Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Girondins de Bordeaux : du positif dans la défaite contre le PSG (4-3)

-
Par , France Bleu Gironde

Face à un leader parisien pas totalement serein, les Girondins de Bordeaux ont eu du répondant. Pas suffisant pour arracher un point, mais dans leurs valises, les Bordelais ramènent tout de même du "positif" de Paris.

Les Girondins de Bordeaux se sont montrés accrocheurs.
Les Girondins de Bordeaux se sont montrés accrocheurs. © Maxppp - Sébastien Muylaert

"On est très contents." Les mots de Paulo Sousa peuvent surprendre après une défaite. Mais le coach girondin a apprécié le combat livré par ses joueurs au Parc des Princes et le "contenu." Face à des Parisiens qui ont rapidement pris le contrôle, avec quasiment 70% de possession en leur faveur sur l'ensemble du match, les Bordelais ont répondu avec leurs armes : de la solidarité, de la concentration, de l'efficacité. Trois facteurs qui leur ont parfois fait défaut ces derniers mois. 

C'était un super match à voir pour les gens...pour nous, les deux équipes, c'était difficile à jouer ! - Loris Benito

Les mains sur les genoux après une accélération en fin de match, Loris Benito a souffert, comme ses coéquipiers, asphyxiés par le PSG. "C'est pas facile de jouer ici. La base, c'est une bonne défense, des lignes resserrées (...) et si on a des contre-attaques, il faut bien les jouer." 

Loris Benito : "Ce n'est pas souvent que tu marques trois buts au Parc..."

Ce que les Girondins n'ont pas manqué de faire, défendant bas et sautant sur les opportunités. Ce sont d'ailleurs eux qui ouvrent le score. Alors que les Parisiens viennent de perdre leur capitaine Thiago Silva sur blessure, Hwang profite du léger flottement dans la défense pour placer sa tête (18e, 0-1). Le Sud-Coréen remplaçait un Briand indisponible à la pointe de l'attaque bordelaise, soutenu par Samuel Kalu qui faisait son grand retour après plusieurs semaines au placard.

Benoît Costil dans le coup, Rico tremble

Benoît Costil a longtemps gardé les siens dans le match. S'il ne peut rien sur l'égalisation de Cavani -le 200ème but du Matador avec Paris, (25e, 1-1)-, le gardien girondin s'interpose devant ce même Cavani (22e), Mbappé (29e) ou encore Kehrer (61e).

Les supporters parisiens ont apprécié la performance bordelaise - Reportage

Sergio Rico, le gardien parisien, a vécu lui une soirée compliquée : il offre à Pablo le but du 2-2 en dégageant sur le défenseur brésilien juste avant la pause (45e+3). Et manque récidiver en seconde période, avec une passe directement dans les pieds de Nicolas De Préville. Samuel Kalu ne peut conclure, ce qu'a un peu regretté Laurent Koscielny après coup. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des regrets ? Pas tant côté girondin. "Ce gros match nous donne de la confiance" souligne Toma Basic, encore très actif ce dimanche. "On a montré des choses, sur lesquelles on peut encore progresser." Dominés, les Girondins sont restés solidaires pendant 90 minutes et alors que les jeux semblaient faits à 4-2 (69e), ils ont remis la pression sur le PSG grâce à Pardo (83e, 4-3), pour son premier but en Marine et Blanc.

Neymar disjoncte, Bordeaux dernière équipe sans carton rouge

Déjà averti à la mi-temps pour avoir protesté avec trop de véhémence auprès de l'arbitre, Neymar, symbole d'un PSG nerveux, a perdu son sang-froid dans le temps additionnel. Il commet une faute dangereuse, de vengeance, sur Yacine Adli (90e+2) et est logiquement expulsé. Bordeaux est désormais la seule équipe de Ligue 1 qui n'a pas récolté de carton rouge.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess