Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Jérémie Janot, ancien gardien de l'AS Saint-Étienne : "On ne peut jamais refuser une proposition de l'ASSE"

L'ancien gardien des Verts aux 400 matchs avec Saint-Etienne était l'un des invités exceptionnels du Débrief ce lundi soir entre 18 et 19h. Il est venu présenter son autobiographie qui sort le 22 mai prochain, mais aussi parler de sa reconversion et de l'actu de l'ASSE.

Jérémie Janot dans les studios de France Bleu Saint-Étienne Loire ce lundi soir.
Jérémie Janot dans les studios de France Bleu Saint-Étienne Loire ce lundi soir. © Radio France

Saint-Étienne, France

"Sans filets", c'est le titre de l'autobiographie de Jérémie Janot. L'ancien gardien des Verts aux 400 matchs avec Saint-Etienne était l'un des invités exceptionnels du Débrief ce lundi soir entre 18 et 19h pour nous présenter son autobiographie qu'il sort le 22 mai prochain en librairie. Mais il nous parle aussi de sa reconversion et de l'actu de l'ASSE qui reçoit Nice samedi à 21h pour le dernier match de la saison à domicile.

Qu'est ce que ça fait de sortir son autobiographie?

"Ça flate l'égo. Je dois remercier le journaliste Julien Gourbeyre qui m'a convaincu de le faire en me disant que ce serait bien pour mes enfants. Ce n'est pas égocentrique mais pour que les supporters découvrent aussi une autre facette de moi. Ils connaissent bien le joueur. Maintenant, ils vont découvrir l'homme. On a rempli plus de pages que prévu. J'ai tendance à être bavard. Mais je ne voulais pas prendre non plus les gens pour des imbéciles, et faire de la langue de bois."

Comme je dis toujours, il n'y a pas de vaccin contre la boulette.

Vous parlez de votre taille (1m73). A-t-elle été un problème pour vous?

"Non, une source de motivation. Je me suis créé des challenges, comme avec les critiques. Je trouve qu'on a souvent pris ma taille comme un alibi. J'aurais préféré parfois qu'on note une erreur technique ou de placement. Comme je dis toujours, il n'y a pas de vaccin contre la boulette! Mais tout mettre sur ma taille était assez réducteur. Je savais que je pouvais être en difficulté sur les ballons aériens, mais pas lancé, pour attaquer les ballons. La chose la plus flatteuse pour moi, c'est que le club ait pris un super gardien pour me remplacer (Stéphane Ruffier)."

Comment expliquez-vous d'ailleurs que Stéphane Ruffier n'ait pas été nommé pour le titre de meilleur gardien cette saison?

"Ce sont les joueurs qui votent. Ça reste un mystère. Je pense que ça lui passe au-dessus. Mais c'est vrai qu'il ne l'a pas gagné une fois. C'est pas juste. Après, il faut respecter le vote des mecs. Et puis, il faut faire la différence entre le meilleur gardien et celui qui fait la meilleure saison. Vous prenez le gardien d'Amiens, Régis Gurtner, il est tout aussi important que Stéphane l'ait à Sainté. C'est comme Jean-Louis Gasset qui n'est pas dans les coachs nominés. Ces trophées ne sont pas forcément les récompenses les plus importantes."

Que pensez-vous de la saison de l'AS Saint-Étienne? Des regrets après la défaite contre Montpellier?

"Mathématiquement, la Ligue des Champion est encore possible. Mais si ce n'est pas le cas, il ne faudra pas noircir le tableau. Quoiqu'il arrive, ce sera une très belle saison. On risque de retrouver l'Europe. C'est dans l'ADN du club. A un moment donné, j'ai cru que Lyon allait s'effondrer avec l'annonce du départ de leur entraîneur en fin de saison. Mais non. Faut pas oublier qu'il y a quelques années, on ne savait ce qu'on jouait en début de saison. Là, le club a franchi un palier. On sait qu'on joue les premiers rôles et on n'a plus les "caguettes" de savoir si on joue le maintien."

Le club a franchi un palier. On n'a plus les "caguettes" de savoir si on joue le maintien.

Dans votre livre, vous reprochez aux journalistes de ne pas tout dire? Quoi et dans quel intérêt? 

"Je ne mordrais jamais la main de ceux qui m'ont nourri. L'AS Saint-Étienne est 4e de Ligue 1. Cette saison, on a gagné la coupe Gambardella. C'est très bien. Par contre, on sait qu'il y a des tensions entre les deux présidents. Tout le monde le sait et personne le dit. Après, les gens qui critiquent les présidents n'ont qu'à faire un chèque et racheter le club. Moi, je ne peux pas. Donc je salue leur travail mais on ne me fera jamais croire qu'ils sont les meilleurs amis du monde."

On ne me fera jamais croire que les présidents sont les meilleurs amis du monde.

Que ferez-vous en fin de saison? A quand un retour à Saint-Étienne?

"Je suis toujours à l'AJ Auxerre. Je ne suis plus entraîneur des gardiens depuis octobre mais je supervise des matchs et suis en contacts avec le président Francis Graille. On doit se parler en fin de saison. Le club n'a pas encore assuré son maintien (dernier match vendredi contre Valenciennes). Après, à Saint-Étienne, la place est très bien prise par Fabrice Grange. Je n'ai pas de plan de carrière. On verra si, un jour, le coach numéro un me fait confiance. Ce qui est sûr c'est que j'ai passé la moitié de ma vie à Saint-Étienne et qu'on ne peut jamais refuser une proposition de l'ASSE."

A LIRE - Yann M'Vila, milieu de terrain de l'ASSE : "Si Jean-Louis Gasset part, je pense que je partirai aussi"

"Sans filets" sortira le 22 mai prochain en librairie. Jérémie Janot sera notamment en dédicaces à Saint-Étienne le jeudi 23 mai à partir de 17h à la Librairie de Paris, et le 8 juin de 15h à 17h à la FNAC du ceentre commercial Géant Casino de Monthieu. Il participera également au Salon du Livre de Saint-Etienne du 18 au 20 octobre prochain.