Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Replay - L'entretien de la semaine : Michel Audrain, coach adjoint du SM Caen

Le deuxième Entretien de la semaine est consacré à Michel Audrain. Pour la première fois de sa carrière, face au PSG, Michel Audrain a pris la place du numéro un sur le banc en raison de la suspension de Fabien Mercadal. Il évoque son rôle d'adjoint au SM Caen.

A 56 ans, Michel Audrain est l'adjoint de Fabien Mercadal sur le banc du SM Caen
A 56 ans, Michel Audrain est l'adjoint de Fabien Mercadal sur le banc du SM Caen © Radio France - Olivier Duc

Caen, France

Lors de chaque mi-temps des rencontres du SM Caen, nous vous proposons une chronique intitulée L'entretien de la semaine. Pour le match SM Caen - Nice, nous avons donné la parole à Michel Audrain.

A 56 ans ("bientôt 57, le 6 novembre"), Michel Audrain possède un CV impressionnant aussi bien en tant qu'ancien joueur (139 matchs en Ligue 1 à Angers, Bordeaux, Marseille et Laval et  135 en Ligue 2) qu'en tant qu'entraîneur (directeur des centres de formation d'Angers, de Laval et de Lorient, entraîneur adjoint à Laval, Troyes, Reims, Lyon et Rennes).

Il a pourtant remplacé pour la première fois de sa carrière le numéro 1 sur le banc face au PSG (0-3) afin de remplacer Fabien Mercadal suspendu.

"Je n'ai jamais eu cette opportunité ou cette occasion de remplacer un entraîneur soit malade ou suspendu comme l'était Fabien. Ce n'est pas forcément une position simple et facile. Maintenant elle est passée. Laissons place aux entraîneurs numéro un. Chacun à sa place comme on dit."

Michel Audrain va finir sa douzième année en tant qu'adjoint. Il n'a jamais été numéro un même s'il a eu cette opportunité il y a six ans lorsqu'il est arrivé en fin de contrat à Laval.

"J'ai eu cette interrogation parce qu'on passe des formations, des diplômes. J'ai le BEPF - parce que cela a changé de nom- J'y ai pensé, j'y ai songé. Après, j'ai eu une ou deux opportunités de prendre un club de national qui était Boulogne. Et j'ai eu un appel d'Hubert Fournier pour le suivre à Reims en tant qu'adjoint et j'ai emboîté le pas en tant que numéro 2 encore. Maintenant, vu mon âge, je n'y pense plus du tout."

Fabien Mercadal et lui se sont connus pendant des formations à Lyon. L'entraîneur caennais arrivait seul à Caen et souhaitait un adjoint expérimenté. Le choix d'un second et l'entente entre le coach et son adjoint sont primordiaux selon lui.

"C'est fondamental. Même dans tout le staff, que ce soit les prépa, l'entraîneur des gardiens. Un staff qui se connaît, c'est très bien. Un staff qui se découvre dans le travail également mais le plus important, je pense que c'est l'humain. On a tous des compétences d'entraîneurs, d'entraînement, des idées sur le jeu mais après c'est s'entendre dans un staff et surtout c'est rester à sa place. C'est important qu'un numéro deux reste numéro deux. S'il commence à y avoir des divergences d'idées, c'est l'entraîneur numéro un qui tranche."

Son rôle d'adjoint lui apporte énormément de plaisir ("j'aime le contact avec les joueurs et puis c'est surtout l'entraînement et la compétition. C'est l'adrénaline que peuvent apporter ces matchs."). Son rôle auprès de Fabien Mercadal, c'est "d'être calme. C'est mon tempérament. C'est de lui apporter quelques petites idées. quand on est numéro un, on est parfois pris dans l'action. Nous on est peut-être un peu plus en retrait. Et puis surtout avoir des retours sur la mi-temps."

Son sort est d'ailleurs souvent lié au coach numéro un. 

"En général, le un et le deux sautent en même temps. Ce n'est pas plus mal. Quand un numéro un part, on le suit. après, ce n'est pas dit non plus qu'on puisse retrouver quelque chose. Le poste de numéro deux, je pense, est le poste le plus ingrat dans le staff parce qu'on doit être aussi le tampon entre l'entraîneur et les joueurs. Même si on est très bien avec le numéro Un, ce n'est pas sûr qu'il puisse emmener un numéro deux partout."

Retrouvez l'intégralité de l'entretien  avec Michel Audrain diffusé à la mi-temps du match SM Caen - OGC Nice. La semaine prochaine, nous vous proposerons un nouvel entretien avec Timo Stavitski à la mi-temps du match FC Nantes - SM Caen.

L'entretien de la semaine avec Michel Audrain, entraîneur adjoint du SM Caen

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu