Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Girondins de Bordeaux : qui est Frédéric Abitbol, le mandataire chargé de trouver une solution à la crise ?

-
Par , France Bleu Gironde

Après le départ de l'actionnaire américain King Street, le Tribunal de commerce de Bordeaux a nommé Frédéric Abitbol comme mandataire ad hoc. Il va conseiller le président des Girondins de Bordeaux et évaluer la solidité des éventuels repreneurs qui se positionnent sur le dossier.

L'administrateur judiciaire Frédéric Abitbol lors d'une assemblée générale extraordinaire de la société de vins et spiritueux Belvedere.
L'administrateur judiciaire Frédéric Abitbol lors d'une assemblée générale extraordinaire de la société de vins et spiritueux Belvedere. © AFP - MIGUEL MEDINA / AFP

Le compte à rebours est lancé et il reste 2 mois aux Girondins de Bordeaux pour trouver un repreneur. Pour aider le club dans ses démarches, le Tribunal de commerce a nommé Frédéric Abitbol comme mandataire ad hoc, d'après nos confrères de l'Équipe. Il sera chargé de conseiller le président du club, Frédéric Longuépée, et de proposer une solution de reprise, ou non, au Tribunal de commerce. Pour rappel, l'actionnaire doit faire face à une dette entre 50 et 80 millions d'euros et le club est désormais sous la protection du Tribunal de commerce.

Frédéric Abitbol est un administrateur qui a l'habitude des dossiers médiatiques : Conforama, Partouche, William Saurin ou encore Bernard Tapie. À chaque fois, plusieurs centaines de millions d'euros sont en jeu ou même plusieurs milliards d'euros de dettes dans le cas du groupe Casino. Pour autant, s'il s'est souvent occupé des dossiers médiatiques, "la lumière ne l'intéresse pas", assure un de ses collègues. Il y a quelques semaines, Frédéric Abitbol était interrogé par le magazine Challenges à propos des faillites d'entreprises françaises et il disait que "plus on traite un problème tôt et moins il a eu le temps de [...] se propager, de se diffuser à toutes les couches de l'entreprise". Sur le dossier des Girondins, il aura jusqu'à la fin juin pour trouver un repreneur et la mi-juillet pour proposer une solution au président du tribunal de Commerce.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess