Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Mondial 2018 de football

INFOGRAPHIE - Mondial de football : le point sur le recours à l’arbitrage vidéo, en chiffres

vendredi 29 juin 2018 à 19:01 Par Viviane Le Guen, France Bleu

La FIFA a dressé un premier bilan positif de l’utilisation de l'arbitrage vidéo (VAR) ce vendredi. D'après la fédération internationale, la VAR a officiellement été utilisée à 17 reprises et dans une large majorité des cas, les arbitres ont pris les bonnes décisions.

335 situations ont été examinées par l’équipe d’assistance vidéo depuis le début du Mondial.
335 situations ont été examinées par l’équipe d’assistance vidéo depuis le début du Mondial. © Maxppp - Cyril Dodergny

L'arbitrage vidéo est-il efficace? Oui à en croire la FIFA qui a présenté un premier bilan et avancé des chiffres très positifs ce vendredi. 

Depuis le début de la Coupe du monde en Russie, 335 situations ont été examinées par l’équipe d’assistance vidéo - soit une moyenne de 6,9 visionnage par match, dont l'ensemble des buts (122 sur la phase de groupes) - et 17 d’entre-elles ont débouché sur une utilisation effective de la VAR a précisé l’ancien arbitre Pierluigi Collina.

14 décisions changées après utilisation de la VAR

Dans 14 de ces 17 cas, l’arbitre s'est déplacé hors du terrain, les trois autres cas ayant été jugés directement par l’arbitre vidéo. 14 décisions ont été changées après utilisation de la VAR et 3 confirmées.

D'après la FIFA, sur les 335 situations analysées, 95% des décisions arbitrales étaient correctes mais les 14 changements de décisions décidés après recours à la VAR font grimper le pourcentage de bonnes décisions à 99,3%.

80 secondes pour chaque recours à la vidéo

Aux critiques qui estiment que le recours à la vidéo casse le rythme du match, la FIFA répond que le temps moyen pour un recours à la VAR a été de 80 secondes lors du premier tour. "Dans certains cas, la décision aurait pu être donnée plus tôt mais l'arbitre a veillé à prendre quelques secondes supplémentaires pour être certain de prendre la bonne décision", a commenté Pierluigi Collina.

Le recours à l’arbitrage vidéo ne concerne pas toutes les phases de jeu. Seules quatre situations peuvent amener l'arbitre à recourir à la vidéo : la validation d’un but marqué, un carton rouge direct, une situation de potentiel penalty et la vérification de l'identité d’un joueur sanctionné.

  - Visactu
© Visactu

Notre dossier Mondial 2018