Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Jean-Marc Furlan : "quand tu es entraîneur, ton ambition première, c'est d'être le meilleur"

-
Par , , France Bleu Auxerre

En pleine trêve, à la veille d'un match amical contre Andrézieux-Bouthéon, club de Nationale 2, l’entraîneur de l'AJA évoque le parcours de l'équipe, ses ambitions et ses objectifs.

Jean - Marc Furlan, l’entraîneur de L'AJ Auxerre
Jean - Marc Furlan, l’entraîneur de L'AJ Auxerre © Radio France - Thierry Boulant

Auxerre, France

Jean-Marc Furlan est-il un entraîneur heureux ? Est-il satisfait de la 7e place au classement, des 15 points de son équipe après 10 journées de championnat de Ligue 2 ? "La réponse est oui", dit-il clairement. "C'est satisfaisant car quand je suis arrivé, j'ai trouvé les joueurs très tristes, un vestiaire très traumatisé, donc je suis satisfait de l'investissement et de l'engagement des joueurs", explique le coach. "Après, évidemment, je préfère être premier avec 10 points d'avance", poursuit-il dans un rire.

Pour moi, le football, c'est travailler

Comment l'entraîneur a-t-il réussi a regonfler le moral de ce "vestiaire traumatisé" ? "On dit souvent que l’entraîneur c'est le logos, comme on dit en grec, c'est le discours. Effectivement, c'est l'investissement du staff et des joueurs. C'est une vie de huit heures par jour. C'est convaincre par des entretiens individuels, une cohérence de discours, de projet, d'entrainement et surtout de travail". Car pour ce technicien chevronné, le football c'est du travail : "C'est un plaisir, c'est une joie, mais c'est rester au stade. Investir les joueurs pour qu'ils aient plaisir à vivre au stade Abbé Deschamps".

Est-ce qu'il a pu compter sur le savoir-faire de son épouse, diplômée en préparation mentale ? "Oui, ça m'aide beaucoup. Enfin, parfois elle ne m'aide pas car elle s'occupe aussi beaucoup de clients qui sont des adversaires ! Mais c'est très important. Comme disait un entraîneur de rugby dernièrement, les entraîneurs vont progresser techniquement, tactiquement et physiquement. Mais ce qui est important, c'est d'impacter le cerveau des gens et les aider à développer une force intellectuelle"

Si on m'avait dit "Furlan, il faut que tu montes dès la première année", je ne serais pas venu

Avec son franc-parler et sa sincérité habituels, l'entraîneur de l'AJA fait aussi une distinction entre ces objectifs et ces ambitions : "en arrivant, on ne m'a pas dit que l'objectif était la montée. Si on m'avait dit "Furlan, il faut que tu montes dès la première année", je ne serais pas venu. Le projet que m'a proposé la direction du club, c'est de reconstruire un club, c'est de séduire et convaincre les gens de revenir au stade et d'aimer l'AJA", explique l'entraîneur. "Donc, il n'y a pas une grande impatience, mais quand tu es entraîneur, ton ambition première c'est d'être le plus fort, c'est d'être le meilleur. Ça, ce sont les ambitions ! Après les objectifs, c'est autre chose".

Ecoutez l'intégralité de l'interview de Jean-Marc Furlan

Jean-Marc Furlan a donc une autre ambition depuis son arrivée, faire venir les gens au stade, donner l'envie d'acheter un billet, de leur faire passer de bons moments. D'après les échos qu'il entend, "ça va mieux", "mais pour les mecs de 70 ans ou les mecs de mon âge, il faut gagner, il n'y a que ça qui compte. Les jeunes, ce n'est pas pareil, ils misent plus sur le spectacle et les émotions. Mais quand tu es entraîneur, tu veux tout gagner ! Et tu as envie que les gens viennent au stade pour avoir des émotions. C'est un des sens que je donne à mon métier".

Choix de la station

France Bleu