Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : ASNL : la saison 2019-2020

Jean-Michel Roussier, ex-président de l'ASNL : "je n'ai aucun regret"

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Il a annoncé son départ en priorité aux salariés de l'AS Nancy Lorraine avant de s'exprimer auprès de France Bleu Sud Lorraine. L'ex-président de l'ASNL explique les raisons de son départ et dresse le bilan de son action au sein du club au chardon.

Jean-Michel Roussier, le désormais ancien président de l'ASNL
Jean-Michel Roussier, le désormais ancien président de l'ASNL © Maxppp - Alexandre Marchi

Il a voulu annoncer d'abord aux salariés du club la nouvelle avant de prendre la parole publiquement. Jean-Michel Roussier, désormais ex-président de l'AS Nancy Lorraine, a accepté de répondre aux questions de France Bleu Sud Lorraine quelques heures après l'officialisation de son départ du club, tout proche de la relégation en National à son arrivée en octobre 2018.

France Bleu Sud Lorraine :  "quel est votre sentiment au moment de quitter l'AS Nancy Lorraine ?"

Jean-Michel Roussier : "C'est pas un sentiment par le fait de le quitter, j'ai des sentiments pour ce que je souhaite à l'AS Nancy Lorraine pour la suite, que tout ce qui a été mis en place aboutisse."

"Comment expliquer ce départ ?"

"Deux choses, d'une part, que j'en avais terminé avec la mission dont on était convenu avec Jacques Rousselot, à savoir revivifier les structures et recréer les conditions d'une cession possible, ce qui n'était pas le cas l'année dernière quand je suis arrivé. Cette mission là est parfaitement aboutie. Le processus de cession du club est plutôt bien engagé. La deuxième raison, c'est que j'avais une opportunité pour l'avenir que j'ai choisi de saisir."

"Quelle a été votre action sur ces seize mois ?"

"Ce n'est pas tant un travail économique parce que sur la partie économique, le rôle de Jacques était déterminant notamment vis-à-vis de la DNCG. Pour vendre un club de foot, encore faut-il que l'acheteur sache précisément les structures qu'il achète, le projet, l'avenir. Il y a un an et demi, le projet, c'était le sauvetage absolu sans être capable de savoir où le club allait. Est-ce que les investisseurs pouvaient vraiment s'intéresser à l'AS Nancy Lorraine il y a un an et demi, la réponse est non dès lors qu'ils ne savaient absolument pas où serait le club en fin de saison dernière."

Beaucoup de choses qui se disent"

"Il se dit que la cohabitation avec Jacques Rousselot était plus difficile, que vous auriez aimé aller plus loin..."

"Il y a beaucoup de choses qui se disent. La réalité est d'abord économique. Est-ce qu'on a les moyens de mettre en oeuvre un gros chantier ? Tout ce qu'on a pu faire sur le sportif, on l'a fait. Tout ce qu'on devait faire, notamment vis-à-vis de la formation, on l'a enclenché. Pour le reste, il n'y a pas eu beaucoup de débats, ni de difficultés de relation. A un moment, il y a des choses qu'économiquement, on ne peut plus faire. On aurait pu aller plus loin dans la réorganisation mais on n'avait pas les moyens de le faire. Donc je n'ai aucun regret. Le seul regret, c'est notre situation économique, qui est pesante et lourde."

"C'est votre futur projet qui dicte le timing ?"

"Il y contribue et il n'était pas compatible avec les deux casquettes."

"Pour l'ASNL, qui prendra la suite ?"

"Nous sommes une société normale. Le président ne se barre pas du jour au lendemain comme ça, en disant "démerdez-vous". Il va y avoir des réunions de directoire pour entériner ma décision. Tout cela prend un certain temps. Je subodore que ce délai sera le délai utile à des nouveaux propriétaires pour arriver. Les choses vont se faire tranquillement. Dans la responsabilité quotidienne, Jacques Rousselot va reprendre plus d'activités jusqu'à l'arrivée de futurs propriétaires."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu