Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

INTERVIEW | Jean-Pierre Caillot : "Ghislain Konan ne quittera pas le Stade de Reims au mercato d'hiver"

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Alors que l'équipe retrouvera la compétition en Coupe de France ce dimanche face à Lens, le président rémois évoque le début d'année 2019, le mercato de janvier et notamment les sollicitations autour du défenseur Ghislain Konan et aussi la situation du joueur Anatole Ngamukol.

Le président du Stade de Reims jean-Pierre Caillot avant le match face à Lyon le 17 août dernier.
Le président du Stade de Reims jean-Pierre Caillot avant le match face à Lyon le 17 août dernier. © AFP - AFP

Reims, France

Après ce début de saison plutôt réussi, est-ce que les ambitions du club ont été revues à la hausse ?

Non, les ambitions restent les mêmes à savoir un maintien confortable. Et on l’avait dit en début de saison, cela ne veut pas dire la 17e place. Aujourd’hui, on est au-delà de nos espérances puisque l’on avait bâti un budget à la 14e place ce qui était déjà très ambitieux pour un promu.  Mais notre ambition quand on fait du sport de haut niveau, c’est de gagner des matches, donc on verra bien ce que nous réserve la suite. 

On se souvient que lors de la saison 2014-2015, Reims avait 28 points avec 9 points sur le 18e à la trêve et pourtant la deuxième partie de saison n’avait pas été simple… 

Les saisons sont toujours différentes. Alors oui, il y a une arithmétique dans le football et c’est vrai que cette année-là, on avait basculé à 28 points à la trêve et que les choses avaient été relativement compliquées, on avait d’ailleurs dû changer d’entraîneur. Mais ce n’était pas du tout le même groupe, pas la même ambiance au niveau du staff. On avait à l’époque un entraîneur-adjoint qui faisait tout pour que l’entraîneur principal ne fonctionne pas et toutes ces choses-là n’ont pas fait de bien au club. Aujourd’hui, on n’est pas du tout dans cet état d’esprit. Depuis le début de la saison, je le dis au fil des interviews - et c’est peut-être la seule chose sur laquelle je ne suis pas d’accord avec mon entraîneur qui dans ses déclarations dit que les deuxième parties de saisons sont plus difficiles pour les promus et il a raison de le dire, ce sont les faits - mais moi je dis qu’un tiers de notre effectif a été renouvelé, avec des joueurs de qualité supérieur, avec un certain nombre de joueurs qui avaient disputé la Coupe d’Europe la saison dernière. Et que ce groupe va continuer à apprendre à se connaître, va encore monter en puissance.  Et si on regarde les matches de décembre, les faits me donnent raison. Même si l’on n’a pas battu Caen avant la trêve, tous les gens qui ont vu ce match ont pris beaucoup de plaisir et ce n’est pas un hasard si on fait 12 tirs cadrés. Après, c’est le football et à l’arrivée on fait match nul 2-2. Mais je pense que ce soir-là, je préférais être à la tête du Stade de Reims qu’à la tête du club adverse. 

Ce mercato d’hiver qui vient de s’ouvrir commence à laisser apparaître des noms de joueurs rémois courtisés comme Ghislain Konan ou Edouard Mendy. Très concrètement, quelle est la position du club vis-à-vis de ces joueurs ou d’autres concernant des départs en janvier ?

On a montré les années précédentes que quand on dit qu’un joueur ne part pas, il ne part pas ! Donc, en l’occurrence les joueurs clés de ce début de saison, les révélations comme Ghislain Konan que personne ne connaissait quand on l’a fait venir, tous ces joueurs sont avec nous au moins jusqu’à la fin de la saison, il n’y aura pas de départs de joueurs majeurs pendant ce mercato d’hiver.

Même si jusqu’à la fin du mois de janvier, cela va être un feuilleton avec des rumeurs de départ de ces joueurs qui vont se multiplier…

Oui, c’est toujours comme çà et on fera le point à la fin, et d’ailleurs je vous invite à faire le bilan avec moi au 31 janvier…  Il y a beaucoup de clubs qui font parler d’eux dans ces mercatos, qui annoncent des noms, c’est un peu le jeu de la communication. Nous, et on l’a encore montré lors de la dernière intersaison, on ne fait pas de bruit, on a des pistes, on les travaille, et au bout il n’y a que le rendu sur le terrain qui peut valider le travail qui est fait. Donc, on ne fera pas parler de nous dans ce mercato mais déjà on s’aperçoit que l’on a fait signer pour l’avenir, un gardien qui est un grand espoir (NDLR : Yehvann Diouf) et on est en train d’avancer sur un certain nombre de pistes que l’on concrétisera ou que l’on ne concrétisera pas, dont certaines pourront nous apporter dès cette deuxième partie de saison, et pour d’autres ce sera une intégration en vue de la saison prochaine en Ligue 1. 

"Nous souhaitons qu'Edouard Mendy fasse une saison de plus au Stade de Reims" 

Qu'en est-il d’Edouard Mendy à qui il reste 18 mois de contrat ?

Edouard Mendy est un joueur qui s’est révélé au Stade de Reims. Il n’est pas devenu bon à Reims car il était bon avant, mais il s’est révélé chez nous. On a essayé de prolonger son contrat cet été mais les négociations n’ont pas abouti. Il fallait aussi qu’il confirme qu’il était un gardien de Ligue 1, ce qu’il a fait depuis, ses statistiques parlent pour lui. Donc nous sommes à nouveau en négociation avec son agent pour le prolonger afin qu’il fasse une saison de plus avec le Stade de Reims et ce pour garder notre assise défensive et ne pas avoir à tout changer, on sait que le poste de gardien est un poste important. Après Edouard aspire à d’autres choses aussi, il y a beaucoup de clubs anglais qui le regardent. Donc peut-être qu’il ira au bout de son contrat actuel, peut-être que nous serons emmenés à le transférer à la fin de cette saison, mais nous, notre souhait au club, c’est de le prolonger et qu’il fasse encore une saison au Stade de Reims. 

Le président du Stade de Reims assure que Ghislain Konan (ici face à Strasbourg) ne partira pas lors du mercato d'hiver.  - AFP
Le président du Stade de Reims assure que Ghislain Konan (ici face à Strasbourg) ne partira pas lors du mercato d'hiver. © AFP - AFP

Concernant les arrivées, êtes-vous clairement à la recherche de renforts ? On parle souvent du secteur offensif, ce secteur est-il privilégié ?

On est sur des pistes en permanence, et je m’exprime de la même façon depuis 16 ans, on est en mercato permanent quand on dirige un club. Il y a des périodes administratives et juridiques pour signer des contrats, mais on est sans cesse en train de regarder des joueurs en France et à l’étranger, et puis il y a des périodes où on les fait signer. Donc oui, on est sur des pistes, notamment des pistes d’attaquant, on les signera ou on ne les signera pas. Notre façon de travailler depuis quelques temps diffère de ce que l’on faisait par le passé car on est plus ambitieux sur les profils des garçons que l’on recherche. Donc on ne va pas faire signer un attaquant pour faire signer un attaquant, un joueur qui n’aura pas joué et pour qui il faudra six mois pour le mettre en place. Les dossiers que nous sommes en train de suivre et qui sont principalement à l’étranger, sont des dossiers qui aboutiront ou pas. Je sais que les supporters parlent beaucoup d’un attaquant, mais il n’y a pas encore si longtemps, tout le monde attaquait Suk, et quand je vois les matches qu’il a fait à Lille, ou contre Caen, il n’a pas encore montré tout son potentiel. Et puis, il y a des jeunes attaquants qui tournent bien dans le groupe Pro 2. Et ces garçons là peuvent nous emmener des choses à l’image de Boulaye Dia qui vient d’intégrer le groupe Pro à temps plein. 

Est-ce qu’il y aura des joueurs un peu moins « clé » pour reprendre l’expression, qui pourraient partir et notamment Aly Ndom ?

Oui Aly Ndom quitte le club. Il va s’engager dans les heures qui viennent à Caen (NDLR : interview réalisé vendredi 4 janvier dans la matinée). On avait plusieurs sollicitations pour ce garçon. L’année dernière à la même période, on l’avait prolongé et je lui avais dit à l’époque que je le prolongeais parce que je ne voulais pas que l’histoire s’arrête comme ça, en ayant l’impression qu’il avait des choses à confirmer et qu’il fallait qu’elles se mettent en place. Il connaissait parfaitement ma position. Aly a été un grand espoir du club et il le reste, car je rappelle que le secteur sportif avait estimé qu’il pouvait être un joueur qui pouvait nous emmener plus qu’un Zambo Anguissa qui est parti ailleurs avec le succès que l’on connaît, c’est pour dire que le club croyait beaucoup en Aly Ndom, et croît toujours en lui puisque l’on a gardé 40 à 50 % de droits de suite sur les prochains contrats si Caen le transfert ailleurs un jour (NDRL : il s’agit d’un pourcentage sur la plus-value que Caen pourrait faire sur une revente). Donc, on croit en Aly Ndom, mais on a l’impression qu’à Reims, au bout de 6 ans, on était à la fin d’une histoire et qu’il lui fallait un déclic, c’est pour cela que d’un commun accord, entre son agent, le club et lui, on a convenu de libérer Aly.

Il s’agit donc d’un transfert ferme ?

C’est un prêt avec option d’achat obligatoire. Une option dont le montant est d’ores et déjà arrêté avec des droits de suite comme je le disais, et donc un transfert automatique en fin de saison si Caen reste en Ligue 1. 

Allez-vous recruter pour le remplacer ?

Il y a des joueurs qui ont été très peu vus sur cette première partie de saison, je pense à Nolan Mbemba et aussi à Tristan Dingomé sur lequel le club a beaucoup investi et dont on connaît les qualités, et qui malheureusement n’a pas encore pu nous le montrer sur le terrain. Donc on a déjà ces joueurs-là, puis peut-être que d’ici le 31 janvier sur ce poste, on intégrera un jeune espoir français. 

"On a pris le temps de recevoir Anatole Ngamukol et son frère"

Anatole Ngamukol a fait l’objet d’une procédure de licenciement qu’il conteste, avec à priori un dossier qui va avoir des suites juridiques. Quelle est la position du club sur ce sujet ?

Il y a une procédure qui est en court et on a en face de nous des gens qui sont très procéduriers, c’est le moins que l’on puisse dire, donc on ne souhaite pas communiquer dessus. Après, à titre personnel, c’est plutôt une déception parce que l’on a pris le temps avec l’entraîneur de recevoir Anatole et de lui expliquer que l’on ne pensait pas qu’il puisse jouer avec le Stade de Reims en Ligue 1. Ensuite, il est revenu avec son frère et à mon avis, souvent, il y a des influences familiales dans le football qui ne sont pas toujours positives pour le joueur. J’ai passé une heure à expliquer à son frère à peu près la même chose. Et comme je m’y suis engagé auprès de son frère, j’ai appelé plusieurs collègues présidents en Ligue 1 et en Ligue 2. Il y avait des opportunités en Ligue 2 qui financièrement parlant étaient équivalentes voire même un peu mieux d’après ce que j’ai compris, il n’a pas souhaité y aller. Après les choses se sont compliquées. On verra bien où cela nous mènera. 

Pour finir, la Coupe de France débute ce dimanche pour le Stade de Reims… Depuis 2011 et un quart de finale à Delaune face à Nice, le Stade de Reims n’arrive pas à briller dans les Coupes… Avez-vous une explication ?

Il n’y a pas d’explications sinon on aurait une réponse, mais il y a surtout, pour ce qui me concerne, une grosse déception parce qu’aujourd’hui, quoi de mieux qu’une aventure de Coupe pour mettre un engouement. Moi qui suis toujours en train de demander aux supporters de soutenir cette équipe, de venir à Delaune, j’en profite pour souligner qu’aujourd’hui, nous sommes dans les plus petites affluences de la Ligue 1 et ce n’est pas digne d’un club comme le Stade de Reims avec tout le travail effectué par nos équipes pour que le gens viennent au Stade. Donc peut-être que la Coupe de France peut créer un petit déclic. Après, avoir un parcours en coupe quand on joue une montée, on sait que cela peut devenir compliqué. D’ailleurs si j’avais un conseil à donner à mes amis lensois, je leur dirais tout de suite mais bon, ils ne me demandent pas de conseils (sourire)… Mais quand on est comme nous sommes est actuellement en Ligue 1 c’est-à-dire bien engagé dans nos objectifs, c’est l’occasion ou jamais pour faire un bon parcours de Coupe mais bon, ce sera la vérité du terrain. On aura un début de réponse dimanche à 16 heures. 

Grejohn Kyei qui est prêté à Lens cette saison va-t-il revenir au Stade Delaune où les clubs se sont -ils mis d’accord sur le sujet, pour qu’il ne joue pas ?

Je ne sais pas si Grejohn sera sur le terrain. Il est vrai que dans les transferts, on prévoit souvent tous les cas de figure, mais j’avoue que je n’avais pas prévu que l’on se rencontre avec Lens puisqu’ils sont en Ligue 2 donc il n’y a pas d’accord pour que Grejohn ne joue pas contre nous, comme on l’a fait par exemple avec Caen pour Aly Ndom où là il était identifié que l’on allait se rencontrer et Aly Ndom ne jouera pas au match retour contre nous. Mais pour Grejohn, on verra bien, il jouera peut-être dimanche contre nous.