Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Pour Jacques-Henri Eyraud, président de l'OM, "200 millions d'euros, c'était un moyen de fixer les attentes"

mercredi 30 août 2017 à 15:54 Par Tony Selliez, France Bleu Provence et France Bleu Vaucluse

À l'occasion de la présentation officielle de la dernière recrue du club, le défenseur international tunisien Aymen Abdennour, Jacques-Henri Eyraud est venu défendre ce mercredi sa stratégie à la tête de l'OM. En particulier sur la hauteur des investissements du mercato.

Jacques-Henri Eyraud, le président de l'Olympique de Marseille, aux côtés d'Aymen Abdennour tout juste recruté en provenance du FC Valence
Jacques-Henri Eyraud, le président de l'Olympique de Marseille, aux côtés d'Aymen Abdennour tout juste recruté en provenance du FC Valence © Radio France - Tony Selliez

Marseille, France

En des temps plus calmes, on n'aurait certainement retenu que les premiers mots d'Aymen Abdennour, ce mercredi matin. Le défenseur, prêté par les Espagnols de Valence, est pour l'instant la dernière recrue de l'OM cet été.

Mais depuis la déroute de l'équipe dimanche (6 buts à 1 à Monaco), le climat se tend d'autant plus autour du club que le mercato ne semble pas à la hauteur de l'attente d'une bonne partie des supporters.

200 millions en quatre ans

Jacques-Henri Eyraud, le président de l'Olympique de %arseille, a donc tenu a faire une mise au point ce mercredi.

"Ce qu'on a dit c'est qu'on voulait être régulièrement dans les trois premiers. Ça oui, je vous le confirme. Mais pas être champion trois fois sur quatre, et certainement pas cette saison. On sait très bien que ça prend du temps, et je l'ai toujours dit.'

Jusqu'où le club est-il prêt à aller dans ses achats de joueurs ? Jacques-Henri Eyraud rappelle qu'il avait l'intention, avec le propriétaire américain Frank McCourt, d'investir 200 millions d'euros sur les quatre premières saisons, pour renforcer l'équipe.

"200 millions, oui c'est quelque chose qui nous est reproché régulièrement. Mais c'était un moyen de fixer les attentes, justement. Encore une fois, entre-temps, le marché du football explose. est-ce que c'est sain ? On le verra dans quelques années. Mais nous, on reste sur ce qu'on s'est fixé."

Y-a-t-il un décalage entre le discours ambitieux et les attentes des supporters ? Le discours offensif de Frank McCourt, le propriétaire américain, a-t-il été bien entendu ?

"Je fais partie de ceux qui pensent qu'en se fixant des objectifs élevés, on a plus de chances d'arriver le plus haut possible. Si vous ne comprenez pas ça, tant pis. Mais effectivement c'est le choix qu'on a fait. On verra si on les atteint ; ou pas. On verra dans trois ou cinq ans où en sera l'OM."

Et maintenant ? Combien de recrues encore d'ici ce jeudi soir minuit ? Seule certitude, l'OM s'active pour trouver un attaquant supplémentaire. Même si un milieu voire un arrière droit seraient aussi encore espérés.

"Rudi (Garcia -entraîneur), Andoni (Zubizarreta -directeur sportif) et moi validons effectivement le fait qu'un nouvel attaquant rejoigne l'OM mais pas dans des conditions sportives et économiques irréalistes, injustifiées. C'est aussi simple que cela. (..) Rendez-vous demain (jeudi) minuit pour voir ce qui sera, ou pas, réalisé."