Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ibrahima Bakayoko : "Roger Assalé serait une très bonne recrue pour Montpellier"

-
Par , France Bleu Hérault

Ancien attaquant international ivoirien passé par Montpellier, Ibrahima Bakayoko était l'invité de Bertrand Queneutte, dans 100% Paillade, ce vendredi. Il s'est exprimé notamment sur Roger Assalé, compatriote courtisé par le MHSC.

Ibrahima Bakayoko a aussi joué en Italie
Ibrahima Bakayoko a aussi joué en Italie © Maxppp - Franco Cufari

Montpellier, France

Depuis la Côte d'Ivoire où il réside en partie et où il a fondé, à Abidjan, l'école Louis Nicollin qui fête ses 10 ans, cette année, Ibrahima Bakayoko était l'invité de 100% Paillade, ce vendredi. L'ancienne star du championnat de France, avec le MHSC puis l'OM, a donné son avis sur Roger Assalé, buteur ivoirien des Young Boys de Berne, convoité par le club héraultais. 

Ibrahima Bakayoko à propos de Roger Assalé : "Je le connais très bien. Pour moi, ce serait une bonne recrue. J'espère que ca va se faire. Je l'aime bien, il est discipliné, capable de jouer dans l'axe et sur les côtés. Il va vite, il est jeune, il est international, il a prouvé en Côte d'Ivoire, avant de partir au Congo puis en Suisse. Si Montpellier réalise ce transfert, ce sera une très bonne chose, parce qu'il a beaucoup de capacités. Il est adroit devant le but (...) Je ne l'ai pas encore eu, mais je vais me renseigner auprès des dirigeants et faire en sorte que rien ne bloque et qu'il aille signer dans le club familial du Montpellier Hérault (sourire)"

Ibrahima Bakayoko avec le maillot de Marseille dans les bras de Louis Nicollin - Maxppp
Ibrahima Bakayoko avec le maillot de Marseille dans les bras de Louis Nicollin © Maxppp - R.Colinet

Le quotidien de Bakayoko 

L'ancienne icône de la Paillade a aussi évoqué son quotidien, depuis sa retraite en 2015. Ibrahima Bakayoko gère notamment l'école quil à créée, alors qu'il jouait encore au football. Une école qui regroupe près de 500 enfants, à Cocody, sans la capitale Abidjan : "On a été élu meilleure école de Cocody, un quartier résidentiel. Cela fait 7 ans qu'on fait 100% de réussite pour les CP. On a fait 80% au BEPC et au Bac. C'est vraiment une bonne reconversion, car entre le football et l'éducation, il n'y pas de barrière, c'est la même chose. Le foot n'est pas ma seule passion. J'ai choisi le foot, mais ma reconversion correspond à ma deuxième passion : l'éducation. Certains jouent au foot, pas tous. Quand on voit que ça ne va pas en terme d'éducation, ils sont privés d'entraînement (sourire). Il faut de la pression pour atteindre l'excellence".

Le MHSC et la Gambardella 

Alors que les U19 du MHSC disputent un 32e de finale de Coupe Gambardella, ce weekend, Ibrahima Bakayoko a aussi eu un mot pour son ancien club, lui qui a remporté cette compétition avec la Paillade en 1996 : "En me prenant, Montpellier s'était dit que j'exploserais un ou deux ans après, et qu'ils me vendraient. A l'époque, ce n'était pas évident. On ne recrutait qu'un joueur en début de saison, et un autre en fin de saison. Il y avait un risque par rapport au fait de me prendre, car je n'étais pas connu. Ils ont pris le risque, et je crois qu'ils ne l'ont pas regretté (...) Il y avait un bon groupe, en Gambardella. Ils avaient grandi ensemble. Moi, j'étais venu pour compléter (...) Je reviens parfois à Montpellier. Il y a deux mois, j'y étais. Je suis allé voir Laurent Nicollin." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu