Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coupe de France de football

VIDÉO - "Il faut jouer la Coupe de France jusqu'au bout", assure le président du district de foot de la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Des clubs amateurs jettent l'éponge en Coupe de France faute de pouvoir s'entraîner le soir. Il faut aller jusqu'au bout malgré tout pour Thierry Delolme, le patron du District de foot de la Loire, notamment pour honorer les contrats avec les partenaires.

Thierry Delolme, le président du District de foot de la Loire.
Thierry Delolme, le président du District de foot de la Loire. © Radio France - Elie Abergel

Faut-il laisser se jouer la Coupe de France de foot dans ces conditions ? L'US Feurs s'est entraînée après 18 heures la semaine dernière, ne respectant pas le couvre-feu, mais sans avoir le choix, car ces joueurs sont des amateurs et travaillent la journée. Le président du club ne voulait pas prendre le risque de les laisser jouer la compétition sans être prêts physiquement. De son côté, le Velay FC fait le choix de se plier aux règles sanitaires, mais jette l'éponge avant son derby contre le Puy Foot de ce week-end. 

Aller jusqu'au bout malgré tout ? 

Dans les deux cas, la situation est absurde, et malgré tout, il faut continuer la compétition assure Thierry Delolme, le président du District de foot dans la Loire. "On ne peut pas arrêter la Coupe de France", commence-t-il. "Même s'il y aura des regrets, des tensions, de la colère", continue M. Delolme. Pour lui, la raison est simple : l'accord avec les sponsors et les partenaires. 

"La fédération, c'est 270 millions d'euros, dont 70% de partenariat. Sans ce partenariat, les licences vont exploser, actuellement elles coûtent 26,80 euros pour un senior. Ce n'est pas cher, car nous avons des partenaires. Si on honore pas nos contrats, cela coûtera beaucoup plus cher. Il faut aussi entendre ces chiffres-là", explique le président du District de foot de la Loire. 

Pas d'approbation, mais... 

Thierry Delolme a bien demandé aux autorités départementales de la Loire d'accorder une dérogation pour que les joueurs de foot amateurs puissent s'entraîner après 18 heures, mais il a reçu une réponse négative cette semaine. "Je peux comprendre la frustration des joueurs qui s'entraînement après le couvre-feu, une équipe comme Moulins, l'adversaire de Feurs, peuvent s'entraîner normalement, alors qu'eux n'ont pas le droit", avance prudemment M. Delolme. "Mais en tant que président de District, je ne peux pas me permettre de contredire les ordres du préfet", continue-t-il.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess