Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% PSG sur France Bleu Paris

Jean-Michel Moutier dans 100% PSG : "Je n'avais pas le portefeuille de Leonardo"

-
Par , France Bleu Paris

L'ancien gardien de but et ancien directeur sportif du Paris Saint Germain Jean-Michel Moutier était l'invité de 100% PSG. Retrouvez les meilleurs moments.

Pia Clemens et Jean-Michel Moutier le 8 janvier 2020.
Pia Clemens et Jean-Michel Moutier le 8 janvier 2020. © Radio France - Pia Clemens

Ce mercredi dans 100% PSG, Pia Clemens recevait Jean-Michel Moutier, ancien gardien de but et directeur sportif  pendant 9 ans.  Il est notamment revenu sur ses souvenirs avec son ami Michel Denisot, sur le directeur sportif actuel Leonardo, et sur ses méthodes à l'époque pour être sûr de recruter un bon joueur. 

Comment faisiez vous à l'époque pour repérer si un joueur était bien dans sa tête ? 

"C'est Francis Borelli qui m'a dit de rester après ma carrière de gardien de but. C'est lui qui m'a appris mon métier de recruteur. Et il m'a dit, je te donne un conseil quand tu prends un joueur, il faut surtout avoir un contact avec sa femme, voir si elle adhère.  Il y a des femmes qui parlent plus que l’entraîneur."

L'ancien président du PSG Michel Denisot vous connait bien...

"J'ai été son bras droit pendant 7 ans, quand j'étais directeur sportif. C'est une relation forte, on s'appelle tous les jours. Michel c'est comme mon frère. On a vécu des moments fabuleux ensemble, c'était une relation de confiance extraordinaire. ce qui m'a toujours impressionné chez lui, c'est qu'il n'est jamais blasé dans tout ce qu'il fait."

Vous pensez quoi de Leonardo, vous qui avez été directeur sportif ?

"Je n'avais pas le portefeuille de Leonardo ! Il va apporter une rigueur dont on a besoin. C'est un bon relais entre les joueurs et le Président. Mais celui qu'on respecte c'est celui qui paye ! Nous aussi on avait des brésiliens à l'époque, les Ricardo, Raï, Valdo. C'était des super mecs, ils respectaient les règles. Je vais vous raconter une anecdote. Les trois brésiliens étaient en équipe nationale avec le Brésil, pour Brésil-Argentine. Ils arrivent à Roissy, je vais les chercher et je leur dis, je suis venu vous chercher mais on ne va pas chez vous. On va se mettre au vert parce que ce soir on joue contre Nancy. Ils ont été titulaires dès le départ et ils n'ont rien dit."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess