Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Football : Nathalie Boy de la Tour ne se représentera pas à la tête de la LFP

Par

l'actuelle présidente de la LFP, Ligue de football professionnel, a annoncé ce mardi dans les colonnes de l'Équipe qu'elle ne briguerait pas un nouveau mandat à la tête de l'institution en novembre prochain. Elle était devenue la première femme à occuper ce poste.

Nathalie Boy de la Tour lors du match de Ligue Europa Rennes/Arsenal en huitièmes de finale l'an dernier. Nathalie Boy de la Tour lors du match de Ligue Europa Rennes/Arsenal en huitièmes de finale l'an dernier.
Nathalie Boy de la Tour lors du match de Ligue Europa Rennes/Arsenal en huitièmes de finale l'an dernier. © Maxppp - Thomas Brégardis

C'est une page qui se tourne à la Ligue de football professionnel. Nathalie Boy de la Tour annonce dans une interview à L'Équipe ce mardi qu'elle ne se représentera pas à la tête de la Ligue pour un nouveau mandat. "C'est un choix mûrement réfléchi", affirme-t-elle. "J'avais pris la décision de ne pas me représenter en début d'année et s'il n'y avait pas eu le Covid-19, je l'aurais communiquée plus tôt", assurant qu'elle irait au bout de son mandat, qui court jusqu'en novembre 2020.

Publicité
Logo France Bleu

"Le management autoritaire ou paternaliste, c'est fini"

Elle était devenue la première femme à occuper ce poste après la démission de Frédéric Thiriez en novembre 2016. "J'en suis fière et heureuse. J'espère avoir créé des vocations et le foot a besoin de se féminiser", estime-t-elle. "Les codes doivent changer. Le management autoritaire ou paternaliste, c'est fini. La bienveillance n'est pas une faiblesse", dit-elle. "J'ai passé quatre ans à la Ligue. Quatre ans, c'est un bon cycle", ajoute-t-elle. Nathalie Boy de la Tour a d'autres projets, comme celui de suivre son fils dans le club de foot où il joue : "J'ai pris une licence de dirigeante bénévole dans le club", détaille la présidente.

"On a pris les décisions à un moment donné, je l'assume"

Critiquée par les clubs français pour ne pas avoir défendu leur cause auprès du gouvernement au moment de l'arrêt des championnats, à cause de la crise du Covid-19, Nathalie Boy de la Tour se défend. "On a pris les décisions à un moment donné. Je les assume, c'étaient les bonnes. Je n'ai pas entendu beaucoup de voix à l'époque s'élever contre. C'est facile de refaire l'histoire après", tranche la présidente de 51 ans. 

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu