Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Les 40 ans de l'épopée des Verts

Glasgow 1976 - Maryse Durafour : une fan de foot avant d'être la femme du maire

mercredi 11 mai 2016 à 14:55 - Mis à jour le mercredi 11 mai 2016 à 15:25 Par Léo Tescher et Martin Cotta, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Le 12 mai 1976, 30.000 stéphanois ont assisté à la finale de la coupe d'Europe des clubs champions à Glasgow face au Bayern Munich. Parmi eux, Maryse Durafour, l'épouse du maire de l'époque à Saint-Étienne. Une épouse qui n'a pas attendu son mari pour embrasser le football.

Maryse Durafour entourée des joueurs de l'ASSE en 1975
Maryse Durafour entourée des joueurs de l'ASSE en 1975 - Maryse Durafour

Saint-Étienne, France

C'est une des plus fidèles supportrices de l'ASSE et l'un des visages féminins connus de l'épopée des Verts en 1976. Maryse Durafour, la femme du maire de Saint-Étienne Michel Durafour (1964-1977). Une dame qui a suivi de près le parcours de l'ASSE en coupe d'Europe des clubs champions l'année de la finale des "poteaux carrés".

"Des perruques vertes partout"

Elle en a connu des joueurs à l'ASSE. De Robert Herbin à Rachid Mekhloufi, la passionnée des Verts était une spectatrice régulière au stade Geoffroy-Guichard. Maryse Durafour fréquentait même les femmes de footballeurs, présentes elle aussi dans les travées jusqu'en 1967. "Quand j'ai connu mon mari j'ai changé de tribune. Je n'allais plus avec les femmes des joueurs. J'avais une autre vie". En fait, Maryse Durafour, est passée d'une tribune à l'autre, obligée d'assister à des cérémonies et des réceptions officielles les jours de matchs, en tant qu'épouse de Michel Durafour. Les après-matchs se font alors dans le salon d'honneur du stade Geoffroy-Guichard. "Il n'y avait pas le salon untel, le salon Platini, le salon des patrons etc. Jamais, à l'époque, nous n'aurions regardé du foot derrière la vitre avec une bouteille de champagne" s'exclame la passionnée.

"Quand j'ai connu mon mari,  j'ai changé de tribune"

Celle qui fait la bise aux Larqué, Rocheteau et autre Revelli et Janvion, n'a manqué aucun match de coupe d'Europe à Saint-Étienne où l'ambiance montait à chaque veille de match : "C'était euphorique dans les rues. Il y avait des perruques vertes partout. À l'époque, tous les chanteurs venaient chanter. Les radios se déplaçaient. Danièle Gilbert était là avec Midi Première" se souvient-elle.

Maryse Durafour se déplaçait également avec les Verts à Sofia, Eindhoven, et bien sûr à Glasgow. Pendant que Michel Durafour travaillait entre le ministère du travail à Paris et la mairie de Saint-Étienne.

→ À LIRE ÉGALEMENT : 40 ans de la finale de Glasgow : les Verts de 1976 en direct sur France Bleu Saint-Étienne Loire