Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus | Jean-Pierre Caillot : "Maintenant, on sait dans quel sens on va travailler"

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Le président du Stade de Reims a pris acte de la décision du Premier ministre de ne pas permettre à la saison 2019-2020 de reprendre. Il se penche maintenant vers l'avenir et va défendre son club pour qu'il soit européen la saison prochaine à la faveur de sa 5e place de la Ligue 1

Le président du Stade de Reims, Jean-Pierre Caillot.
Le président du Stade de Reims, Jean-Pierre Caillot. - DR

Quelle est votre réaction à l'annonce du Premier ministre de ne pas reprendre la saison 2019-2020 de football ?

J'avais encore ce mardi matin des réunions de travail pour envisager la reprise du championnat, c'est un peu ce que l'on nous avait laissé entendre. Et puis à l'approche de l’intervention du Premier ministre, j'ai eu quelques indiscrétions et j'ai compris qu'il allait prendre cette décision et qu'il allait dire que la saison était terminée donc on va s'y plier. Mais il y a au moins un avantage dans cette décision, c'est que maintenant, on sait dans quelle sens on va travailler. Depuis des semaines et des semaines, on travaille sur des scénarii, et à chaque fois on n'avait pas d'échéances. Là au moins, on sait à quoi s'en tenir. Le Premier ministre a été clair, il a dit que la saison 2019-2020 était terminée, on sait que l'UEFA demande aux Etats de prendre position pour le 25 mai. Maintenant, il va falloir trouver les revenus nécessaires pour continuer à faire tourner le club, puisqu'il n'y a plus aucune rentrée d'argent et malheureusement, on a un certain nombre de charges à affronter dont des masses salariales, et donc là maintenant, on sait dans quel axe on va travailler.

Quelles vont être les conséquences financières pour la Ligue 1 en général, et le Stade de Reims en particulier ?

Il y a des chiffres qui ont été annoncés. On sait que pour la Ligue 1, entre le fait que l'on ait joué 75  % des matches que les diffuseurs n'ont pas tout réglé les Droits TV, c'est un trou entre 500 et 600 millions d'euros que les clubs vont devoir compenser parce qu'ils étaient intégrés dans leurs budgets. On pense qu'il y a, à peu près 25 % du chiffres d'affaire des clubs qui ne va pas être réalisé donc, pour le Stade de Reims, comme pour mes collègues, cela va être une période compliquée.

Quelles vont être les conséquences immédiates pour le club, les joueurs ? Que vont-ils faire puisqu'à l'évidence, les entraînements collectifs restent interdits, y compris après le 11 mai ?

Je pense qu'il n'y aura pas de reprise de l'entrainement. J'ai un bureau de la LFP en début de soirée (ce mardi 28 avril), je sais qu’ils sont en contact avec la Ministre des Sports, donc on va voir, mais les joueurs vont probablement se retrouver maintenant en congés puisqu’à priori la saison est terminée, sur ce que l'on a compris, et on va s'organiser au mieux pour préparer la prochaine saison. C'est dans cet axe que l'on va travailler. Cela sert à rien de faire des entraînements, si on sait que l'on ne rejouera pas avant le mois de septembre.

Je serais le plus heureux des hommes si on rejouait une Coupe d’Europe

Le Stade de Reims est en position d'être européen à la 5e place, même s'il faudra attendre pour savoir quelle méthode de calcul va être privilégiée pour figer le classement. Allez-vous défendre cette position ?

Je suis président du Stade de Reims, et je vais me battre pour que la méthode de calcul soit la plus juste et au regard de notre saison, on était 5e à la 19e journée, on est 5e à la 28e journée. Alors certes, il manque une rencontre, mais on sait que le résultat de cette rencontre entre Strasbourg et Paris n'aurait pas profondément modifié le classement de ces deux équipes. Aujourd'hui, en toute objectivité même si cela m'arrange de penser comme çà, il me semble que le coefficient points/match, tel qu'il a été appliqué par la Fédération Française de Football pour tous les clubs amateurs (1), doit s'appliquer aussi à la Ligue de Football Professionnel, mais ce sera un autre combat, une autre discussion. Et je serais le plus heureux des hommes si on rejouait une Coupe d'Europe, 57 ans après. Mais vu la saison que nous avons réalisée, la qualité de notre championnat, cela aurait été encore mieux si on avait pu y retourner en faisant les 38 matches parce que sincèrement, même si on en parle pas beaucoup, on y pense tout le temps : ce groupe avait une telle qualité -  je rappelle que l'on a battu tous les gros dans ce championnat - que se qualifier pour l'Europe sur le terrain sur 38 match, cela aurait été le juste résultat du travail de l’ensemble du club. 

(1) la Ligue de Football Professionnel pourrait retenir plusieurs modes de calcul pour valider le classement des championnats de Ligue 1 et Ligue 2. Toutes les explications ici -> Le Stade de Reims vers une qualification en Coupe d’Europe ? ça se précise...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess