Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Joseph-Antoine Bell: "l'OM est apparu comme le club qui n'était pas raciste"

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu Vaucluse

Le gardien camerounais de l'OM (1985-1988) évoque le moment qui, selon lui, a lancé la popularité du club olympien en Afrique: Quand il en est devenu le capitaine en 1987. Le club qui lance son programme "OM Africa", à destination de ses millions de fans en Afrique, ce dimanche, avant OM-Bordeaux.

Joseph-Antoine Bell, gardien de l'OM (1985-1988)
Joseph-Antoine Bell, gardien de l'OM (1985-1988) © Maxppp - MICHEL LACROIX

Marseille, France

" Joseph-Antoine Bell, comment expliquez-vous l’immense popularité de l’OM en Afrique ?

Quand on fait certaines choses de bien, le bien n’est jamais perdu. Aujourd’hui encore, c’est d’actualité : on parle de racisme, on le nie. Des sentiments racistes existent. Ils peuvent exister à certains endroits à tort, à certains moments à raison. Et au milieu de tout cela, l’OM me désigne capitaine en 1987. Et au-delà d’avoir des footballeurs africains, l’OM apparait dans toute l’Afrique comme le club qui n’est pas raciste, comme le club où les africains étaient les bienvenus et dans lequel un africain peut être capitaine devant de grands joueurs français, blancs. Donc comme l’endroit où l’on reconnait le mérite de tout le monde, sans distinction.

A l’époque, ce qui se passait en Afrique n’arrivait pas forcément jusqu’à Marseille et les marseillais ne s’étaient pas rendus compte à quel point ils étaient populaires. La popularité de Marseille en Afrique est presque intacte car elle se transmet de père en fils. Tous les jeunes qui supportent l’OM aujourd’hui le supportent grâce à leurs parents qui eux même adoraient le capitaine de Marseille et le fait que l’OM ait mis en avant quelqu’un qui pouvait expliquer les choses et dont on était fier. Et tout çà, là, ça n’a pas été exploité et c’est aujourd’hui que Marseille se réveille et que cela peut se traduire sur le plan économique et que ce n’est pas que de la sympathie jetée en l’air.

Joseph-Antoine Bell: "l'OM a montré qu'il était un club dans lequel un africain peut être capitaine devant de grands joueurs français, blancs.

Vous qui avez beaucoup voyagé en Afrique, l’OM est-il est vraiment populaire sur tout le continent ?

Oui, absolument. C’était un sentiment général. En fait, les marseillais ne le savaient pas mais ils avaient envoyé un message au monde entier. Marseille montrait ce visage de compétence, de la reconnaissance et de la non-ségrégation. Pour eux, il n’y avait pas de plafond de verre. Donc l’OM est connu de partout en Afrique.

Pensez en plus, qu’à l’époque, en Afrique, on ne montrait pratiquement que le championnat de France et par bribes. Mais aujourd’hui, les championnats d’Angleterre, d’Italie et d’Espagne, sont tous largement montrés. Mais Marseille continue d’avoir cette sympathie parce que c’est ancré à l’époque où les jeunes d’aujourd’hui, c’était leurs parents (qui étaient fans). Et cela leur a été transmis par leurs parents. Qui, eux-mêmes, ne se souviennent plus aujourd’hui pourquoi ils aiment bien Marseille.

C’est justement ce qui est fort, c’est que l’OM continue d’être aimé malgré la montée en puissance d’autres clubs, en France comme à l’étranger ?

Les joueurs de l’OM ne peuvent pas savoir à quel point beaucoup de gens en Afrique sont malades quand l’OM ne marche pas bien. Et là, Marseille, 2e, je peux leur envoyer le message : sachez qu’en Afrique, vous avez beaucoup beaucoup de gens qui sont heureux. Quand ça va comme ça, oui, on aime supporter une équipe comme çà. Supporter l’OM, c’est ancré chez les gens, au point que, malgré l’arrivée du PSG, les gens restent avec Marseille. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu