feu difficile en Allemagne (4-0). © Maxppp - Maxppp

Née à Marseille, origniaire du quartier de La Castelanne, comme un certain Zinedine Zidane, Nadjma Ali Nadjim n'a pas mis longtemps avant de toucher ses premiers ballons. "_J'ai pris ma première licence à 5 ans, raconte-t-elle. Mon frère faisait du foot en club, et tout ce qu'il faisait, je voulais le faire aussi_". Elle continue de taper la balle dans la région marseillaise avant de déménager à Lyon à 11 ans. Elle joue à Saint-Fons, puis à l'AS Minguettes, où elle est repérée par l'Olympique lyonnais, le meilleur club européen féminin. "J'ai hésité à y aller... Parce que j'avais toujours joué avec les garçons, et que pour moi, à l'époque, jouer avec les filles, c'était pas trop ça".

Formée à l'OL

Elle finit pourtant par intégrer les équipes de jeunes lyonnaises, d'abord avec la réserve en D3, à 15 ans, puis avec les U19, une fois la catégorie créée. Elle passera finalement quatre saisons à l'OL, sans jamais jouer avec l'équipe première, faisant parfois de longs passages sur le banc avec les jeunes. "Il y a eu des hauts et des bas, reconnaît-elle. J'ai eu une bonne formation, je ne vais pas m'en plaindre." En janvier 2013, avec un avenir bouché à Lyon, elle choisit l'exil un peu plus au sud, à Claix, en deuxième division, dans la banlieue de Grenoble, puis au Grenoble Foot 38 lorsque le club a été renommé. Elle y fera trois saisons et demie pleines, marquant 37 buts en 36 matchs. Trois saisons entrecoupées d'une tentative en Autriche, terminée avant même d'avoir commencé, à cause d'une blessure aux ligaments croisés.

Après moins de 10 matchs en D1 sous les couleurs marines et blanches, la voilà en équipe de France. - Aucun(e)
Après moins de 10 matchs en D1 sous les couleurs marines et blanches, la voilà en équipe de France. - FCGB / D.Le Lann

Avant, l'été dernier, l'appel des Girondins de Bordeaux. "Je me suis dit que c'était la D1, que c'était ma chance de me montrer pour espérer jouer la Coupe du monde 2019 en France". Parce qu'elle n'a pas abandonné cette ambition, apparue lorsqu'elle a appris que Grenoble, sa ville d'adoption allait accueillir des matchs. Son bon début de saison avec les Girondins, avec huit titularisations en huit matchs, lui aura finalement ouvert les portes du château de Clairefontaine plus tôt que prévu.