Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Henri Legarda, le président du Mans FC, sort de son silence

-
Par , France Bleu Maine

Henri Legarda n'avait plus parlé publiquement depuis le début du mois de mars. Il a fini par sortir de son silence puisque l'opposition municipale a révélé les détails de son plan pour sauver Le Mans FC.

Henri Legarda et son avocate, Maitre Catherine Léger
Henri Legarda et son avocate, Maitre Catherine Léger © Radio France

Après près de quatre mois de silence, le président du Mans FC a d'abord voulu rétablir quelques vérités. Il a répété à de multiples reprises ces trois mots : "je me bats, je me bats, je me bats".

Henri Legarda a rappelé son engagement pour un club qui a beaucoup apporté à la Sarthe quand il se portait bien.

Le document du plan de sauvetage révélé par les élus UMP du Mans détaille les réductions de dettes demandées aux créanciers : impôts , Le Mans Stadium, URSSAF etc. Sous la ligne "Financements à obtenir" figurent plusieurs millions d'euros demandés aux collectivités locales, dont 3 millions à la ville du Mans.

En clair, le sauvetage du Mans FC est extrêmement hypothétique. Il faudrait d'abord que le Tribunal de commerce accepte de nommer un conciliateur (la décision sera rendue lundi). Il faudrait ensuite que ce conciliateur arrive à négocier une réduction des dettes de 30% auprès de tous les créanciers, ce qui représente 128.000 euros pour les fournisseurs, 500.000 euros pour les banques, 673.000 euros pour l'administration fiscale, 192.000 euros pour Le Mans Stadium qui gère le MMArena. Il faudrait aussi que la Ville du Mans tire un trait sur les 317.000 euros de location des terrains de la Pincenardière. Autant dire qu'il faudrait une extrême générosité de la part de tout le monde. Pour convaincre les créanciers, l'avocate d'Henri Legarda explique que c'est un moindre mal : mieux vaut perdre quelques centaines de milliers d'euros plutôt que des sommes considérables en cas de dépôt de bilan du club.

Le Mans FC doit aussi trouver des fonds pour fonctionner la saison prochaine, 4,9 millions d'euros selon Henri Legarda. Il faudrait que Claude Hervé, le coordinateur du plan de reprise, verse 800.000 euros, et que Véolia donne 1,5 million d'euros (pas d'engagement définitif pour l'instant). De nouveaux actionnaires sont prêts à verser 300.000 euros. Et là où ça devient encore plus hypothétique, c'est que le président du Mans FC compte également sur 3 millions d'euros de la part de la Ville (en plus des 2 millions de la vente de la Pincenardière),et  450.000 de la part de la Région et du Conseil Général, alors que ces trois collectivités ne cessent de répéter qu'elles ne verseront pas un centime supplémentaire. Pour les convaincre, Henri Legarda explique que cet argent ne servirait pas à éponger les dettes du club, mais à soutenir l'association et le centre de formation qui accompagnent plus de 600 jeunes. "C'est un rôle sociétal", dit le président du Mans FC.

Le maire du Mans, Jean-Claude Boulard, n'a pas souhaité réagir pour le moment.

Henri Legarda et son avocate demandent beaucoup aux créanciers et aux collectivités

  • Sarthe
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu