Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Mondial 2018 de football

Football : victime de racisme, le champion du monde allemand, Mesut Özil, renonce à la sélection

lundi 23 juillet 2018 à 8:14 Par Frédéric Chapuis, France Bleu

Mesut Özil, champion du monde 2014 avec l'Allemagne, décide de ne plus jouer pour la sélection. Le meneur de jeu de la National Mannschaft, se dit victime de racisme depuis l'élimination au premier tour des champions du monde 2014.

Mesut Özil annonce qu'il ne jouera plus pour l'Allemagne.
Mesut Özil annonce qu'il ne jouera plus pour l'Allemagne. © Maxppp -

Mesut Özil ne jouera plus pour l'Allemagne. Le meneur de jeu d'origine turque se dit victime de "racisme" depuis l'élimination de la Mannschaft au premier tour du Mondial 2018 de football.

Une photo prise avec Erdogan très critiquée

Les critiques contre Mesut Özil ont commencé avec une photo prise avec le président turc Tayyip Erdogan, juste avant la Coupe du monde en Russie. Le joueur d'Arsenal regrette les récupérations politiques : "comme beaucoup de gens, mes racines ancestrales recouvrent plus qu'un seul pays. J'ai certes grandi en Allemagne, mais mon histoire familiale a ses racines solidement basées en Turquie", explique me meneur de jeu. "J'ai deux coeurs, un allemand et un turc", conclut-il dans une lettre publiée sur le réseau social Twitter.

Mesut Özil, victime de l'élimination allemande ? 

Après l'élimination allemande au 1er tour du Mondial en Russie, plusieurs observateurs ont accusé Mesut Özil de manquer de loyauté envers l'Allemagne. Le manager de la Mannschaft, Oliver Bierhoff, a même affirmé "qu'il aurait fallu envisager de se passer d'Özil" pour la Coupe du monde.  

En fait c'est surtout l'absence de soutien de la Fédération allemande (DFB) qui a poussé le champion du monde 2014 à quitter la sélection. "Lors de ces deux derniers mois, ce qui m'a le plus peiné est le mauvais traitement que m'a infligé la DFB et son président Richard Grindel", détaille le joueur d'Arsenal. "Alors que j'ai essayé d'expliquer à Grindel mon héritage, mes ancêtres et, par conséquent, lui faire comprendre les raisons qui m'avaient amené à prendre cette photo, il était plus intéressé par le fait de parler de ses propres positions politiques et de rabaisser mon opinion", écrit M. Özil, auteur de 23 buts en 92 sélections.  

Le joueur de 29 ans poursuit ne plus vouloir servir "de bouc émissaire" au président de la Fédération allemande. "Aux yeux de Grindel et de ses soutiens, je suis Allemand quand nous gagnons, mais je suis un immigrant quand nous perdons", a-t-il affirmé. 

Si le champion du monde allemand, sacré en 2014 au Brésil après une 3e place en 2010, accepte de recevoir des critiques sur sa performance sportive, il refuse d'être attaqué sur ses origines ethniques. "Si un journal ou un consultant considère que je suis fautif pendant un match, ça je peux l'accepter. Mais ce que je n'accepte pas, c'est que des médias allemands aient continuellement critiqué mon double héritage et une simple photo pour expliquer la mauvaise Coupe du monde d'une équipe entière", a-t-il déploré, dénonçant une "propagande de droite".