Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Jean-Pierre Caillot : « Ce que le Stade de Reims a fait la saison dernière, c'est grâce à la qualité de ses prestations»

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Le président rémois évoque la saison qui s'annonce et ce premier match face à Marseille. Il parle également du mercato et revient sur le départ du gardien Edouard Mendy et de la situation de Rémi Oudin.

Le président du Stade de Reims Jean-Pierre Caillot entame une nouvelle saison avec sérénité.
Le président du Stade de Reims Jean-Pierre Caillot entame une nouvelle saison avec sérénité. - DR

Reims, France

  • Même si le mercato n’est pas encore terminé, pensez-vous que l’équipe actuelle soit prête pour en découdre dès samedi face à Marseille ?

Si j'en juge par le match que j'ai vu contre les Anglais de Sheffield en amical, je pense que cette équipe n'a pas perdu ses qualités. On connaît tous, et on le déplore, les blessés qui ne peuvent pas être compétitifs tout de suite et qui vont arriver dans les prochaines semaines, je pense à Marshall et à Cafaro. Après, il y a un fond de jeu dans cette équipe, qu'elle a su démontrer l'année dernière et pour le moment, notre mercato n'est pas fini comme tout le monde le sait, mais l'avantage, c'est qu'au moins les joueurs qui sont là se connaissent par cœur.

  • Est-ce que le Stade de Reims sera selon vous plus attendu cette saison eu égard à sa 8e place lors du dernier exercice ?

Je pense que ca, ce sont des banalités car je n'ai jamais vu un match de foot où notre adversaire n'avait pas envie de gagner, comme nous d'ailleurs. Donc attendu, non je ne crois pas. Peut-être qu'il y a eu un effet de surprise la saison dernière pour les suiveurs ou pour l'environnement, mais tous les adversaires qui nous ont rencontré ne nous ont pas fait de cadeau. Ce que l'on a fait la saison dernière, on l'a fait par la qualité de nos prestations. 

  • En tout cas l'idée c'est de vivre une saison aussi sereine que la saison dernière notamment vis à vis de la zone de relégation...

Ah, s'il y a un papier à signer pour çà, je veux bien le signer tout de suite ! Evidemment que quand on est président, vivre les deux dernières saisons qu'on a vécu en dominant outrageusement la Ligue 2 et puis ensuite avec ce parcours en Ligue 1, on a tous envie de revivre des périodes comme ça. C'est ce que je souhaite. Après c'est la grande incertitude du sport. 

  • Peut-on s’attendre à une saison tendue en Ligue 1 cette année au sein de beaucoup de clubs avec on le sait la saison prochaine les droits TV qui vont augmenter considérablement? Pour un club, pour une entreprise de football, c’est vraiment pas l’année où il faut descendre…

C'est bien résumé : ce n'est surtout pas l'année où il faut descendre mais il faut aussi bien être conscient au moment où on va commencer, qu'il y en a deux qui vont descendre et un qui fera les barrages. C'est la règle de la compétition que nous allons vivre. Tous les clubs souhaiteront être autour de la table l'année prochaine avec la nouvelle distribution de droits télé mais encore une fois, je le répète, c'est la grande incertitude du sport. On verra bien. La petite crainte qu'on peut avoir peut-être, quand on gère son club sur la durée comme c'est le cas au stade de Reims et avec une gestion saine, c'est peut être que certains de nos collègues seront amenés à faire des choses irrationnelles pour essayer absolument de rester dans cette Ligue 1. Donc il peut y avoir un peu ce côté perturbant. Mais bon, ça fait partie aussi de l'exercice. 

  • Il reste un peu plus de trois semaines de mercato, est-ce que le fait que le mercato anglais soit clos ce jeudi peut faire avancer vos dossiers ?

Non, mais on sait, et je pense que maintenant tout le monde l'a bien compris en ayant observé le dernier mercato d'hiver et notre mercato de la saison dernière, que le Stade de Reims vise des joueurs à gros potentiel et à partir du moment où on est sur ce type de joueurs, on a une concurrence importante et on sait aussi que malgré le travail qui est fait en amont en contactant les joueurs, leurs familles, les clubs, il faut qu'on soit patient parce que comme veut recruter des joueurs à forte valeur, plus on se rapproche de l'échéance, plus on arrive à obtenir du club auquel ils appartiennent des conditions acceptables pour les transferts. Donc il faut prendre tout ça avec sérénité. Je pense qu'on a démontré sur les derniers mercatos que les joueurs qui nous rejoignent en fin de mercato, sont des joueurs de qualité. Évidemment que le staff et moi même souhaiteraient avoir le plus vite possible notre effectif pour pouvoir entamer la compétition. Mais je pense qu'il faut se résoudre à ce sentiment à partir du moment où on ne choisit pas des joueurs lambda, sinon on aurait pu faire du nombre pour faire du nombre, mais encore une fois ce sont des joueurs qui doivent apporter un plus au collectif. 

Le transfert d'Edouard Mendy, c'est un peu plus que le chiffre annoncé...

  • Revenons sur le transfert d’Edouard Mendy à Rennes. Les sommes annoncées autour de 4 millions d'euros pour son départ à Rennes peuvent surprendre… Alors déjà, est-ce que l’on est sur cette indemnité de transfert, était-ce la vraie valeur du contrat d’Edouard Mendy ou alors penser le vendre plus était-il utopique ?

