Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

JO 2024 : où en est Marseille ?

-
Par , France Bleu Provence

Cinq ans, c'est loin et si proche à la fois. Surtout quand il s'agit d'accueillir les Jeux olympiques.

Un projet de la future base nautique de Marseille pour les JO de 2024 ; des modifications sont encore possibles
Un projet de la future base nautique de Marseille pour les JO de 2024 ; des modifications sont encore possibles - AGAM

Marseille, France

À cinq ans des Jeux Olympiques de Paris, où en est Marseille ? La ville va accueillir une bonne partie des épreuves nautiques. Et l'essentiel va se dérouler autour de la base nautique du Roucas Blanc, un espace qui va être totalement revu, réaménagé. France Bleu Provence fait un point d'étape, alors que le chantier en est encore à des phases d'étude.

L'enquête publique s'est terminée il y a quelques jours, et l'Etat doit maintenant rendre sa copie. Ce sera ensuite le temps de l'appel d'offres : quelles entreprises pour quels objectifs, quels projets définitivement votés ? La promesse, c'est celle d'un espace ultra-connecté, un concentré d'innovations technologiques, mais aussi un site respectueux de l'environnement. La base nautique doit monter en gamme, mais surtout être réutilisée et avoir une nouvelle vie après les Jeux, une vie qui laissera la place à un public plus nombreux qu'actuellement.

600 bateaux de course attendus

C'est une véritable marina olympique qui doit sortir de terre, ou en tout cas compléter l'existant. Il s'agit de penser l'accueil à la fois de plus de 600 athlètes, mais aussi des officiels, des médias, du public et des... bateaux. Au moins 600 bateaux sont attendus. 

"Il faudrait une grand tribune sur la Corniche. Elle permettra de regarder les compétitions au plus haut et au plus près.  Il faut intégrer les 600 bateaux au plan d'eau stade nautique. Les locaux aussi seront complètement repensés' Didier Réault, adjoint chargé de la mer et du littoral

Didier Réault, en charge de la Mer et du Littoral à Marseille - Radio France
Didier Réault, en charge de la Mer et du Littoral à Marseille © Radio France - Tony Selliez

Marseille se prépare aussi à organiser une compétition sous "haute technologie". 

"On veut par exemple des bouées sans ancre, guidées par des GPS, on veut des drones qui vont remplacer les hélicoptères (..) Il faut aussi des images, qu'on puisse revoir les actions comme football. On quitte la voile d'avant, tactique, un peu lente, à un autre sport beaucoup plus spectaculaire : on est passé des camions aux karts. Tout change, y compris la voile" Dominique Tian, le premier adjoint au maire

Dominique Tian, le premier adjoint au maire (Marseille) - Radio France
Dominique Tian, le premier adjoint au maire (Marseille) © Radio France - Tony Selliez

La mairie négocie en ce moment pour voir comment utiliser ce site qui relève du domaine publique maritime.  Et le principal défi est double en fait : La sécurité bien sûr et le logement. Le site doit accueillir entre 4 et 600 athlètes, plus les officiels. La charte olympique impose qu'ils soient logés au maximum à 10 minutes à pied ou à vélo. Mais la volonté c'est aussi de penser des bâtiments qui laissent le moins possible d'empreinte écologique.

30 millions d'euros ?

C'est le coût estimé de ces travaux. Il sera financé d'abord par la municipalité, mais aussi par le conseil départemental. C'est un pari, mais l'événement doit aussi avoir de véritables retombées économiques.

Mais surtout, a priori tout est pensé pour que cette nouvelle base ait ensuite une seconde vie. Pour accueillir plus d'étudiants, plus de seniors, pour mieux accueillir aussi les personnes à mobilité réduite, une fois les Jeux terminés.

"C'est une des plus belles rades du monde. Les gens vont être séduits par la beauté du cadre. L'esplanade et le terrain, la tribune naturelle qu'est la Corniche.. ça va permettre à énormément de monde d'y assister ; ça restera dans les mémoires de l'histoire de la voile" Denis Gargaud-Chanut, champion du monde de canoë en monoplace en 2011 et champion olympique en 2016 (slalom).

Denis Gargaud-Chanut, marseillais, champion olympique de canoë à Rio - Radio France
Denis Gargaud-Chanut, marseillais, champion olympique de canoë à Rio © Radio France - Tony Selliez

Les travaux doivent débuter en fin d'année prochaine Le défi, c'est d'être prêt en 2023

Marseille et les JO 2024 - Reportage France Bleu Provence - Tony Selliez