Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% AJA

AJA - Jubal Jr : "Venir à Auxerre était une vraie volonté"

-
Par , France Bleu Auxerre

Élu joueur auxerrois du mois de mars par les supporters, le défenseur Jubal Jr accorde son premier entretien à France Bleu Auxerre. Avec un large sourire, il raconte ses premiers mois en France, son acclimatation, la méthode Furlan et son envie de goûter à la Ligue 1.

Jubal Jr révise ses gammes au centre d'entraînement.
Jubal Jr révise ses gammes au centre d'entraînement. - AJ Auxerre

France Bleu Auxerre : Vous avez été élu joueur du mois de mars par les supporters, qu’est ce que cela vous fait de recevoir ce prix ?

Jubal Jr : Je suis très content, cela récompense mon travail, mais j’aurais préféré être joueur du mois,  avec plus de victoires ce mois-ci. Je suis heureux pour le prix, je vais continuer à bien travailler pour que l’on gagne plus de matches dans les prochains mois.

C’est votre première saison en France, comment s’est passée l’adaptation ?

C’était une adaptation très rapide, car j’ai joué au bout d’une semaine. Elle a été facilitée par le fait qu’il y ait une une petite coupure entre la fin de la saison dernière et mon arrivée ici. J’ai donc eu un mois pour m’entraîner et rester prêt physiquement. Je suis arrivé dans de bonnes conditions donc j’ai pu être intégré à l’équipe. Mes coéquipiers m’ont aussi aidé à me sentir bien en m'accueillant chaleureusement.

Vous êtes expérimenté, vous avez joué l’Europa League, qu’est-ce qui vous a donné envie de rejoindre l’AJ Auxerre, en Ligue 2 ?

Le président m’a proposé un championnat très ambitieux, basé sur l’envie de rapidement monter en Ligue 1, ce qui est très important pour moi. Venir à Auxerre était une vraie volonté. L’Histoire du club est aussi un facteur important. Auxerre est une grande équipe en France et j’avais donc envie de tenter l’expérience.

Depuis votre arrivée, comment jugez-vous le club, vos coéquipiers ?

L’ambiance est très bonne, tout le monde fait du bon travail et le staff nous aide à mieux comprendre le jeu. Je progresse ici. J’ai aussi la chance d’être avec de grands joueurs comme Sakhi, Arcus, Le Bihan ou Autret, donc c’est une belle équipe.

Quelles sont les différences entre la méthode de travail de Jean-Marc Furlan et celles de vos anciens entraîneurs ?

Il est très porté sur l’offensive. Durant la semaine il insiste beaucoup sur le jeu en triangle, dans les petits espaces et beaucoup de jeu offensif pour travailler devant le but. Il est toujours porté vers l'attaque, c’est ce qui le caractérise le plus. Au Portugal ou au Brésil, on travaille beaucoup la technique, le placement, avec lui on travaille des phases de jeu très ciblées et ça me plaît.

Vous ne parlez pas encore français mais on sent chez vous une âme de leader, on a l’impression que vous bonifiez vos coéquipiers, notamment les jeunes comme Gautier Lloris, c’est votre rôle ça, de donner des consignes aux plus jeunes ?

Oui, par rapport à mon expérience, je dois aider mes coéquipiers sur des paroles simples, de replacement ou de lecture de jeu. Sur le terrain je parle beaucoup avec Carlens Arcus, Gautier Lloris, je leur dit d’avancer, de reculer, d’aller à gauche, à droite, je parle de façon simple parce que je n'ai pas un vocabulaire très développé, mais on se comprend. En dehors c’est plus compliqué mais l’important c’est de se comprendre sur le terrain.

Quel bilan tirez-vous de la saison de l'AJA, toujours en course pour la montée ?

On fait une belle saison mais on devrait faire mieux. On a commis beaucoup d’erreurs lors de matches importants et ce sont des détails qui peuvent compter quand on joue le haut de tableau. On a toujours espoir de bien finir l’année, on a l’objectif d’aller chercher les play-offs, on sait que ça va être dur, mais on va tout donner.

Mais depuis quelques matches, vous n’avancez plus, vous avez du mal. C'est un problème physique ? Un problème mental ?

C’est plutôt mental. On doit être plus concentré. Lors de ces derniers matches on s’est fait rejoindre dans les derniers instants. Le football n’est pas une science exacte, parfois on fait des bons matches et on ne gagne pas et parfois on ne joue pas bien et on gagne. Mais lundi, contre Le Havre il faut gagner, on n’a pas le choix.

Vous pensez avoir grillé tous vos jokers ?

Oui, là, on n’a plus le droit à l’erreur. Huit matches, huit finales. Cela demande beaucoup de concentration et de rigueur. Si on est concentré, on est capable de battre beaucoup d’équipes. On a appris de nos erreurs et on compte bien le montrer lundi contre Le Havre.

Le Havre justement, contre qui vous avez fait match nul à l’aller, qu’est ce qu’il faudra faire pour l’emporter ?

Ce sera difficile, Le Havre est une très bonne équipe, on l’a vu au match aller. Il faudra être très concentré mais surtout mettre beaucoup d’intensité car ce sera à nous de faire le jeu et cette équipe est très accrocheuse. Mais encore une fois, on n’a pas le choix, on doit l’emporter, car les autres équipes ne vont rien nous laisser.

Monter en Ligue 1, ce serait l’occasion pour vous de recroiser Neymar, avec qui vous avez joué pendant deux ans à Santos.

Oui, ce serait très spécial pour moi de le croiser. J’ai vécu deux ans avec lui et c’était un vrai plaisir de le côtoyer. Je n’ai plus de contact avec lui depuis son départ de Santos, mais si je joue contre lui, j’irai le voir, lui demander son maillot et je serais très heureux de discuter avec lui.

Il vous faisait mal à l’entraînement parfois avec ses dribbles ?

C'est arrivé. (Rires) On voyait tout de suite qu’il était différent. Il fait des choses incroyables en match, mais à l’entraînement, vous ne pouvez pas vous imaginer ce qu’il nous faisait. Des dribbles que je n’avais jamais vu de ma vie et rien qu’avec ça on voyait directement qu’il était phénoménal. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess