Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Foot : Brest, son début de saison, ses rêves de Ligue des Champions... Entretien avec Ibrahima Sissoko

jeudi 16 novembre 2017 à 18:12 Par Julien Balidas, France Bleu Breizh Izel

Auteur d'un très bon début de saison, le jeune milieu de terrain du Stade Brestois Ibrahima Sissoko s'impose petit à petit dans le onze de départ de Jean-Marc Furlan. Rencontre avant le derby face à Lorient (15e journée de Ligue 2).

"Ibou" Sissoko a fêté ses 20 ans en octobre dernier.
"Ibou" Sissoko a fêté ses 20 ans en octobre dernier. © Radio France - Julien Balidas

Brest, France

"Ibou" Sissoko a commencé à l'âge de 10 ans, chez lui à Meaux. Puis à 16 ans, le voilà parti pour Thorcy en 17 ans Nationaux. Dans la foulée, le Finistère. On est à l'été 2014. Depuis, la progression a été fulgurante. Dès janvier, des matches de CFA, et un an après son arrivée un contrat pro signé dans le bureau du président. A 20 ans, Ibrahima Sissoko a déjà eu droit à une prolongation (jusqu'en 2019) et s'impose cette saison comme un des hommes forts du milieu de terrain brestois. Lui qui vient d'avoir 20 ans.

Ibrahima, tu viens d'avoir 20 ans, et tu es déjà bien installé au milieu de terrain du SB 29...

"C'est vrai que c'est allé vite. J'ai bien progressé. A force de côtoyer des joueurs d'expérience à l'entrainement, j'ai pris l'habitude. Je sais comment on joue. Je ne me prends pas la tête. Je veux simplement montrer que même si je suis jeune, je peux avoir ma place."

Tu pensais arriver là si rapidement ?

"Franchement ? Pas du tout. Mais j'ai travaillé, les coaches ont cru en moi. J'espère que ce n'est qu'une étape. Je dois avoir encore un meilleur niveau."

Tu parlais des joueurs d'expérience, comment ça se passe à l'entraînement ?

"Ils m'aident, ils me conseillent beaucoup. Ils ont l'expérience. On fait même du spécifique avec les milieux. Et surtout, ils me disent de ne pas parler trop aux arbitres, j'ai ce mauvais reflex à chaque fois. Cela fait deux ans maintenant que je m'entraîne avec un joueur comme Bruno (Grougi), j'essaie de prendre exemple. Je suis vraiment très content d'être là. Je me sens très bien à Brest. Et même quand je suis off, j'en profite pour aller voir les U19 ou la CFA."

Les arbitres justement : deux suspensions depuis le début de saison dont un carton rouge...

"Oui, je sais qu'il y a des moments où il faut que je me contrôle. Il y a des fautes que j'aurais pu éviter, notamment à Nîmes (défaite 4-0, à neuf contre onze). En première mi-temps, il y a des fautes que je ne dois pas faire. A moi de me contrôler. Petit à petit je vais apprendre."

Tu as des modèles ? Des joueurs dont tu t'inspires ?

"A mon poste, j'adorais Yaya Touré, quand il était au Barça et même à Manchester City. Et puis bien sûr les Français Paul Pogba ou N'Golo Kanté. J'aime beaucoup Sergio Busquets aussi. Bon récupérateur, bon jeu au pied, je m'inspire de ça. Je regarde beaucoup les matches de Ligue 1, j'essaie d'analyser ce que font les milieux. Si moi un jour je veux être à leur place, j'essaie de voir ce que je peux améliorer."

Quel est ton rêve de footballeur ?

"Déjà, aller en ligue 1, et puis jouer la Ligue des Champions. Soyons clair. Pour me faire plaisir. Je ne veux pas seulement la regarder à la télé. Tant que je peux jouer au foot, je vais tout faire pour progresser et aller le plus haut possible."

Jean-Marc Furlan aime bien travailler avec un groupe élargi et voir les jeunes, quel regard tu portes sur ton coach ?

"Dès qu'il est arrivé, il a cru en moi. Il m'a toujours dit de travailler, surtout tactiquement. C'est là que j'avais le plus besoin de travailler. Il m'a dit que ça allait payer. Et c'est vrai. Maintenant, j'analyse mieux les stratégies adverses en match. Je sais quels sont nos objectifs de match, ça me sert beaucoup."

LIRE AUSSI / Lorient-Brest, un vrai derby breton