Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fumigènes : les Ultras de l'AS Saint-Etienne champions de France de la pyrotechnie

Le rapport de la mission sur le supportérisme rendu mercredi relève notamment un usage croissant d'engins pyrotechniques au premier rang duquel on retrouve les Ultras stéphanois.

En décembre dernier, un feu d'artifice avait été tiré par les Ultras du kop nord lors d'ASSE - PSG.
En décembre dernier, un feu d'artifice avait été tiré par les Ultras du kop nord lors d'ASSE - PSG. © AFP

Parmi les axes d'étude du rapport de la mission d'information sur le régime des interdictions de stade et le supportérisme rendu mercredi que France Bleu Saint-Etienne Loire a pu consulter, il est constaté un usage croissant d'engins pyrotechniques dans les stades. Selon le rapport, 2.054 engins pyrotechniques ont été craqués la saison dernière au premier rang duquel on retrouve, et loin devant, les Ultras stéphanois (507). Pour autant, la plus grosses factures est pour le PSG avec 260.500 euros d'amendes devant l'ASSE, 229.000 euros.

"Selon le rapport, 2054 engins pyrotechniques ont été craqués la saison dernière au premier rang duquel on retrouve, et loin devant, les Ultras stéphanois."

D'ailleurs, depuis 2013, dans la Loire, la principale raison d'interdiction administrative de stade (IAS) est les fumigènes, soit l'introduction, la détention ou l'usages de fumigènes devant les stupéfiants et l'alcool. La durée d'interdiction oscille en moyenne entre 6 et 12 mois.

Marseille, club le plus surveillé de France

Le rapport préconise de ne pas dépasser cette durée. Le travail des deux députés pointe aussi une utilisation abusive de ces IAS de la part des préfets. Là, les Stéphanois ne sont pas les premiers visés mais les Marseillais avec 135 IAS devant Lyon (100) et Saint-Etienne (98).

Quant aux déplacements de supporters et les arrêtés préfectoraux d'interdiction de périmètre, Marseille est devant (7). Et si on ajoute les arrêtés ministériels et d'encadrement, l'OM reste le club le plus encadré de France avec 16 mesures prises la saison dernière. Pour rappel, en plus de la limitation des IAS, le rapport Buffet - Houlié préconise aussi un usage encadré des fumigènes. Le rapport pourrait donner lieu à un projet de loi avant l'été.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu