Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incidents pendant le match Bastia-Lyon : deux joueurs de l'OL portent plainte

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La rencontre de Ligue 1 entre Bastia et Lyon a été arrêtée dimanche à la mi-temps en raison d'échauffourées entre supporters bastiais et joueurs lyonnais. Deux d'entre eux ont porté plainte ce lundi.

Des supporters de Bastia ont envahi la pelouse dimanche avant le coup d'envoi, en prenant les joueurs lyonnais à partie pendant leur échauffement.
Des supporters de Bastia ont envahi la pelouse dimanche avant le coup d'envoi, en prenant les joueurs lyonnais à partie pendant leur échauffement. © AFP - Pascal Pochard

"C'est le club de Bastia qui est responsable de ce qui s'est passé", a réagi lundi sur franceinfo Didier Quillot, le directeur général de la Ligue de football professionnel, au lendemain des incidents survenus lors du match de Ligue 1 entre Bastia et Lyon, qui ont conduit à l'arrêt définitif de la rencontre à la mi-temps.

On ne vient pas dans un stade pour mettre en danger l'intégrité physique des acteurs du foot" - Didier Quillot

Des supporters bastiais ont fait irruption sur le terrain avant le match et à la mi-temps, en prenant à partie les joueurs de Lyon. Ces incidents surviennent après un quart de finale de Ligue Europa déjà agité pour l'OL à domicile face au club turc de Besiktas : le match avait débuté avec 45 minutes de retard après l'envahissement de la pelouse du Parc OL par des supporters lyonnais voulant se mettre à l'abri de jets de pétards et de projectiles lancés par leurs homologues turcs.

"C'est le club qui organise la rencontre qui est responsable de la sécurité de tous dans son stade. Manifestement le club a failli. On ne vient pas dans un stade pour mettre en danger l'intégrité physique des acteurs du foot", a ajouté le responsable de la LFP.

Le SC Bastia s'engage à prendre "les décisions qui s'imposeront"

La Ligue de football professionnel a demandé dès dimanche soir dans un communiqué au club corse de "prendre toutes les mesures afin de pouvoir procéder aux interdictions de stade envers les individus responsables de ces agissements". La Commission de discipline de la LFP se réunira, comme à son habitude, jeudi, et elle pourrait prendre des mesures conservatoires, pouvant aller de la fermeture de la tribune Est à celle de l'ensemble du stade.

De son côté, le club bastiais a indiqué dimanche qu'il prendra "les décisions qui s'imposeront". "C'est la moindre des choses de condamner de manière très ferme ces événements", a déclaré Pierre-Marie Geronimi, le président du Sporting Club de Bastia, ajoutant : "nous sommes des dirigeants responsables, nous portons la responsabilité de beaucoup de choses et, encore une fois, je le dis : nous prendrons les décisions qui s'imposeront." Les dirigeants Bastiais devraient porter plainte contre X. Le procureur de la République de Bastia a lui annoncé dès dimanche soir l'ouverture d'une enquête en flagrance pour violences publiques.

Lundi, deux joueurs de l'Olympique lyonnais ont de leur côté porté plainte contre X pour violence en réunion dans une enceinte sportive. Il s'agit d'Anthony Lopes et de Mathieu Gorgelin. Un quatrième joueur, Jordan Ferri, a également été entendu, ainsi que le médecin du club, a expliqué le procureur de la République de Bastia, précisant que Jordan Ferri "n'a pas souhaité porter plainte".

Réactions au-delà du milieu du football

La SISIS, la société chargée de la sécurité dans le stade de Furiani a annoncé ce lundi matin sur France Bleu qu'un de ses employés, impliqué dans les échauffourées contre les joueurs lyonnais, ferait l'objet d'une procédure de licenciement.

Ces incidents à Bastia ont suscité des réactions d'indignation jusqu'au sein de l'Église : l'archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier a déclaré lundi matin condamner "cette violence organisée qui a besoin de pourrir les événements joyeux", et qui est commise selon lui par "des gens hors de la réalité".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu