Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football
Dossier : Le Mans FC en Ligue 2

Jérémy Choplin : "Je ne suis pas venu au Mans FC en pré-retraite"

-
Par , France Bleu Maine

À 34 ans, le défenseur aux 300 matchs professionnels a choisi de quitter l'AC Ajaccio pour revenir aider son club formateur à se maintenir. Et pourquoi pas rêver un peu plus loin...

Jérémy Choplin au MMArena, sous le maillot d'Ajaccio
Jérémy Choplin au MMArena, sous le maillot d'Ajaccio © Maxppp - Dominique Breugnot

Le Mans, France

Il a effectué ce lundi après-midi son premier entraînement à la Pincenardière... Plus de 12 ans après avoir quitté la Sarthe. À 34 ans, Jérémy Choplin fait son retour au Mans FC pour retrouver sa ville et son club formateur, dont il était parti en 2007 faute de temps de jeu. En provenance de l'AC Ajaccio, le défenseur a signé un contrat d'un an et demi pour aider Le Mans FC à se maintenir. Et à construire l'avenir.

Jérémy, vous souhaitiez revenir au Mans FC depuis pas mal de temps. Cela a enfin pu se faire ?

Depuis mon départ, j'ai toujours voulu revenir et je savais que j'y arriverais. En juin, il y avait eu des discussions sans que ça se fasse... Et là, ça s'est précipité sur ce mercato, tout s'est enclenché positivement et on a pu s'entendre.

Pourquoi ce club est-il si spécial pour vous ?

Déjà je suis né ici, j'ai toujours supporté Le Mans depuis mon enfance au stade Léon Bollée. Ensuite, j'ai fait toute ma formation au Mans, j'ai réussi à y signer mon premier contrat pro (ndr : en 2004). Mais je n'ai pu jouer que trois matchs car à cette époque-là, il y avait une très bonne équipe, avec des gros joueurs à mon poste (ndr : il jouait ailier droit) alors c'était difficile de s'imposer. Donc je suis parti en prêt, puis définitivement. Mais pour moi, ce n'était pas abouti. J'avais envie de revenir car je ne me suis jamais imposé ici. Aujourd'hui, c'est un super plaisir d'être là pour aider le club et mettre ma petite touche personnelle dans cette équipe.

Cette fois, vous voulez donc jouer un rôle important ? 

Oui, je veux m'imposer et devenir titulaire dans ce club que j'ai quitté très jeune. Je ne suis pas venu ici en pré-retraite ! Le corps et la tête sont toujours là, j'espère jouer encore de nombreuses années. Il y a tout pour que ce club retrouve la Ligue 1 et j'espère la retrouver avec lui. J'ai réussi à être champion de Ligue 2 et à faire monter deux clubs (ndr : Bastia et Metz)... Ce sont des moments inoubliables. Donc si ça se faisait avec mon club de cœur, ce serait vraiment un rêve.  

Vous quittez Ajaccio, club qui joue les premiers rôles, pour Le Mans, où vous allez jouer le maintien. Ce n'était pas un obstacle à votre retour ?

Non, car d'abord je suis convaincu que Le Mans va se sauver. Et selon moi, il n'y a pas un écart énorme entre les deux équipes. Il y a simplement plus de confiance à Ajaccio et ça permet de jouer plus libéré. Je suis persuadé qu'avec quelques résultats positifs, Le Mans va remonter dans le milieu de tableau, voire plus. Si on enlève les dix premiers matchs de la saison, honnêtement, le club peut être dans les sept ou huit premiers. 

Vous avez discuté avec Richard Déziré pour savoir ce qu'il attend de vous ?

Bien sûr, il attend que j'apporte ma pierre à l'édifice de par mon expérience, peut-être une vue extérieure par rapport à ce début de championnat. Après, je ne suis pas venu pour tout chambouler. Je suis un simple joueur qui va se mettre au service de l'équipe. Les premiers contacts se sont très bien passés, on est sur la même ligne. Il faut continuer à travailler et on s'en sortira tous ensemble.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu