Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Les 40 ans de l'épopée des Verts

Glasgow 1976, les 40 ans de l’épopée des Verts : Ivan Ćurković

mardi 29 décembre 2015 à 6:20 Par David Valverde et Denis Souilla, France Bleu Saint-Étienne Loire

France Bleu Saint-Étienne Loire vous replonge dans l’épopée des Verts de 1976 avant la célébration, au mois de mai, des 40 ans de la finale de Glasgow et des poteaux carrés. Retour sur l’un des membres de cette équipe de légende : la gardien de but des Verts, Ivan Ćurković.

Ivan Curkovic aux côtés de Jacques Santini
Ivan Curkovic aux côtés de Jacques Santini © Maxppp -
  - Aucun(e)

"Curko" c'est le gardien du temple, le dernier rempart de la forteresse. Il est arrivé un soir à Saint-Étienne sans rien connaître de la France, sans rien connaître de la ville. Pourtant, il s'en est fallu de peu que le Yougoslave ne rejoigne jamais le Forez. Au départ, c'est à Bastia que le portier devait atterrir, mais une blessure de Ćurković a poussé les Corses à changer d'avis, ouvrant la porte à son arrivée dans le Forez. Neuf saisons plus tard, il est devenu l'un des portiers les plus marquants de l'histoire du club, l'un des meilleurs d'Europe à cette époque, et Bastia s'en mord encore les doigts.

→ À lire aussi : Ivan Ćurković : "Saint-Étienne, c'est dans mon coeur, Vert pour toujours"

  - Aucun(e)

Il ne valait mieux pas être la doublure d'Ivan Ćurković durant cette saison 75-76. Le gardien international a disputé l'intégralité des rencontres. Pas question de faire tourner ou de lui accorder une petite récréation. Le Yougoslave tient la baraque et il est indispensable. C'est lui qui a tenu bon quand l'exploit était en route contre Kiev. C'est lui qui n'a pas craqué en demie contre le PSV. A Glasgow, il a vu de loin ses coéquipiers toucher les poteaux, puis il s'est incliné face à Franz Roth à l'heure de jeu.

  - Aucun(e)

"On souvent dû expliquer cette défaite. Mais on a été reçus par le président de la République, on a défilé sur les Champs-Élysées... C'était en fait un 'merci' pour tout ce qu'on avait fait avant. La finale a été une apothéose. Malheureusement, on a perdu mais les gens nous ont dit 'merci pour tout ce que vous avez fait'. Je l'ai toujours compris comme cela. On n'a pas fêté la défaite. C'était inhabituel."
— Ivan Ćurković

  - Aucun(e)

Aujourd'hui, Ivan Ćurković a deux maisons, comme il a deux amours : son pays et Saint-Étienne. Il revient régulièrement dans le Forez au gré de ses activités de dirigeant sportif en Serbie et de son plaisir de passer du temps avec ses anciens coéquipiers. Il est l'un de ceux de cette génération 1976 qui jouit encore d'une aura exceptionnelle, 40 ans après.

Les 40 ans de l'épopée des Verts : Ivan Ćurković

  - Aucun(e)