Je pense que tout est résumé dans la dernière partie de la question. Il y a ce qu'on souhaite obtenir, et puis il y a les propositions que vous avez. Dans le cas d'Edouard Mendy, la phase numéro un, c'est que l'on ne souhaitait pas le transférer et on souhaitait qu'il s'engage avec nous au moins pour une année supplémentaire avant de partir sur un transfert. Sauf qu'on a senti, notamment au mois de mai, que les bonnes intentions risquaient d'être mises à mal et qu'Edouard ne serait à 100% avec nous et qu'on risquait de faire face à une attaque dans les derniers jours du mercato au mois d'août. Et on ne voulait pas se mettre à la peine donc on a eu du courage en recrutant l'un des meilleurs joueurs ciblés sur l'Europe pour prendre le poste de gardien (NDLR : Predrag Rajkovic) et ensuite il a fallu arriver à la négociation avec Edouard. Alors l'agent d'Edouard nous avait expliqué que la terre entière le souhaitait et donc du coup, on s'imaginait qu'on allait avoir des conditions de transfert importantes. Or la réalité, c'est que le marché des gardiens est très particulier. C'est par exemple Brice Samba de Caen qui est parti en Angleterre pour deux ou trois fois moins que les sommes que vous venez de m'annoncer. Donc aujourd'hui, il n'y a pas de grosses sommes qui sont mises sur les gardiens, c'est un marché très particulier. Et donc, on a vendu Edouard un peu plus cher que le chiffre que vous m'annoncez (NDLR : ce chiffre de 4 millions versé par Rennes pour recruter Edouard Mendy a été annoncé par le journal L'Equipe dans son édition du 4 août). Mais bien en dessous de ce qu'on aurait pu imaginer, c'est à dire que l'on n'a pas fait un transfert à deux chiffres (NDLR : en millions d'euros) pour être très clair.

  • Mais au delà du prix de vente, comme souvent, ce transfert sera-t-il valorisé par des bonus ou un pourcentage en qu'à de revente du joueur dans un autre club par le Stade Rennais ? 

Oui oui bien sûr? On a tous ces aspects qui sont intégrés aujourd'hui et c'est devenu une banalité dans le montage de nos transferts. On en a aussi profité, parce qu'il y avait un jeune espoir (NDLR : Timothé Nkada qui s'est engagé au Stade de Reims pour 4 saisons) qui ne souhaitait pas signer son contrat pro à Rennes, pour retrouver un deal intéressant pour sa sortie et pour qu'il nous rejoigne. C'est un joueur qui va attaquer avec la Pro 2 mais qui peut très rapidement être une bonne surprise dans l'esprit de Boulaye Dia l'année dernière, c'est à dire intégrer et faire des apparitions en Ligue 1. Donc voilà, il y a un certain nombre de choses qui ont été trouvées de façon intelligente pour que les deux clubs s'y retrouvent. Je sais qu'à Rennes, ils avaient aussi la pression parce que Tomas Koubek devait partir, donc voilà tout ça s'est enchaîné et encore une fois, ceux qui ne sont pas aux affaires et qui n'ont pas toutes les cartes en mains, peuvent avoir du mal à juger. Nous on pense que pour le Stade de Reims, on a fait ce qui était le mieux et puis il y avait un aspect humain derrière tout cela. A partir du moment où on avait pris la décision de faire venir Rajkovic, c'était quand même compliqué dans un vestiaire d'avoir deux joueurs d'un niveau aussi élevé que Edouard et Pedrag.

  • Avez-vous fixé une deadline pour Rémi Oudin ? Est-ce un joueur qui pourrait partir le 1er ou le 2 septembre juste avant la clôture du mercato ?

Je n'ai pas vraiment d'a priori là dessus, j'ai juste donné ma parole à Rémi l'année dernière que s'il y avait une offre intéressante pour le club, et pour le coup la situation est différente que celle d'Edouard Mendy car on ira pas en dessous de la barre symbolique des 10 millions d'euros, si il y avait une offre qui arrivait à ce prix, on laisserait Rémi regarder l'offre et dans le même temps, de notre côté, on a évidemment préparer depuis des mois une éventuelle succession. Après il faut souligner son implication puisque souvent les joueurs qui sont comme ça un petit peu en attente d'orientation, peuvent manquer de motivation. Ce n'est pas son cas à travers ce que Rémi montre à l'entraînement et aux matches de préparation. Si Rémi reste avec nous, je pense que les supporters seront heureux et moi je ne serai pas un président malheureux. Donc voilà,  ça fait juste partie des choses qu'il faut savoir respecter comme on a été obligé de le faire avec Bjorn Engels. Je peux vous dire que c'était pas très "agréable" de respecter sa parole dans le cas de Bjorn mais il faut savoir le faire. Surtout quand on dure dans cette fonction, beaucoup d'agents nous disent que c'est un avantage de travailler avec nous parce qu'ils parlent des fois avec des présidents qui prennent des engagements et qui ne sont plus en place deux ans plus tard et qui ne respecte rien. Et nous, c'est un peu ce qui nous caractérise, ce que l'on a dit, on le fait et cela nous fait un plus dans certaines situations de négociation. 

   - Aucun(e)
-
  • A suivre en direct et en intégralité sur France Bleu Champagne-Ardenne et www.francebleu.fr ce samedi à partir de 17h15