Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Huis clos non respecté : la Préfecture de la Loire veut "frapper vite et fort"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Saint-Étienne, France

France Bleu a rencontré le directeur de cabinet du Préfet de la Loire au lendemain de l'intrusion d'une centaine de supporters de l'ASSE dans le stade Geoffroy Guichard, malgré le huis clos prononcé par la LFP. Il affirme que les sanctions seront exemplaires.

Les supporters stéphanois après leur intrusion dans le Chaudron
Les supporters stéphanois après leur intrusion dans le Chaudron © Maxppp - Maxppp

C'est un dossier qui va animer la semaine autour de l'ASSE : le passage devant la commission de discipline jeudi soir. La Ligue décidera si elle sanctionne de nouveau le club stéphanois après les incidents de dimanche après midi. Une centaine de supporters ultras ont pénétré dans le stade malgré le huis clos prononcé par la LFP suite à d'autres incidents survenus lors du dernier derby. Les supporters sont restés dans le Chaudron une dizaine de minutes pour livrer un message de défiance envers la Ligue de Football Professionnel. Une première dans l'histoire du football français puisque les textes ne prévoient pas de sanction pour un club dont les supporters pénètrent dans le stade malgré un huis clos. Une enquête de police est en cours pour retrouver ceux qui ont forcé l'entrée dans le stade par le Musée des Verts. Des empreintes ont même été relevées. *Selon nos informations il n'y a pas eu d'effraction et des supporters non cagoulés vont rapidement être identifiés.

Mahamadou Diarra, le directeur de cabinet du Préfet de la Loire rappelle que la priorité avait été donnée à l'encadrement de l'élection présidentielle et qu"il comptait sur la responsabilité de chacun. Alors après ces incidents il affirme que les sanctions seront exemplaires.

Les faits

"Je maintiens le terme d’irresponsabilité et de bêtise dans un contexte d'état d'urgence et d'élection nationale dans un contexte de menace terroriste élevé. Un fonctionnaire de police a été assassiné en milieu de semaine. Dans ces conditions, la priorité c'est la vie démocratique avant des contentieux qui concernent certains supporters. Ils se sont comportés de manière irresponsable et ont porté atteinte à la sécurité des personnes et à l'image du club et de la ville.

"Irresponsabilité et bétise"

L'enquête

"Il faut que tous les moyens soient mis en œuvre pour identifier ces personnes comme des relevés d'empreintes sur place. Il faut distinguer la procédure judiciaire qui revient au Procureur de la République et la procédure administrative. Si les personnes sont identifiées, et on est en train de travailler sur la vidéo-protection du stade et des alentours, les interdictions administratives de stade seront très fermes. Que ce soit dans la durée ou les modalités d'application. On sera très fermes dans les sanctions qui seront prises. La consigne qui nous a été donnée c'est d'avoir une procédure très rapide pour frapper fort".

Les sanctions administratives seront très fermes

Qui aurait du empêcher les supporters d'entrer ? Préfecture ou club ? A qui la faute ?

"L'enquête administratives et judiciaires permettront de déterminer les responsabilités. Nous on est confortables ! Il y a des priorités : les forces de police et de gendarmerie, les militaires de l'opération Sentinelle sont en nombre limité. Entre sécuriser des bureaux de vote dans un contexte d'état d'urgence et sécuriser un match à huis clos, la priorité a été donné au processus électoral. Néanmoins des équipages étaient à proximité et c'est pour cela que j'ai été informé sans délai. Le club a mis en place un dispositif de stadiers. On verra s'il y a eu des défaillances, s'il y a eu des complaisances. Mais nous ne sommes qu'au lendemain de l'événement donc on ne peut pas pointer du doigt tel ou tel acteur. Ce ne serait pas correct."

"On verra s'il y a eu des défaillances et des complaisances"

Moment charnière dans les relations entre ultras et autorités

"Moi j'espère qu'il y aura un avant et un après. Les supporters qui seront identifiés et sanctionnés seront hors-jeu. Nous on prendra toute notre part à la réflexion pour amléiorer la situation. Mais à un moment il faudra que eux aussi prennent leurs responsabilités parcequ'ils vont se couper de leur base. Hier ils ont je crois fait honte à l'ensemble des supporters de l'ASSE qui n'ont rien à voir avec des débordements comme ceux qu'on a connu."

"Ils ont fait honte aux supporters de l'ASSE"

France Bleu a cherché à obtenir une version des supporters ultras et une mise au point publique du club. Deux demandes refusées ce lundi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess