Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Les 40 ans de l'épopée des Verts

Glasgow 1976, les 40 ans de l’épopée des Verts : Christian Sarramagna

jeudi 31 décembre 2015 à 5:56 Par David Valverde et Denis Souilla, France Bleu Saint-Étienne Loire

France Bleu Saint-Étienne Loire vous replonge dans l’épopée des Verts de 1976 à l'occasion de la célébration, au mois de mai, des 40 ans de la finale de Glasgow et des poteaux carrés. Retour sur l’un des membres de cette équipe de légende : l'ailier gauche Christian Sarramagna.

Christian Lopez Et Christian Sarramagna
Christian Lopez Et Christian Sarramagna © Maxppp
  - Aucun(e)

Sarramagna c'est un nom qu'on dirait fait pour un chant de supporter, un nom qui sonne qui sonne bien, qui se fredonne. C'est celui d'un joueur à la technique superbe, un pied gauche délicieux, une pépite découverte en lever de rideau de la Coupe de France 1968 lorsqu'il remporte le Concours du jeune footballeur, comme Jean-Michel Larqué quatre ans avant lui. Il signe immédiatement à l'ASSE où il passera finalement neuf saisons. L'histoire de "Sarra" ou "Kinou", comme on le surnommait, c'est celle d'un talent brut qui n'a jamais brillé aussi fort qu'on pouvait le supposer mais dont la pureté footballistique ne faisait aucun doute.

  - Aucun(e)

Il faut parfois profiter du malheur des uns pour se construire son bonheur à soi. Christian Saramagna en a fait l'expérience en ce mois de mai 1976. Si Dominique Rocheteau n'avait pas été blessé lors de la finale de Glasgow, il n'aurait sans doute pas foulé la pelouse d'Hampden Park, pour cette fameuse finale de Coupe des Clubs Champions. C'est sans doute parce qu’il avait tout à gagner qu'il fut finalement peut être le meilleur Stéphanois ce soir-là, avant de céder sa place en fin de match, justement à un Dominique Rocheteau qui jouait sur une jambe. Lui l'ailier gauche, l'équipier, jamais la star, se souvient d'une équipe, d'un groupe, d'une fratrie.

  - Aucun(e)

"Amitié, humilité, solidarité : c'est la force de cette équipe. Je ne pense pas qu'on a toujours été les meilleurs mais il se dégageait quelque chose, de nous tous, qui faisait notre force, et qui a fait ce mythe et ces résultats."
— Christian Sarramagna

  - Aucun(e)

Beaucoup d'anciens Verts de l'époque ont tenté leur chance sur les bancs à la fin de leur carrière, mais Christian Sarramagna est l'un des seuls Verts de l'époque 76 à n'avoir jamais vraiment quitté les terrains de football. Aujourd'hui, il entraîne l'équipe de Cholet en CFA 2, après des passages au Mali, en Tunisie, à Martigues, chez lui à Bayonne et puis à Saint-Étienne. Parce que "Sarra" est revenu dans le Chaudron pendant cinq saisons, comme une évidence. Il a d'abord été adjoint de Robert Herbin à partir de 1987, puis il est passé seul aux commandes du bâteau stéphanois de 1990 à 1992 pour deux saisons conclues en milieu de tableau.

Les 40 ans de l'épopée des Verts : Christian Sarramagna