Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Havre AC : pourquoi le défenseur Harold Moukoudi a refusé des offres folles en Angleterre ?

mercredi 12 septembre 2018 à 16:27 Par Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Très convoité durant le mercato, par des clubs de Ligue 1 et d'Angleterre, Harold Moukoudi est finalement resté au HAC. Le défenseur central et international U20 explique son choix et la façon dont il a vécu le dernier mercato.

Harold Moukoudi est l'un des meilleurs défenseurs en Ligue 2
Harold Moukoudi est l'un des meilleurs défenseurs en Ligue 2 © Maxppp - Emmanuel Lelaidier

Le Havre, France

Ce vendredi, Harold Moukoudi retrouvera le onze de départ du HAC, à l'occasion du déplacement à Nancy, en Ligue 2. A 20 ans, le défenseur central et international U20 a choisi de rester dans son club formateur, alors qu'il était très convoité pendant le mercato estival.  Le jeune homme a notamment dit non à des offres astronomiques en Angleterre. Pour la première fois, il explique son choix. Il revient aussi sur les raisons qui font qu'il n'est pas parti en Ligue 1 et qu'il a, jusque là, choisi de ne pas prolonger avec le club havrais, à un an de la fin de son contrat. 

Harold Moukoudi, avec Bertrand Queneutte

Harold, comment avez-vous vécu le mercato ? 

HM : Avec le président, on s’était dit que si aucune proposition ne satisfaisait tout le monde, je resterais au club. Moi, je suis heureux d’être ici. Le mercato, ce n’est jamais une période facile. C’est la première fois que je me retrouvais dans cette situation. Cela a été compliqué. Mais j’ai un entourage bienveillant, qui est derrière moi. Cela m’a permis de rester concentré sur le terrain, c’est le plus important. Je suis très heureux d’être toujours ici, je suis prêt à donner le meilleur de moi-même. 

Pourquoi n’êtes-vous pas parti en Angleterre, malgré plusieurs propositions intéressantes ? 

HM : Dans ma famille, on a certaines valeurs. Aujourd’hui, l’argent n’est vraiment pas mon intérêt premier. Je veux construire une carrière, une grande carrière. Et selon nous, partir à l’étranger après seulement un an de professionnalisme, c’était sans doute un peu trop tôt. Malgré les belles offres, on a décidé que la meilleure solution était de rester. De rester encore un an en France et au club, au moins. Pour me perfectionner et devenir encore meilleur. Par la suite, on verra. 

Il y a pourtant eu des touches en France ? 

HM : Il y a eu des choses intéressantes avec certains clubs de Ligue 1. Le président a estimé que ce n’était pas suffisant, vue ma valeur. Je suis donc resté. On l’a décidé ensemble. 

Pourtant, et bizarrement, vous n’avez pas prolongé et vous serez libre de partir gratuitement, dans six mois. Cela veut-il dire qu’une prolongation est toujours envisageable ? 

HM : Il y a eu des discussions avec le président, mais c’est ma famille qui s’occupe de cela. Pour moi, aujourd'hui, le plus important est de me focaliser sur le terrain et de ne plus m’occuper de l’extra-sportif. La période que je viens de vivre était vraiment difficile. 

Harold Moukoudi : l'argent n'est pas mon intérêt premier (...) dans ma famille, on a certaines valeurs

C’est aussi flatteur, n’est-ce pas ? 

HM : Bien sûr. Je ne vais pas mentir, cela fait plaisir d’entendre son nom. Mais c’est aussi déstabilisant, par moment. 

Qu’avez-vous ressenti en visitant les installations de Aston Villa ? 

HM : J’ai vu des infrastructures énormes, impressionnantes. J’avais la sensation que leur football et le nôtre n’était pas les mêmes. J’y suis allé pour entendre ce que le coach avait à me dire. Pour voir s’il était intéressant ou non de partir. J’ai pris le temps de réfléchir et j’ai choisi de rester en France. 

La décision a-t-elle été difficile à prendre ? 

HM : Vraiment difficile. J’y ai réfléchi toute la nuit. Cela a été compliqué. J'ai eu du mal à dormir. C’est pour cela que, le lendemain, je ne me sentais pas de jouer. J’en ai discuté avec le coach. Maintenant, c’est du passé. Le plus important, c’est que je sois ici. 

Que répondez-vous aux supporters qui regrettent que vous puissiez partir libre et sans contrepartie financière pour le club, la saison prochaine ? 

HM : Vous savez, le club a eu aussi des offres en France qui m’intéressaient et qui auraient pu intéresser le club. Après, il y a aussi des choses qui se passent en coulisse, qui font qu’on n’arrive pas à trouver d’accord, des choses que le public ne sait pas. Je ne peux pas lui en vouloir. Mais parfois, c’est plus compliqué que ce qu’on peut croire.