Football

L'entraîneur de l'OM veut "des hommes" à Lille

Par Tony Selliez, France Bleu Provence samedi 24 octobre 2015 à 18:18

Lever les yeux au ciel et souffler ? Non, Michel veut "des hommes" à Lille.
Lever les yeux au ciel et souffler ? Non, Michel veut "des hommes" à Lille. © Radio France - Tony Selliez

C'est un OM moribond qui se présente à Lille, ce dimanche (à 17h), pour la onzième journée de Ligue 1. Marseille, bien triste seizième du championnat, erre comme une âme en peine et traîne un chariot de doutes. Pour réagir, son entraîneur Michel réclame "des hommes", des vrais...

L'OM s'est cassé les dents au pied de la falaise de Braga, ce jeudi, en Europa League, en s'inclinant (3-2) pour la deuxième fois déjà en trois matchs de la phase de groupes. En championnat, le moral est également morose et l'équipe est maintenant au pied du.. mur : seulement seizième, Marseille espère enfin renaître de ses cendres à Lille, ce dimanche.

"Diarra, lui, c'est un homme". Michel (entraineur)

La dernière victoire de l'OM en championnat remonte au 13 septembre, face à Bastia (4-1). Depuis, Marseille fait du surplace : trois matchs nuls et deux défaites. La série monte même à sept matchs sans victoire, depuis le succès obtenu à Groningen en Ligue Europa (3-0) le 17 septembre.

Pour redresser la barre, Michel, qui a longtemps couvé et protégé ses ouailles, choisit cette fois de muscler son discours : à Lille, "c'est un match d'hommes, pour des gens qui veulent jouer à l'OM, que ce soit avec un bon ou un mauvais entraîneur". Le technicien espagnol va même plus loin dans sa réflexion : "Lassana Diarra , c'est un homme. Steve Mandanda aussi, il a reconnu son erreur (sur le but qui coûte la défaite à Marseille, ce jeudi, à Braga en Europa League), il nous en faut neuf autres", avant d'ajouter aussitôt Romain Alessandrini dans la liste.

Michel et son restaurant sans étoile

Michel attaque. Pique. Et répond également. Il invite ainsi celui qui le remettrait en cause "à table avec un menu qu'il n'a pas commandé, un vin qu'il n'a pas choisi et un dessert qu'il n'a pas choisi non plus". L'Espagnol rappelle ainsi qu'il a récupéré l'équipe au pied levé, après le départ de Marcelo Bielsa, et qu'il compose en très grande partie avec un effectif qu'il n'a pas choisi. Mais se montre aussi déterminé, et absolument pas menacé "_Je ne compte pas m'arrêter, que ceux qui veulent me suivre me suiven_t"

Romain Alessandrini au micro France Bleu Provence a "honte de sortir"

La semaine a déjà été marquée par l'intervention de Vincent Labrune, dans le vestiaire marseillais, à l'issue de la défaite subie à Braga, au Portugal. Le président de l'OM est venu rappeler aux joueurs leurs devoirs envers le clubs. Un discours qui pourrait faire date. Une attitude très rare chez le dirigeant marseillais, visiblement excédé et à bout de patience. 

La saison dernière, l'OM de Marcelo Bielsa avait réussi un sans faute dans le Nord, en s'imposant sans contestation possible sur la pelouse du LOSC (4-0 le 16 mai), des buts signés Gignac, Fanni, Alessandrini et André Ayew.

Michel n'ose certainement pas en demander autant. En revanche, une victoire aussi courte soit-elle, même sur un but du genou ou de l'oreille, Marseille la prendrait sans nul doute avec autant de soulagement que d'humilité.