Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Girondins de Bordeaux : "Mon seuil de confiance a été atteint" prévient Jean-Louis Gasset

-
Par , France Bleu Gironde

En conférence de presse ce vendredi, avant Bordeaux-Rennes dimanche, l'entraîneur des Marine et Blanc Jean-Louis Gasset a annoncé du changement dans le choix du plan de jeu et dans celui des hommes. "Mon seuil de confiance a été atteint", dit-il, annonçant la mise à l'écart de certains joueurs.

L'entraîneur Jean-Louis Gasset n'a pas été tendre avec son groupe, ce vendredi, en conférence de presse.
L'entraîneur Jean-Louis Gasset n'a pas été tendre avec son groupe, ce vendredi, en conférence de presse. © Radio France - Thomas Coignac

"Comme des gamins qui ont fait une bêtise". Voilà comment l'entraîneur Jean-Louis Gasset a retrouvé les Girondins de Bordeaux, mardi, après leur défaite à Lorient (4-1). Mais après la méthode douce, l'entraîneur bordelais s'est transformé en père Fouettard cette semaine. "Mon seuil de confiance a été atteint", a dit le technicien girondin, ce 30 avril en conférence de presse, en annonçant des changements dans son équipe qui affrontera Rennes dimanche à 13h au Matmut Atlantique. "Peut-être que ça mérite une sanction, peut-être que les garçons vont réagir au banc de touche ou à la tribune", sans citer les noms des joueurs concernés. 

Les jeunes, "une solution possible" 

Et qui pour les remplacer ? Jean Louis-Gasset a évoqué les jeunes, ce vendredi en conférence de presse. "Aujourd'hui, ça devient une solution possible", a-t-il dit, évoquant les "petits, qui vont, j'espère, rentrer là dedans en prenant le taureau par les cornes". 

Le jeune Malien Issouf Sissokho pourrait bénéficier du manque de confiance de Jean-Louis Gasset vis-à-vis de certains de ses joueurs.
Le jeune Malien Issouf Sissokho pourrait bénéficier du manque de confiance de Jean-Louis Gasset vis-à-vis de certains de ses joueurs. © AFP - SEBASTIEN SALOM-GOMIS

Les petits, mais lesquels ? Ce ne sera pas le défenseur togolais Loïc Béssilé (22 ans), blessé, ni Dilane Bakwa, toujours embêté par des ennuis de santé. Mais, au milieu de terrain, le Malien Issouf Sissokho (19 ans), qui a marqué son premier but en professionnel à Lorient et que Jean-Louis Gasset "surnomme Ngolo Kanté", a une vraie carte à jouer. Tout comme Tom Lacoux (19 ans). Devant, l'ailier Amadou Traoré (19 ans) et l'avant-centre Sékou Mara (18 ans) pourraient gagner un peu plus de temps de jeu ce dimanche. D'autant plus que l'équipe est privée des blessés Nicolas de Préville, Vukasin Jovanovic, Otavio, Laurent Koscielny et du suspendu Jean-Michaël Séri. 

Peut-être que j'accentue trop sur la sortie de la balle, le beau jeu

L'autre changement, en plus des jeunes, risque d'être le plan de jeu. Face à des Rennais qui ont remporté cinq des sept matchs joués avec leur nouvel entraîneur Bruno Génésio, le plan de jeu des Girondins pourrait être (encore) moins ambitieux que d'habitude. "Peut-être que j'accentue trop sur la sortie de la balle, le beau jeu". Même si ça n'a pas sauté aux yeux des supporters ces derniers mois. "Peut être qu'il faut avoir un jeu plus direct (...) jouer un peu plus long et jouer les seconds ballons. Déjà on va enlever un souci à la défense de sortir la balle de derrière". 

Balayés à Lorient (4-1 score final), les Girondins sont "comme des gamins qui ont fait une bêtise".
Balayés à Lorient (4-1 score final), les Girondins sont "comme des gamins qui ont fait une bêtise". © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Parce que les Girondins vivent dans la peur, comme le dit Jean-Louis Gasset : "La confiance, ça ne s'explique pas. Perdre des ballons, ne pas vouloir le ballon, ne pas se montrer dans la bonne intervalle ... C'est le doute, c'est comme ça". Un doute né de la situation sportive et du désengagement de l'actionnaire King Street, qui a pourri le stade alors que les joueurs étaient sensés se souder à Ploemeur avant le match à Lorient. "Tout le monde était au téléphone en parlant à son agent", raconte Jean-Louis Gasset. 

Les joueurs ont vu les salariés 

Une situation qui inquiète aussi les quelque 300 salariés du club. Certains ont rendu visite aux joueurs et au staff, jeudi avant l'entraînement. Une visite qui est allée "droit au cœur" de Jean Louis-Gasset. L'entraîneur a en revanche été beaucoup moins tendre avec King Street, parlant même de "trahison" pour évoquer le départ de l'actionnaire. 

"La où je suis déçu, c'est que des gens m'ont téléphoné cet été, je les ai vus en visio une, deux, trois, quatre fois. A force de me dire 'vous avez une image à Bordeaux', 'vous êtes capable', je me suis laissé convaincre. (...) Nous quitter à cinq matchs de la fin, c'est la cerise sur le gâteau". Et cela plonge les Girondins de Bordeaux dans le doute, même s'ils se maintiennent en Ligue 1. Là, la perspective n'a pas changé. Il faut au moins gagner un match d'ici la fin de la saison. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess