Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

INTERVIEW - Johann Carrasso : "Tout le monde vit bien dans le groupe, et moi aussi !"

samedi 11 novembre 2017 à 10:50 Par Alexandre Audabram, France Bleu Champagne-Ardenne

La gardien de but rémois est plutôt bien dans son nouveau statut de doublure. Dans cet entretien, il dégage un excellent état d'esprit malgré ce rôle de numéro 2 souvent frustrant. Il est dans le projet collectif avec un excellent état d'esprit et un rôle de cadre dans le groupe.

Le gardien de but rémois Johann Carrasso ici devant son coéquipier Julian Jeanvier.
Le gardien de but rémois Johann Carrasso ici devant son coéquipier Julian Jeanvier. © Maxppp - Archive

Reims, France

Le gardien rémois est apparu très détendu en conférence de presse vendredi dernier. Son rôle de Numéro 2 dans la hiérarchie des gardiens du Stade de Reims n'a pas l'air de le perturber, bien au contraire, il dégage des messages positifs même si cette expérience est plutôt inédite pour lui. Il fait aujourd'hui parti des cadres de l'équipe qui comptent énormément dans l'harmonie du groupe et même sans jouer, il a sa part de responsabilité dans les bons résultats actuels. Ce dimanche à Geispolsheim en Coupe de France (14h30, à suivre en direct sur France Bleu Champagne-Ardenne), il gardera les buts rémois pour la troisième fois cette saison après les deux rencontres disputées en Coupe de la Ligue l'été dernier. Ses réponses dans cet entretien dégagent beaucoup de positif qui permet de comprendre un peu mieux ce qu'il se passe aujourd'hui dans les secrets du groupe rémois qui caracole en tête de le Ligue 2.

Johann, vous allez jouer ce week-end en Coupe de France à Geispolsheim mais comment vivez-vous cette hiérarchie des gardiens et cette concurrence avec Edouard Mendy ?

Très bien ! C’est vrai que je ne savais pas comment j’aurai pu réagir en début de saison car pour moi c’était une nouveauté. J’ai toujours privilégié le jeu quand je suis parti du Stade Rennais en allant par exemple en National avec le FC Metz pour faire une saison pleine. C’est vrai que cette année, on devait être en concurrence avec Edouard. Après je me suis blessé pendant la préparation donc je n’étais pas à 100 %. Le coach a fait son choix et pour l’instant, il a raison sur ce choix ! Et moi le premier, j’en suis content car on est un groupe cette année et tout le monde vit bien et moi aussi, il n’y a pas de problèmes avec ça.

C’est plus facile à vivre parce que la concurrence est « saine »?

C’est parce que c’est sain oui, et parce qu’il y a des résultats. S’il n’y avait pas de résultats, peut-être que j’aurai repris la place mais là Edouard fait un très bon début de saison, le club aussi fait un très bon début de saison et tout le monde est satisfait et on doit tous l’être à commencer par les joueurs qui ne sont jamais dans le groupe depuis le début de saison et qui ont très peu de chances de s’exprimer. Mais ils ont aussi un rôle très important aux entraînements et je trouve que cette année, c’est très positif. De par mon expérience avec les trois montées que j’ai connu, les trois fois où cela s’est passé, il y avait ce même esprit collectif que l’on a cette saison. Je ne sais pas si la finalité sera la même, mais je le souhaite sincèrement car on a vraiment un bon groupe cette année.

Et votre relation avec Edouard Mendy ?

Cela se passe très bien et je m’entends très bien avec lui. J’essaye de lui apporter des choses avant les matches avec mon expérience, il le prend très bien et c’est vrai que l’on s’entend super bien. Vous n’aurez pas de conflits de gardien cette année (sourire…)

Est-ce que le fait de moins jouer peut vous faire régresser dans vos performances ?

Ben j’essaye de jouer avec la réserve de National 2 dès que je le peux mais c’est très rare car avec les matches de Ligue 2 décalés et les retours de déplacement tard dans la nuit, j’ai très peu joué. Je l’ai fait qu’une seule fois pendant une trêve internationale à Amiens, mais dès que je pourrai le faire à nouveau, je le ferai. Après, sur le poste de gardien de but, on travaille beaucoup plus aux entraînements la semaine lorsque l’on joue moins le weekend, donc on se prépare différemment, mais on fait beaucoup plus d’oppositions même si rien ne remplace le match. J’ai la chance d’avoir un peu de vécu donc j’essaye de compenser. Donc le rythme je l’ai, il me manque les repères mais cela revient vite avec l’expérience.

