Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Hommages au speaker du GF38 : "il voyait le club avec les yeux du cœur"

jeudi 5 avril 2018 à 22:23 Par Julien Morin, France Bleu Isère

Le GF38 sous le choc après la disparition mercredi soir de son speaker historique, Thierry Perdigon, décédé des suites d'un malaise cardiaque alors qu'il fêtait son 52e anniversaire. Un homme passionné, omniprésent, qui prêtait sa voix au club depuis 20 ans. Les hommages de ceux qui l'ont côtoyé.

Le stade des Alpes avant la montée en National en 2017
Le stade des Alpes avant la montée en National en 2017 © Radio France -

Grenoble, France

Son nom ne parle pas forcément, mais sa voix était familière pour des milliers de Grenoblois, amateurs de football. Depuis 20 ans, Thierry Perdigon était la voix du GF38. Celui qui a tout connu en tant que speaker, de la Ligue 1 à la CFA2, est décédé subitement des suites d'un malaise cardiaque mercredi soir, alors qu'il fêtait son 52e anniversaire. Ceux qui l'ont connu, ceux qui ont vibré à ses côtés tant d'années, lui rendent hommage.

ÉCOUTEZ | Les hommages à Thierry Perdigon, le speaker historique du GF38

Passionné de foot, passionné de l'OM et passionné du GF38

Dimanche 4 janvier 2015, le GF38 venait à bout de l'OM au stade des Alpes, un match de coupe de France que personne n'a oublié, un match spécial pour Thierry Perdigon. "Je le chambrais souvent puisqu'il était fan de Marseille" raconte Olivier Saragaglia, l'ancien coach grenoblois désormais adjoint à Châteauroux (Ligue 2). "Je me souviens des larmes qu'il avait dans ses yeux quand il m'a pris dans ses bras, se souvient Saragaglia. _Il m'a dit 'merci coach, tu m'as fait rêver'_. Il avait rarement pleuré si ce n'est pour la montée en Ligue 1 (en 2008)."

Hors du terrain, "c'était une grande gueule, poursuit l'ancien défenseur grenoblois. Thierry disait les choses qu'il avait envie de dire, et il les disait en face". Des "prises de tête concernant le club" qui se réglaient "autour d'un barbecue", c'était "la passion qui parlait". Un caractère bien trempé. Micro en main, un talent jamais remis en question : "il animait à merveille les matchs, il faisait vibrer les gens (...) quand il annonçait la composition d'équipe ou quand il annonçait un but, c'était avec le cœur".

"J'ai perdu bien plus que la voix du GF38, j'ai perdu un ami" — Olivier Saragaglia, ancien entraîneur grenoblois 

L'histoire de Thierry Perdigon avec le milieu du foot grenoblois commence bien avant de prendre pour la première fois un micro. Roger Garcin, l'âme du club, se rappelle "l'avoir coaché dans les équipes jeunes". Ailier gauche sur le terrain, il n'a jamais vraiment quitté son maillot. "Il a tellement fait partie du décor du GF38, on a tellement entendu sa voix, dit Alain Fessler, le président de l'association GF38. Les matchs qui vont suivre ne vont pas être pareils."

"Beaucoup de mal à réaliser que l'on va devoir faire sans lui, ça nous semble impossible" — Max Marty, manager du GF38 

Des dirigeants, aux anciens du club. Des supporters, aux suiveurs du GF38. Tous ont été peiné par la disparition de Thierrt Perdigon, qui animait encore le samedi précédent la rencontre entre Grenoble et La Duchère. "J'ai eu beaucoup de coups de téléphone depuis l'annonce" explique Max Marty, le manager du club. "Tous les joueurs qui sont passés au club m'ont appelé, les plus anciens de l'effectif actuel étaient très peinés ce matin (jeudi), des anciens entraîneurs m'ont aussi envoyé des messages".

Thierry Perdigon très proche des joueurs, proche aussi des entraîneurs. "Je ne connais pas un coach qui n'ai pas été boire un coup avec Thierry, qui n'ai pas été partager une discussion sur une tactique, sur un choix de joueur... il avait besoin d'être dans ce monde". Quand à celui qui prendra le micro à sa place, Max Marty tranche : "ce serait une faute de goût, une faute morale de le remplacer sur cette saison sportive". Le micro du speaker restera donc muet en cette fin de saison. Les supporters s'assureront que le stade des Alpes ne sonne pas creux, mais l'année prochaine, où que se trouve le GF38, il sonnera différemment.