Ce match de Coupe de France, c’est aussi l’occasion pour vous d’espérer reprendre une place de numéro 1 ?

Non. C’est l’occasion de prouver que l’on peut faire appel aux joueurs qui jouent moins quand la situation se présentera. La saison va être longue, est-ce que je vais jouer en championnat ? Ça, c’est l’avenir qui le dira mais les joueurs comme moi qui jouent moins doivent montrer qu’ils sont en capacité de jouer. Aussi, ce turnover en Coupe de France est bénéfique pour tout le monde car il y a des joueurs qui ont besoin de souffler avec l'enchaînement des matches, physiquement et mentalement. Après il n’y a pas d’arrière-pensées des joueurs qui jouent moins de se dire « faut que je fasse un bon match et que l’autre se déchire le week-end d’après pour que je lui prenne la place. » On n’est vraiment pas dans cet esprit-là.

Comment est né cet état d’esprit dans le groupe dont vous parlez souvent ? Est-ce qu’il est né suite aux bons résultats ou alors il est né avant et vous a permis d’avoir des bons résultats par la suite ?

Je dirai que c’est plus le fait d’avoir ce groupe là dès le début de la saison, dès la préparation, et par la suite cela nous a permis d’avoir des résultats. Avec aussi du renouvèlement dans l’effectif ce qui ne veut pas dire que les joueurs partis n’étaient pas dans cet esprit-là, mais cela prouve bien qu’avec des joueurs de très bonne qualité comme on avait l’année dernière, cela tournait moins bien collectivement que cette saison. En Ligue 2, le groupe est beaucoup plus important que ce que l’on veut bien croire. Et l’esprit de groupe a été construit et on a travaillé dessus en préparation. On a aussi la chance cette saison d’avoir un préparateur mental et ça c’est très important dans le milieu aujourd’hui, encore plus avec tout ce qu’il y a désormais comme les réseaux sociaux par exemple, c’est important de se créer un cocon dans un groupe.

Est-ce que malgré tout cela reste fragile ? Est-ce que cet état d’esprit peut être fragilisé par une série de mauvais résultat par exemple ?

Oui c’est fragile car les résultats comptent beaucoup dans tout ça. Aujourd’hui, les résultats sont positifs, on est sur la dynamique mais on sait que cela peut tourner, on l’a tous connu mais cette saison, ce qui est intéressant, c’est que les 5 ou 6 joueurs cadres que nous sommes, dès que l’on parle, dès que l’on a quelque chose à dire, on est écouté. Même si on n’est pas là pour donner des leçons aux autres, on essaye de faire partager notre expérience et c’est vrai que cette année, le message passe très bien. A l’inverse aussi, quand des jeunes ont quelque chose à dire, on les écoute et on essaye d’aller dans leur sens et cela illustre le très bon esprit de groupe cette année. Comme j’ai déjà pu le connaître quelquefois dans d’autres clubs, et c’est vrai que dans une carrière c’est assez rare.

Et selon-vous, ce sont des bons signaux pour obtenir une belle surprise à l’issue de la saison ?

Je l’ai connu avec Metz en National puis en Ligue 2 et on a vécu deux montées successives. Alors c’est vrai, on avait aussi les joueurs et l’effectif pour ça, mais on y est arrivé grâce à l’esprit de groupe que je retrouve ici cette année et que l’on n’avait pas il y a deux ans ou la saison dernière. Et c’est très positif pour tout le monde, pour les gens du club aussi de sentir cette atmosphère-là dans le vestiaire, c’est positif.

David Guion : « Johann a un comportement exemplaire »

L’entraîneur du Stade de Reims David Guion s’est exprimé sur le rôle important de Johann Carrasso dans l’équipe depuis le début de la saison. « Je trouve que Johann a un comportement exemplaire dans le groupe. C’est un vrai relais pour moi, il est très positif, il est proche bien sûr des deux autres gardiens, mais il est aussi proche du groupe. Il nous fait profiter de ses expériences car il ne faut pas oublier qu’il a connu plusieurs montées, et J’ai besoin de son expérience qu’il véhicule dans le vestiaire et je suis vraiment très content de son investissement. »

   - Aucun(e)
-